Son prénom, notre petit secret

Raffael nouveau né endormi

Je dois avouer que j’ai un peu angoissé durant ma grossesse, parce qu’on n’arrivait pas à se mettre d’accord avec le Chéri sur un prénom pour bébé… Autant pour Lucy ça avait été plutôt facile, autant là, impossible d’en trouver un qui nous plaisait à tous les deux.

J’aime les prénoms classiques avec une touche de « on ne fait quand même pas comme tout le monde ». Et Chéri lui, aime plutôt les prénoms à consonance italienne (ses origines, tout ça…).

J’en ai épluché des tonnes de sites de prénoms, j’en ai mis de côté des tas et des tas… Mais ça ne lui convenait jamais. Et puis, j’en cherchais un avec un « y » parce que chacun de nous en a un dans le sien. Et puis, il fallait que ça aille avec son nom de famille, que les initiales ne soient pas un gage de moqueries plus tard, bref lui trouver un prénom pour la vie, ça n’a pas été facile !

Parmi mes prénoms favoris, avec ou sans « y », il y avait :

  • E(y)den (mon chouchou)
  • Théo
  • Tyméo
  • Floryan
  • Trystan

Et le Chéri lui, avait un coup de cœur pour Roméo. Ce prénom me plaisait bien également mais je ne sais pas pourquoi, je n’imaginais pas mon fils s’appeler comme ça !

Au final, on n’a choisi aucun de tous ceux-là ! Depuis ma 1re grossesse, on s’était dit que si c’était un garçon, il s’appellerait Raphaël. Mais en en discutant, on trouvait qu’il manquait quelque chose… Et puis on a trouvé, il s’appellera Raffael-avec-2F-et-sans-tréma. Voilà notre petit truc en plus.

Sa signification : « Le prénom Raphaël est constitué des termes hébreux rapha qui veut dire « guérir » et El qui signifie « Dieu ». Ainsi, il se traduit par « Dieu guérit ». Raphaël est l’un des sept archanges. Il est plusieurs fois nommé dans le livre deutérocanonique de Tobie. Selon le récit, Raphaël fut envoyé par Dieu pour accompagner Tobie tout au long d’un voyage au cours duquel il trouva un remède pour guérir la cécité de son père, réduit à la misère après la déportation à Ninive. Durant ce voyage, Tobie rencontra également sa future épouse Sara, victime d’un démon qui faisait périr ses fiancés au fur et à mesure de leur déclaration. Grâce à l’intervention de Raphaël, Sara fut délivrée de son démon. Raphaël est décrit comme un archange protecteur et bienveillant. Il représente la force de la guérison. »

Son étymologie a fini par me convaincre car mon propre père est atteint de cécité et j’y ai vu un joli clin d’œil.

Raffael…

Une fois qu’on s’était mis d’accord, c’est devenu notre petit secret. J’ai adoré garder cette information rien qu’à nous deux. Si j’avais fait ce choix à ma première grossesse, il y aurait eu de grandes chances que Lucy se soit appelée Roxane. Mais à force d’entendre que les gens n’aimaient pas ce prénom ou qu’ils connaissaient un chien avec ce nom, ça nous a fait changer d’avis. Cette fois, on resterait sur ce choix et personne ne pourrait nous influencer. Nos proches le sauraient quand bébé sera là et ils devront s’y faire.

Déjà, ça a évité pas mal de réflexions : quand bébé est là et que les parents viennent de lui donner naissance, rares sont les personnes qui se permettent de critiquer sous peine de se prendre un coup de boule d’une nouvelle maman en pleine montagne russe hormonale ! Et puis, ils ne peuvent plus rien y faire.

Même si pendant les derniers mois, nos proches insistaient réellement, on n’a pas lâché l’affaire. Certains l’ont mal pris, mais je m’en fichais pas mal, c’était notre choix et si c’était à refaire, je referais tout pareil…

Avez-vous dévoilé le prénom de bébé avant ou après sa naissance ? Pour quelles raisons ?

 

Tu préfères quel sexe ?

Encore une question qu’on me pose sans arrêt, mais celle-ci me dérange un peu moins étrangement !

Évidemment au début de la grossesse, on se demande sans cesse si ce sera un prince ou bien alors une princesse. Certains ont leur préférence et, pour un second enfant, on entend parler de « choix du roi ». Une fille, un garçon et l’équité dans le cocon…

Pour Lucy, j’étais persuadée d’attendre un garçon, même que malgré moi, je m’étais projetée cette image, moi et mon futur fils. Alors quand le docteur nous a annoncé que c’était une fille, j’ai eu 1/2 seconde de battement où je n’y croyais pas trop. Ça m’est vite passé et ça a laissé place au bonheur d’attendre une fille et à mes nouvelles projections !

Et puis, une petite fille c’était la découverte, les principes qui tombent un à un (je ne l’habillerai pas en rose des pieds à la tête ; un bandeau ?! Jamais de la vie ça ne sert à rien ; On ne regardera pas que des Disney de princesses ; et j’en passe… ).

Lucy enfant fille balançoire
Hé oui, habillée tout en rose, avec un bandeau… Rose 😉

Pour cette grossesse, contrairement à ce que pensent les gens, je n’ai aucune préférence. Si j’ai un garçon, je serai contente car je pourrai dire « mon fils » (oui, parfois on a des petits rêves ridicules). Si c’est une fille, elle partagera certainement plus avec Lucy et ce serait pratique financièrement puisqu’on a tout gardé de Lucy.

Chéri rêve d’avoir un garçon, si c’était le cas il serait ravi. Si c’est une fille, il me demandera sûrement un 3è enfant pour être sûr ahahah ! Non, mais quoi qu’il en soit, on sera heureux.

Et on l’imaginera et il/elle sera totalement différent/e. J’imaginais mon premier enfant avec des cheveux lisses et qui me ressemble, à faire tout un tas de bêtises et à ne pas me laisser dormir la nuit. Raté ! C’est tout le contraire…

Mais dans tous les cas, je suis pressée de savoir pour pouvoir imaginer. Théoriquement, le gynéco nous a déjà dit son petit secret, mais je ne suis pas d’accord avec lui, alors on fait comme si on ne savait pas et on attend le prochain rendez-vous pour être fixé et que ce soit sûr ! 🙂

Et vous, aviez-vous une forte préférence ? Avez-vous été fou de joie ou bien déçu d’apprendre le sexe de votre enfant ?