Mes essentiels pour les premiers jours de bébé à la maison

indispensables

S’il y a bien une chose qui a été bien différente pour mes grossesses, c’est la préparation de l’arrivée de bébé. Je pense qu’on est toutes un peu pareil, pour la 1re on a tellement envie de bien faire qu’on achèterait bien tout ce qui se fait en terme de puériculture pour ne surtout manquer de rien. Entre les trucs de base hors de prix (non mais vous avez vu le prix de certaines poussettes ?! C’est affolant !) et les gadgets tous plus mignons les uns que les autres, c’est parfois difficile de choisir. Avec le recul (et selon le bébé que l’on a aussi), on se dit que la plupart des choses ne sont pas spécialement nécessaires pour les premiers jours. En soi, bébé ne fait pas grand chose à part dormir, manger et salir ses couches…

Autant pour ma première grossesse, j’ai acheté pleins de choses, autant pour celle-ci, on a vraiment bien réfléchi et attendu la dernière minute pour certains articles. Mais voici ma petite sélection :

1. Un lit co-dodo

Même si je n’allaite pas Raffael, je voulais pouvoir garder un œil sur lui la nuit. En plus, il prend la tutute alors nous lever 20 fois par nuit pour lui remettre, non merci ! Ma maman nous a gentiment offert le lit Chicco Next2Me Dream Delicacy qui est vraiment top, même si un peu cher. Il existe des alternatives moins chères évidemment mais il y a plusieurs choses qui nous ont séduites chez lui :

  • On sait le pencher d’un côté pour que bébé ne dorme pas tout à fait à plat
  • Les pieds se plient (nous avons un lit bas qui ne permettait pas de passer les pieds dessous)
  • Il a des roues et des freins
  • On sait le balancer
  • Il est totalement réglable
  • Il est joli et solide
  • Il est léger

Les premières nuits, nous les avons passées dans le salon pour voir comment ça se passait. Comme il est léger on a facilement pu le descendre/monter quand on en avait besoin. Maintenant il est à côté de notre lit et on en est entièrement satisfait ! Je suis rassurée d’avoir toujours un œil sur Raffael et je ne dois pas me lever pour vérifier que tout va bien, je jette un coup d’œil et je me rendors directement ! C’était l’article le plus cher de notre liste de naissance, il coûte environ 300 €, un petit budget mais je pense que c’est le genre d’articles qui se revend facilement par la suite.

2. Une poussette adaptée

On avait fait l’erreur d’en prendre une qui ne nous correspondait pas pour Lucy, alors cette fois, on s’est bien renseigné et on a opté pour la Quiny Zapp. Pour 200€ on a trouvé la poussette idéale : légère, maniable, qui tient bien la route, qui se plie facilement et sans prendre de place. Il faut juste prévoir un Maxi Cosy en plus pour les premiers mois, ou une nacelle si vous préférez.

3. Un parc

C’est l’endroit où Raffael passe le plus clair de son temps. Il s’y repose et y jouera par la suite. Nous avons opté pour un parc avec un tiroir histoire de pouvoir y ranger tout son linge de rechange.

4. Un babyphone

Un indispensable quand on a une maison sur plusieurs étages. Un conseil : regardez bien les avis des consommateurs ! Nous avons opté pour un babyphone équipé d’une caméra de la marque Angelcare. Il est vraiment top, il fait tout, la qualité d’image est vraiment bien et pareil pour le son. Certes, il coûte un peu cher mais il fait son job à la perfection !

5. Un moyen de portage

Surtout quand on a deux enfants ! On a investi dans un porte bébé de la marque Babylonia qui peut être utilisé dès la naissance. C’est également un budget mais il peut servir jusqu’aux 4 ans de l’enfant (bon, je ne pense pas m’en servir jusque là, mais…).

6. Un relax

Pour nous, c’est un must have car Raffael a des coliques et elles tombent toujours quand c’est l’heure du souper… Du coup, on le pose dans son relax, on pose le relax sur la table et on sait le calmer facilement tout en mangeant tous les 3. C’est aussi très pratique quand on va chez des amis ou dans la famille pour avoir toujours un endroit où le poser.

