A quelques jours de ma DPA : mon ressenti

Ma fille et moi enceinte

Voilà, j’y suis à la fin de cette jolie grossesse. Mes impressions en vrac à J-9 :

  • J’ai l’impression que c’est interminable et j’ai aussi l’impression que c’est passé bien trop vite. Tout est prêt maintenant, mon petit bonhomme peut arriver quand il veut. J’ai tellement hâte de le découvrir…
  • J’ai aussi hâte de dévoiler son prénom, je suis fière qu’on ait réussi à garder le secret jusqu’au bout. C’est un prénom qui me tient à cœur, on a eu beaucoup de mal à se décider avec Chéri et puis, dans le fond, c’était évident. On a trouvé un compromis et on a gardé notre secret bien à nous.
  • Je ne tiens plus de savoir comment va réagir Lucy quand elle va le voir. Est-ce qu’elle va être curieuse ? Maternante ? Est-ce qu’il va lui faire peur ? Va-t-elle l’ignorer ? Il y a tellement de possibilités ! C’était ma grande crainte depuis le début, bientôt je devrai y faire face, j’espère que tout se passera pour le mieux.
  • Je n’ai pas peur de l’accouchement. J’espère que ça se passera bien. Là il peut se déclencher à n’importe quel moment, je suis toujours un peu sur le qui-vive mais c’est excitant ! Je suis déjà passée par là, donc j’y vais plus sereinement, mais il reste toujours des questions: est-ce que comme pour Lucy je perdrai les eaux à un endroit improbable ? Est-ce qu’on va me le déclencher ? Est-ce que j’aurai mes premières contractions à la maison ? Trop de suspense ahah…
  • Je suis enfin en congé depuis mardi, j’ai pu boucler les derniers petits détails, son parc est prêt il n’attend que lui, je le regarde tout le temps, j’imagine Lucy tout prêt…
  • Je n’arrive toujours pas à imaginer son visage !
  • Le travail en lui-même a déjà un peu commencé, ouverture et perte du bouchon, comme pour Lucy, du coup j’espère bien qu’au mieux il sera là avec un peu d’avance. J’espère surtout qu’on ne devra pas me déclencher, et que tout se fera naturellement. Dans tous les cas, le principal étant que lui et moi soyons en bonne santé évidemment.
  • Je reçois quotidiennement des messages de mes proches pour savoir si ça y est j’ai accouché ou pas, ça me fait toujours bien rire.
  • On a commencé les paris sur la date d’ailleurs. J’avais misé sur le 21 septembre, j’aimais bien l’idée qu’il naisse le jour de l’automne. Il lui reste quelques heures pour me donner tort ou raison, mais je n’ai plus trop d’espoir déjà…
  • Je redoute le séjour à la maternité. J’ai dit autour de moi que je préférais accueillir les gens qui ne sont pas de la famille proche au calme à la maison. On verra si le message est passé. Je garde un très mauvais souvenir de mon 1er séjour : trop de gens, trop de stress, trop chaud. Pour celui-ci j’hésite même à attendre un peu avant d’annoncer la naissance aux personnes moins proches…
  • J’ai fait la liste des trucs que mon Chéri doit me ramener à manger au plus vite, au menu : un sandwich à l’américain avec plein de crudités, du saumon fumé et des sushis.
  • Même si j’adore être enceinte et que je trouve que c’est une expérience magnifique, j’ai hâte de récupérer mon corps rien qu’à moi. Je sais que sentir ses petits coups va me manquer mais n’empêche.
  • J’ai l’impression d’avoir tout oublié de comment s’occuper d’un nouveau né, mais je suis sûre que tout va bien vite me revenir.
  • Je crois que j’ai été traumatisée pour mon 1er accouchement : 19 heures de travail sans avoir mangé depuis plus de 24h. Alors pour l’instant dès que je finis un repas, ma 1re pensée c’est « c’est bon, j’ai mangé, je peux accoucher » ^^.
  • Maintenant que tout est prêt et que je suis en congé, je me sens toute perdue. J’ai récuré la maison du sol au plafond, j’ai tout réorganisé. Lucy passe ses journées à l’école. Je m’ennuie en fait, ahah ^^ Et je sais très bien que ça ne sert à rien d’en profiter pour dormir, ça ne changera pas mon état de fatigue quand il sera là 😉
  • Plus ça avance et plus je vois les différences qu’il y a entre une 1re et une seconde grossesse, j’en ferai sans doute un article très bientôt.

Voilà pour mes pensées dans ces derniers moments de femme enceinte. J’essaie quand même de profiter à fond jusqu’au bout, étant donné qu’un petit 3ème n’est pas prévu au programme. Je n’ai plus qu’à espérer que mon accouchement sera à l’image de ma grossesse : parfaite et sans complications !

 

Se laisser submerger par les émotions, c’est bien aussi parfois

En temps « normal » (comprendre quand je ne suis pas enceinte 😉 ) je suis quelqu’un d’assez sensible. Ou plutôt d’empathique, je vais vite être blessée si les gens que j’apprécie ne vont pas bien. Là, en fin de grossesse, je me rends compte que je suis hyper sensible. Un bête truc qui ne m’atteindrait pas habituellement peut me submerger de tristesse ou de colère. Et là où c’est encore pire, c’est quand l’entourage ne comprend pas : « Pourquoi tu te mets dans cet état pour un truc pareil ? »

Enfant colère

Et pourquoi pas en fait ?!

