Forbidden – Tabitha Suzuma

Forbidden Suzuma couverture

Résumé

« Forbidden est un roman profondément troublant. L’amour qui naît entre Maya et Lochan est un amour impossible parce que la société l’interdit. Pourtant, dans cette famille dysfonctionnelle dont ils ont pris les rênes, se substituant à des parents absents, l’amour de Maya et Lochan a beau être contre-nature, c’est naturellement qu’il éclot. Privés de leurs repères dans cette famille qui vit repliée sur elle-même, ces adolescents fragiles luttent contre leur désir et leurs sentiments car ils savent que leur amour sera condamné unanimement par le monde extérieur. »

Mon avis

J’étais plutôt sceptique en commençant ce roman, j’avais l’impression de découvrir une énième histoire d’amour entre deux ados. Mais je n’ai pas lâché l’affaire car malgré tout, dès les premières pages, l’histoire devient addictive. On se retrouve plongé dans une famille écorchée : un père qui les a abandonnés, une mère absente et alcoolique pour le peu qu’elle est présente, deux ados qui doivent endosser le rôle de parents, des frères et sœurs qui ont du mal et accusent le coup…

J’ai aimé découvrir le quotidien de Maya et Lochan, j’ai adoré ces deux personnages d’ailleurs car ils sont tellement fragiles mais tellement courageux… La timidité de Lochan m’a émue et la simplicité de Maya également. Leur histoire d’amour naissante est belle et contraste avec leur vie de tous les jours. Certes ils sont soudés entre frères et sœurs mais tout est tellement compliqué pour eux.

J’ai fini ce roman en larmes tant la fin est bouleversante. C’est une histoire qui reste, pas le genre de roman que l’on oublie après quelques semaines. C’est beau, c’est fort et c’est tout autant tragique. On ne peut que s’imaginer à la place de tous les personnages, faire preuve d’empathie et essayer de comprendre ce qui peut sembler incompréhensible.

Le thème de l’inceste peut rebuter au premier abord mais il faut se laisser tenter malgré tout, croyez-moi ! Ce n’est pas passé loin du coup de cœur pour moi. Pourtant il est plutôt rare que ce soit le cas pour les ouvrages dont on entend énormément parler comme celui-ci mais je rejoins l’avis général : ce livre est à découvrir !

Forbidden de Tabitha Suzuma, publié aux éditions Milady – 380 pages – 16,90 €

[Hallowctober] Bird Box – Josh Malerman

Je ne suis pas spécialement fan des lectures qui font peur mais souvent, quand arrive le mois d’octobre, halloween et tout ça, j’aime bien me plonger dans ce genre d’histoires. Ca faisait un petit moment que Bird Box trainait dans ma PAL et j’ai eu une soudaine envie de l’en sortir…

Bird Box couverture

Résumé

La plupart des gens n’ont pas voulu y croire. Les incidents se passaient loin, sans témoins. Mais bientôt, la menace s’est rapprochée, a touché les voisins. Ensuite, Internet a cessé de fonctionner. La télévision et la radio se sont tues. Les téléphones ne sonnaient plus. Certains, barricadés derrière leurs portes et leurs fenêtres, espéraient pouvoir y échapper.

Depuis qu’ils sont nés, les enfants de Malorie n’ont jamais vu le ciel. Elle les a élevés seule, à l’abri du danger qui s’est abattu sur le monde. Elle a perdu des proches, a assisté à leur fin cruelle. On dit qu’un simple coup d’œil suffit pour perdre la raison, être pris d’une pulsion meurtrière et retourner sa violence contre soi. Elle sait que bientôt les murs de la maison ne pourront plus protéger son petit garçon et sa petite fille. Alors, les yeux bandés, tous trois vont affronter l’extérieur, et entamer un voyage terrifiant sur le fleuve, tentative désespérée pour rejoindre une colonie de rescapés.

Arriveront-ils à bon port, guidés par leur seule ouïe et leur instinct ?

Mon avis

Une fois ce livre ouvert, il est juste impossible de le refermer. On suit cette femme qui fuit avec ses enfants qui n’ont jamais vu ne serait-ce qu’un brin d’herbe. Ils ne peuvent se fier qu’à leurs ouïe, leur odorat, leur toucher pour essayer de survivre sur une terre dont ils ne savent plus rien. Le monde est devenu fou, comment ne pas céder à cette folie ?

J’ai beaucoup aimé ma lecture, à la fois stressante et angoissante ! L’auteur a vraiment su retranscrire dans son récit toute l’atmosphère de cette apocalypse, on vit les choses avec les personnages, on se met à leur place, on s’énerve de leurs réactions, on compatit. On s’attache à eux aussi, on est tendu pendant les 380 pages !