7. Un tapis à langer et une poubelle à couches

Le notre est léger car on le déplace et la poubelle à couche est un indispensable pour ne pas que ses langes embaument toute la maison ! Il en existe de super jolies maintenant où l’on peut même changer les motifs (grâce à des housses vendues séparément), nous on s’en foutait un peu de la beauté de notre poubelle à couches, on a visé dans le pratique, on a pris celle de la marque Tommee Tippee. Les recharges coûtent cher par contre, mais il me semble que c’est plus économique de les acheter sur Amazon, il faudrait que je vérifie. Notre tapis à langer est le moins cher, on a acheté plusieurs housses toutes simples, avec un petit garçon qui a l’habitude de faire pipi dès qu’on enlève son lange, il faut en prévoir quelques unes ahah.

8. Des biberons qui se lavent facilement

On a opté pour les biberons anti colique de la marque MAM. Pour Lucy nous avions les Tommee Tippee mais c’était infernal pour les laver ! Ceux-ci se dévissent de partout donc c’est pratique. En plus ils se stérilisent seuls facilement au micro ondes. Et puis, les motifs sont jolis :-).

9. Un sac à langer pratique

On avait aussi fait la bétise d’acheter un joli sac (bien cher) quand j’attendais Lucy. Joli mais hyper grand et hyper lourd… L’erreur de débutant ! Cette fois, j’ai bien cherché, et j’ai trouvé notre sac idéal chez Babymoov. Petit mais spacieux, il ne fait pas trop féminin (pour que Papa puisse l’utiliser aussi), il est ultra léger de base et s’attache facilement à la poussette. Et surtout il est bon marché !

10. Des maxi bavoirs ou des maxi langes

Ce truc est ultra pratique pour faire faire le rot de bébé sans catastrophe ! Malheureusement on n’en trouve pas partout mais j’ai acheté les miens sur une vente privée Bébé Boutik, ce sont des Ideal Baby by Aden&Anaïs, ils sont jolis et doux je les adore.

Voici pour mes 10 indispensables ! Evidemment, tout dépend des personnes, de l’endroit où vous habitez, de vos besoins, de vos moyens, etc… Mais je suis contente qu’on ait réussi à ne pas trop craquer sur des choses inutiles. Après, il reste la liste de naissance pour les petits plus, la nôtre nous permet de bénéficier d’un bon d’achat de 10% de la valeur des articles achetés une fois la liste clôturée, c’est plutôt un bon plan !

Et pour vous, quels sont les indispensables ?

5 astuces pour ne pas abandonner son Bullet Journal

Ça va bientôt faire 2 ans que je tiens mon Bullet journal, j’en parle déjà ici et ici. Pourtant au début, ce n’était pas gagné, je me disais déjà que je ne tiendrais pas sur le long terme… Et pourtant, 2 ans plus tard, je crois pouvoir dire que j’ai trouvé l’outil d’organisation qui me convient. Je crois avoir essayé tous les supports avant celui-ci, j’adore la flexibilité qu’il apporte et la facilité du Bujo (quand on a enfin trouvé les mises en page qui nous correspondent). Alors je vous livre 5 conseils qui m’ont permis de tenir sur la durée.

Astuces pour ne pas abandonner son bullet journal

1. Prendre quelques minutes pour fixer ses objectifs avant de commencer

Est-ce que vous voulez un Bujo minimaliste ou plutôt décoré ? Pour la vie perso ou pour la vie pro ou encore pour les 2 ? Est-ce que je vais l’emmener partout sans avoir peur de l’ouvrir devant mes collègues, amis, famille ?

Je pense que c’est super important de savoir où on va pour ne pas se sentir perdu. Penser à la mise en page, à ce qu’on souhaite trouver dans son journal dans quel ordre etc…

2. Faire un Bullet journal pour soi, pas pour faire de jolies photos à poster sur Instagram

Je pense que c’est ça qui décourage le plus de gens. On voit des journaux qui ressemblent à des œuvres d’art, on croit pouvoir en faire autant mais on est vite confronté à ses propres limites. Et on est déçu… Mais le principe de base du Bujo c’est de s’organiser, ce n’est pas un journal créatif. Certains sont faits pour ça et l’intègrent parfaitement à leur journal, et moi-même j’adore regarder les cahiers de ces personnes super douées, mais je n’ai pas de temps à consacrer à cela et voilà, c’est pas un drame 😉

3. Accepter de faire des erreurs

Encore une fois, au nom d’un perfectionnisme dévastateur ou d’une peur du pas joli, on n’ose parfois pas se lancer, c’est dommage quand même ! Il est rare que l’on commence un Bujo et qu’on trouve d’office la structure idéale. On se rend souvent compte en cours de route que telle ou telle chose ne nous convient pas. N’ayez pas peur d’en changer, c’est ça qui est fun avec le Bullet journal, si ça ne convient pas cette semaine, changez de technique pour la semaine suivante et vous finirez par trouver la façon qui vous convient le mieux. Quitte à faire un journal de « brouillon » pour commencer.