Au fur et à mesure de ma lecture, je me disais que si ce genre de drame venait à arriver pour de vrai, c’est exactement comme ça que ça se passerait et je pense que c’est ça qui donne toute sa dimension à cette histoire. On s’y croit et on se dit « et si ça arrivait, comment je réagirais ? ».

Véritable « page turner », ce bouquin se lit d’une traite et à partir de la lecture de la première page, ma seule envie a été de connaitre la fin. La fin, parlons-en, c’est la cerise sur le gâteau de se genre de livres… Mon soufflet est retombé bien vite malheureusement. J’aurais aimé que l’auteur nous en livre plus, beaucoup plus ! On reste sur sa faim et sur une note un peu trop facile à mon goût. C’est dommage, et j’espère secrètement qu’il y aura une suite parce qu’il y a bien trop de questions qui restent en suspens !

En conclusion, c’est une lecture que je vous conseille si vous voulez vous faire un peu peur (mais pas trop) sans pour autant que ce soit un récit trop sanglant (quoi que des fois un peu gore il faut l’admettre) mais qui reste dans le supportable. Pile poil dans le ton de la saison qui arrive. Il se lit vite et nous embarque directement dans l’histoire. Ce livre, qui devrait être adapté au cinéma en 2019, vaut le coup d’œil, surtout si vous lisez ce genre de romans ponctuellement et que vous ne voulez pas y aller trop fort.

Bird Box de Josh Malerman, publié aux éditions Calmann-Lévy dans la collection Orbit – Nombre de pages : 387 – Prix : 20,90 € (également disponible au Livre de Poche à 7,30 €)

La quête d’Ewilan, tome 1 : d’un monde à l’autre – Pierre Bottero

Couverture quête ewilan tome 1

Résumé

« La vie de Camille, adolescente surdouée, bascule quand elle pénètre accidentellement dans l’univers de Gwendalavir avec son ami Salim. Là des créatures, les Ts’liches, la reconnaissent sous le nom d’Ewilan et tentent de la tuer. Originaire de ce monde, elle est l’unique héritière d’un don prodigieux, le Dessin, qui peut s’avérer une arme fatale dans la lutte de son peuple pour reconquérir pouvoir, liberté et dignité. Épaulée par le maître d’armes de l’empereur et un vieil érudit, Camille apprend à maîtriser son pouvoir… »

Mon avis

J’ai tellement entendu parler de cette saga et j’ai mis tellement de temps à m’y mettre. Mais pourquoi ?! J’ai adoré ma lecture et je pense que malgré qu’elle soit cataloguée « jeunesse » c’est une sage qui, à l’image d’Harry Potter, peut se lire à tout âge et qu’on prend toujours autant de plaisir à lire quand on aime la fantasy.

Pierre Bottero a signé là une histoire hallucinante, pleine de rebondissements et vraiment addictive. Quelle imagination ! Autant je suis admirative des auteurs contemporains à la plume agréable, autant je le suis encore plus pour ceux qui parviennent à créer un univers de toutes pièces.

On s’attache à Camille et Salim, on apprend à connaitre ce monde qui nous transporte et on frissonne en même temps que les personnages dans chacune de leurs péripéties. J’ai hâte de me lancer dans la suite, je pense que ça ne tardera pas, tellement j’ai été conquise par ce premier tome.

Un seul conseil : ne vous fiez pas à son rayonnage « jeunesse », à 28 ans je me suis laissée emporter comme je l’aurais fait à 14 et j’en suis ravie, étant parfois un peu sceptique à l’idée de me lancer dans des ouvrages destinés aux ados. Celui-ci est une valeur sûre !

La quête d’Ewilan, tome 1 : d’un monde à l’autre de Pierre Bottero, publié aux éditions Rageot – 320 pages – Prix : 7,60 €

Audrey Retrouvée de Sophie Kinsella

Résumé

« Audrey a 14 ans. Elle souffre de troubles anxieux. Elle vit cachée derrière ses lunettes noires, recluse dans la maison de ses parents à Londres. Ça, c’était avant. Avant que Dr Sarah, son psychiatre, lui demande de tourner un film sur sa famille, pour voir la vie d’un œil nouveau : celui de la caméra. Avant que Linus, un copain de son frère, débarque. Avec son grand sourire et ses drôles de petits mots griffonnés sur le coin d’une feuille, il va pousser Audrey à sortir. Et à redécouvrir le monde… »

Couverture livre audrey retrouvée

Mon avis

Ce livre me fait de l’œil depuis pas mal de temps, mais j’étais réticente à chaque fois car j’avais peur que ce soit trop jeunesse. Le quotidien d’une jeune fille de 14 ans étant assez loin du mien… J’ai profité d’une offre chez Belgique Loisirs pour craquer et au final, j’ai quand même été emportée.

Alors certes, c’est bel et bien le quotidien d’une ado, avec ses doutes d’ado et tous les autres problèmes qui gravitent autour d’elle, mais on s’attache bien vite à cette famille. A ces parents et leurs doutes, à son grand frère persécuté par ses parents aussi, au petit frère trop adorable, et puis à Linus… A Audrey aussi, évidemment, on a envie de savoir ce qui lui est arrivé, si elle va finir par s’en sortir. Si elle va réussir à mettre ses peurs et ses angoisses de côté. Et au final, on arrive bien trop rapidement au bout de ces 300 pages et on a un petit pincement au cœur de quitter tous ces chouettes personnages.

Comme quoi, parfois ça peut avoir du bon d’aller au-delà d’une couverture (affreuse d’ailleurs, vous ne trouvez pas ?!) et de préjugés et de se lancer dans un roman qui ne nous attirait pas au début.

En bref, « Audrey retrouvée » c’est le roman idéal pour la plage, pour l’été, pour se replonger un peu dans son adolescence et découvrir une famille déjantée mais complètement géniale.

Audrey Retrouvée de Sophie Kinsella, publié chez Pocket Jeunesse – 304 pages – Prix : 17,50€ (ou 9,99€ chez Belgique Loisirs)

La loi du cœur – Amy Harmon

Couverture la loi du coeur

« Il a été retrouvé dans un panier de linge sale au Lavomatic, emmailloté dans une serviette. Au journal de vingt heures, ce nourrisson âgé de quelques heures à peine et déjà à l’article de la mort, abandonné par une mère accro au crack, a été baptisé Bébé Moïse. Les gens adorent les bébés, même les  » bébés crack « . Mais les bébés grandissent, ils deviennent des enfants, puis des adolescents. Et personne ne veut d’un ado amoché par la vie. Moïse était amoché. Mais il était aussi étrange, et tellement beau. Il allait changer ma vie, plus que je n’aurais jamais pu l’imaginer. J’aurais peut-être dû écouter les conseils de ma mère et rester à l’écart. Moïse lui-même m’avait prévenue… »

La grosse boulette quand j’ai voulu lire ce roman, c’est que sans m’en rendre compte, j’ai commencé par le tome 2. Ils peuvent très bien se lire séparément mais du coup, je connaissais certains éléments de l’histoire et surtout certains personnages (Tag <3).

Néanmoins ce 1er tome lu après le second a été pour moi un véritable coup de cœur. Je crois qu’Amy Harmon a carrément dépassé Colleen Hoover dans mon top des auteurs de ce genre ! Quelle plume…

La force de ce roman réside sans aucun doute dans le caractère des personnages principaux, Moïse et Georgie. Tous deux sont loin d’être parfaits et c’est ça qui fait leur force. Après avoir joué toute leur adolescence au chat et à la souris, un événement va les séparer de nombreuses années et quand on retrouve les personnages 7 ans après qu’ils se soient vus pour la dernière fois, c’est là que l’histoire va devenir prenante et addictive. Les sujets traités ne sont pas (pour moi) du déjà vu et ils sont abordés autant du point de vue du personnage qui les vit que de ceux qui l’entourent. Et ça j’adore !

Les sujets sont difficiles, j’en ai versé des larmes en 3 jours de lecture… Mais tellement beaux à la fois. J’ai beaucoup aimé l’alternance de point de vue, ça porte le roman, vraiment (pourtant je n’en suis pas fan habituellement). Et la particularité de Moïse est un sujet qui m’intéresse tout particulièrement et j’ai adoré la façon dont il a été abordé.

Le suspense est présent également, surtout à la fin, où on tourne les pages sans même s’en apercevoir. Et le fait que j’ai lu le spin-off d’abord n’a pas diminué mon impatience à connaitre la fin.

Le seul point négatif que je trouve à ce roman, ce sont les dialogues du début où l’auteur a essayé de retranscrire les accents du Texas, mais ça en devenait irritant au bout d’un moment… Heureusement, ce phénomène est moins récurrent dans la seconde partie (ou alors je m’y suis habituée !).

Je vous recommande ce livre si vous aimez les histoires qui vous feront traverser un panel d’émotions assez incroyable, les romans poignants et les belles histoires d’amour.

La loi du cœur d’Amy Harmon, publié dans la collection R – 432 Pages – 17,90€