4. Avoir un petit cahier fourre-tout à côté

C’est vraiment un conseil qui m’a beaucoup aidée. Je n’aime pas remplir mon journal au travail, du coup j’ai toujours mon petit carnet fourre-tout avec moi dans lequel je me fiche d’écrire comme un cochon. J’y mets mes idées en vrac dès qu’elles arrivent et ensuite je la retranscris dans mon Bujo.

5. S’inspirer souvent

Vu l’essor qu’a vécu le Bullet Journal, il n’est pas difficile de trouver des exemples de pages que les gens ont partagées (Pinterest, Instagram, Google Images…). Je n’ai pas peur de dire que je leur ai piqué pleins d’idées, parfois je les ai remises à ma sauce, parfois je les ai « volées » telles quelles ! Il y a des gens qui ont de sacré bonnes idées que je n’aurais pas eues de moi-même 🙂

PS : N’oubliez de rendre à César ce qui appartient à César si vous décidez de partager l’idée également.

Wishlist des 28 ans

Mercredi, j’aurai 28 ans, « enfin » j’ai envie de dire, puisque mon cerveau ne devait pas trop apprécier ce chiffre : à chaque fois qu’on me demandait mon âge je devais réfléchir pour ne pas dire 28 mais 27…

Et cette année, j’ai envie de me faire plaisir, j’ai demandé de l’argent à mes proches et j’ai repéré quelques petites choses sur lesquelles je vais sûrement craquer. C’est ce qu’il y a de bien à être née pendant les soldes, y’a moyen de se faire encore plus plaisir pour moins cher hihihi.

1. Une montre

Je suis super difficile en terme de montres parce que j’ai un poignet riquiqui du coup il me faut une montre avec un bracelet qui se ferme à l’aide de trous et l’idéal est un bracelet en cuir ou tissus sinon ça tient mal. J’ai trouvé mon bonheur chez Esprit :

Montre Esprit2. Un sac à main

Mais un sac pour aller au boulot donc il doit être joli ET fonctionnel. Assez grand mais pas trop pour pouvoir y fourrer mon bordel mais m’y retrouver quand même et noir pour aller avec tout. J’aime beaucoup ce modèle chez Desigual, pourtant ce n’est pas une marque que j’affectionne particulièrement, mais pour avoir vu ce sac en vrai, il donne mieux que sur la photo et il fait vraiment clâsse sans être trop voyant. En plus, il est fourni avec une grande pochette qui peut servir de sac plus petit grâce à la bandoulière.

Sac desigual sobre

3. Une jolie paire de boucles d’oreilles

Pour les bijoux, ce que j’aime c’est la simplicité et la sobriété. Mais j’aime investir dans des bijoux qui me suivront longtemps et privilégier la qualité plutôt que la quantité. Malheureusement, parfois on y met le prix et la qualité ne suit pas, c’est souvent la déception que j’ai avec mes bijoux. J’ai flashé sur ces 2 paires ultra discrètes, une en argent et une en or :

Boucles d'oreilles orBoucles d'oreilles argent

4. Un rouge à lèvre « de luxe »

Je ne me maquille pas énormément mais j’adore mettre l’accent sur les lèvres. Mes couleurs fétiches sont le rouge foncé & le bois de rose.

5. Des livres

Et évidemment, des livres !

Le jour où les lions mangeront de la salade verte couverture

La mère coupable couverture

Deliciously Ella au quotidien couverture

Et voilà pour ma wishlist d’anniversaire, rien de vraiment nécessaire, juste du superflu pour me faire plaisir ! Ca fait du bien de ne penser qu’à soi de temps en temps, non ? 🙂

[grossesse] 10 questions que je déteste qu’on me pose !

Bouddha zen

Je suis maintenant dans mon quatrième mois de grossesse, et je n’en peux déjà plus de toutes ces questions impolies, intrusives ou avec un soupçon de reproche. Évidemment, cet article est à prendre au second degré et évidemment je ne répondrai jamais ces réponses aux gens qui me posent ces questions… Mais quand même, parfois, ça démange !

1 – Tu vas l’allaiter ?

LA question #1 que je déteste, mais vraiment ! Je trouve que ça ne regarde personne d’autre que les parents. Au mieux, la réponse est oui et la personne en reste là. Au pire tu ne souhaites pas allaiter et c’est parti pour un débat… C’est un choix tellement personnel, quelle que soit la décision il faut la respecter et puis au final, qu’est-ce que ça peut faire à ces personnes si curieuses ?!

2 – T’es sûre, y’en a qu’un ?

Bah non, j’ai fait une blague à tout le monde, y’en a 4 !

3 – Tu vas le mettre où ?

Pas dans ton c*l, ça c’est sûr (parfois je rêve de lâcher ce genre de phrase, juste une fois, juste pour voir la tête des gens). Qu’il ait sa propre chambre ou non, encore une fois c’est un choix, si on voulait encore le garder dans notre lit jusqu’à ses 12 ans c’est encore bien notre problème.

4 – T’es prête à retourner dans les couches ?

Et comment ! Et aussi dans les gazouillis, dans les sourires aux anges, dans les câlins, dans les bisous, dans les petites jambes potelées et tout et tout…

5 – Ça va aller les réveils la nuit avec la petite qui dormira à côté ?

Qu’est-ce que j’en sais ?! Et puis, si ça va tant mieux, si pas on trouvera une solution à ce moment là, ne vous en faites pas pour ça !

6 – Et après en route pour le petit 3ème ?

Et un 4ème, et un 5ème… Peut-être, peut-être pas, l’avenir nous le dira. On va déjà faire sortir celui qui est entamé et puis on verra, d’accord ?

7 – T’as pris combien jusqu’ici ?

Je te demande ton âge à toi ?

8 – La grande sœur ne va pas être trop jalouse ?

cf. Question 4… Et puis, ça m’angoisse déjà assez pour entendre leur récit de mauvaises expériences, de grands frères qui recommencent à faire pipi au lit ou que sais-je…

9 – Tu veux un conseil ?

Non, merci, vraiment, ce coup-ci je n’en veux aucun !

10 – Tu as des nausée ? Non ?!

Désolée, je sais, j’ai de la chance. Je devrais peut-être dire pardon ?

Et vous, vous en avez aussi des questions que vous ne supportez pas ?

Bullet journal : Bilan après 1 an

Bilan bullet journal

Ça fait donc plus d’un an maintenant que je suis tombée dans le Bujo, pour ne plus en sortir ! J’étais très admirative de ceux que l’on peut trouver sur Pinterest et je voulais moi aussi un joli carnet tout illustré, joli et pratique. Je fais l’impasse sur les explications du concept, je pense qu’il y a assez d’articles sur la toile pour que vous trouviez la réponse à cette question 😉

Mon matériel

J’ai d’abord commencé avec un classeur fortmat A5 où je venais insérer mes feuilles. J’ai abandonné la méthode pour me servir de mon Filofax. Je l’ai gardé quelques mois mais ça ne me suffisait pas. Au final, je suis passée au cahier, « comme tout le monde » et c’est la méthode qui me convient le mieux. J’ai opté pour un Leuchttrum1917 A5 pointillé car c’est celui qui avait l’air le plus plébiscité par les utilisateurs du Bullet Journal. Et je comprends pourquoi ! Les pointillés facilitent autant les tracés que l’écriture droite, le papier est fin mais ne laisse pas mes feutres transpercer et il y a 2 marques pages (indispensables selon moi !).

Je cherche encore le stylo de mes rêves, je viens d’investir dans un Lamy, mais je n’ai pas encore trouvé mon bonheur. Je tiens à y écrire au stylo plume, j’ai toujours adoré ça et je trouve que ça lui donne une atmosphère particulière (non je ne suis presque pas folle !). D’ailleurs si vous avez des marques à me recommander, je suis preneuse !

dsc_0493

En ce qui concerne les couleurs, j’adore les Triplus Fineliner de chez Staedler, ils ont un éventail de couleurs assez incroyable et ce sont des feutres de très bonne qualité. J’ai craqué aussi pour quelques Tombow double pointes (marqueur et pinceau) qui sont géniaux également. Et pour les plus petits budgets, Stabilo a sorti une gamme de leurs célèbres surligneurs en teintes pastel.

Pour mes tracés et mes titres, j’utilise uniquement les feutres noirs Faber Castell PITT Artist en taille F.

Je transporte tout ça dans une petite sacoche dans mon sac à main, tout y rentre et c’est pratique quand je fais les magasins, je n’en ai pas besoin et j’enlève simplement la sacoche de mon sac. Rien ne s’éparpille et tout est protégé.

Je suis une fana de papeterie et croyez moi, j’ai essayé beaucoup de choses avant de trouver mon bonheur !

Mes pages

Autant je suis vraiment impressionnée par certains Bujo qui sont carrément des œuvres d’art, autant le mien est relativement simple. Je mets les titres en évidence mais à part ça, pas d’illustrations ni de fioritures. J’ai bien essayé au début mais je perdrais du temps et le but premier de mon Bujo est d’en gagner. Je reste très admirative des jolis cahiers et prends plaisir à les parcourir sur Pinterest, mais je ne suis pas douée, je reste du côté minimaliste pour ma part !

Chaque mois, j’insère une page pour le mois, mes souvenirs du mois, les achats que j’ai faits. Ensuite, j’intercale mes double pages à chaque semaine. J’ai trouvé la disposition qui me convient : à gauche, le côté agenda avec les tâches, les rendez-vous etc. et à droite les menus, les notes, les trackers, les articles du blog pour la semaine et ce qui est à venir. Toutes les infos que j’ai envie d’avoir en un coup d’œil sont au même endroit, c’est ce qui me plait.

Disposition semaine bullet journal

En parlant des trackers, j’avais commencé à les faire mensuellement mais je me suis vite découragée. Du coup, je le fais chaque jour au fur et à mesure et c’est beaucoup mieux comme ça. Je n’ai pas de trackers pré-définis, ils changent avec les semaines et les différents objectifs que je me fixe au fur et à mesure.

Ensuite, au fil de mes envies, j’intercale des pages, mon Bujo est pas mal axé psychologie et j’y fais de nombreuses listes : bucket list, wish list, idées cadeaux, gratitudes, … J’adore que tout soit mêlé dans le Bujo.

Idée page bullet journal

Les mauvais côtés

Oui, parce qu’il y en a ! Je trouve que malgré l’index, il est parfois difficile de retrouver une page. Je réfléchis à un moyen de rendre tout ça plus clair dans mon prochain cahier, je mettrai peut-être toutes les pages mensuelles en début de Bujo pour mieux m’y retrouver.

C’est parfois difficile d’assumer de l’ouvrir devant les gens. Il y a des personnes qui ont la critique facile et qui apparentent ça à un journal intime, du gribouillage ou des enfantillages. C’est dommage, s’ils se laissaient aller à un peu de curiosité ils pourraient peut-être y trouver eux aussi une nouvelle méthode d’organisation. Mais ça, c’est comme pour tout, quoi qu’on fasse, on subira les critiques. Pour ma part, j’essaie toujours d’être au calme pour le faire et donc seule. C’est arrivé à plusieurs reprises qu’un collègue entre dans mon bureau au moment où je le complétais, mais ils ne m’ont encore posé aucune question.

dsc_0494

Mes quelques conseils…

Mon premier conseil serait de vous dire de faire un cahier qui vous ressemble ! Ne vous lancez pas dans des illustrations de grande ampleur si vous n’êtes pas doué en dessin, vous allez vite vous décourager.

Ne vous mettez pas trop de règles, ça ne sert à rien, qu’à se frustrer. Laissez aller votre créativité.

Ne vous comparez pas. Tout le monde n’a pas une calligraphie impeccable ou le temps de faire de son Bujo une oeuvre d’art. Gardez à l’esprit que votre journal doit vous ressembler et que ce qui est utile au voisin ne l’est pas forcément pour vous.

Ne soyez pas trop perfectionniste. Prenez du recul et avouez que votre emploi du temps ne sera pas fichu si vous avez dû faire des corrections. J’avais beaucoup de mal avec ça au début mais à force, j’ai vite compris que mon Bujo ne serait jamais immaculé !

Acceptez de remettre votre disposition en questions. Au début, on teste pleins de choses et encore une fois ce qui fonctionne chez les autres n’est pas forcément le mieux pour nous, alors n’ayez pas peur de changer de méthode autant de fois qu’il vous en faudra pour trouver celle qui vous conviendra parfaitement.

Vous êtes-vous laissé tenter par le Bullet Journal ? Bujo-addict ou ce n’est pas pour vous ?