On a parfois juste besoin de se décharger de toutes ces émotions qu’on garde en nous pour tous ces trucs qui n’en valent pas la peine mais qui, malgré nous, nous touchent quand même.

Pour la petite histoire, hier, j’ai craqué. Pour quelque chose qui peut sembler terriblement bête (mais qui, avec le recul, ne l’est pas tellement selon moi), je me suis énervée, j’ai tergiversé dans mon lit pendant bien trop longtemps et puis, je me suis isolée et j’ai pleuré. Jusqu’à ce que je n’en ai plus envie. Hé bien, ça m’a fait du bien de pleurer pour cette petite bêtise. Bon, je me rends compte que ce n’était que la goutte d’eau, que je pleurais aussi parce que, même si j’essaie de faire semblant que non, je stresse pour ce deuxième bébé qui arrive (et pour qui, j’ai l’impression que rien n’est prêt). Je stresse qu’on ne lui trouve pas de prénom qui nous plaise vraiment à tous les 2, je m’énerve parce que c’est moi qui dois penser à tout préparer, je me braque parce qu’en face de moi c’est l’incompréhension, que malgré moi j’ai peur de l’accouchement… Pour toutes ces petites choses qui me suivent au quotidien. Alors quand je demande de l’aide pour un truc qui prend 10 secondes et qu’on oublie, ça rajoute une couche à tout ça et ça déborde.

Donc il nous arrive de craquer oui, mais plus à cause de l’accumulation que pour la chose qui va, à première vue, provoquer l’explosion…

L’important pour moi, c’est de se rendre compte que ça va arriver, c’est d’en parler, c’est de s’isoler et de se décharger comme on en ressent le besoin (pleurer, crier dans un coussin, aller courir, écrire…). Après, on pourra de nouveau faire face, plus serein (jusqu’à la prochaine fois).

Je pense qu’on a le droit d’être triste ou en colère parfois. On est bienveillant envers nos enfants, on veut leur donner une éducation positive… Et si on était tout aussi bienveillant avec nous-mêmes ? Si, comme les enfants, on avait besoin de taper une grosse colère de temps en temps pour retrouver notre équilibre ? Je pense que c’est nécessaire pour nous aussi et qu’il ne faut pas culpabiliser.

J’ai plein d’envies !

L’été est pour moi souvent synonyme d’envies en tout genre. Je ne sais pas si c’est l’approche de la rentrée, et donc de renouveau, ou bien les soldes, ou encore le temps qui tourne au ralenti mais je me prépare à soulever des montagnes (ou des monts, ou des tas (de vêtements par exemple !)). Bref, je m’égare, je voulais simplement vous lister mes petites ou grandes envies du moment :

  • Nettoyer, ranger, astiquer

Il parait que ça s’appelle « préparer le nid ». Oui, il doit y avoir de ça aussi (j’accoucherai en septembre), mais c’est une envie irrépressible que j’ai tous les 3 ou 4 mois. Voir tous les jours les mêmes choses à la même place chez moi, y’a un moment où j’en peux plus ! Et là je fais le nettoyage par le vide et puis je file chez ikea/maisons du monde me trouver quelques bricoles pour renouveler un peu mon intérieur. Gros tri dans les tiroirs, les armoires, les produits qui trainent, le frigo, partout. Et là enfin, je me sens mieux, je respire. Je pense bien mettre à profit les 2 semaines de vacances qui commencent à pointer le bout de leur nez pour faire le grand ménage (j’envoie du rêve avec mon programme de vacances, je sais).

  • Cuisiner

Enfin, quand je dis cuisiner, c’est plutôt tester quelques nouvelles recettes. Je déteste cuisiner au quotidien, c’est un casse-tête autant pour moi que pour mon chéri et en ce moment, grossesse oblige, je suis hyper difficile. Je n’ai envie de rien, je me lasse de tout. Du coup, j’ai bien envie de tester des nouveaux trucs histoire de « pepser » un peu mon assiette. J’ai récemment acheté 2 livres super pour ça : Deliciously Ella au quotidien et Green Life de Victoria du blog Mango & Salt. Je ne suis pas végétarienne et encore moins vegan mais les produits présentés dans ces 2 bouquins sont originaux (pour moi) mais facilement trouvables à l’heure actuelle. Les recettes sont faciles, rapides et les visuels donnent envie. Je suis d’ailleurs en train de tester leurs recettes de petits déj’ et pour le moment, je suis convaincue !

  • Me cultiver

Au sens large, bien sûr ! Regarder des films, lire plus de livres, écouter des podcasts (d’ailleurs si vous avez de chouettes liens, je suis preneuse !), découvrir de nouveaux artistes, me replonger dans mes musiques préférées… Bref, j’ai envie d’avoir plus d’interactions à ce niveau, parce que ça me fait du bien mais que parfois je n’en prends simplement pas le temps.

  • Acheter et vendre

Mon dieu, les soldes auront eu ma peau cette année. J’ai craqué sur tellement de choses pour notre futur fils, c’est indécent 😀 (et j’ai même pas honte). Beh oui, je me lâche, je dois refaire tout une garde-robe ! Je ne pense plus avoir de bébé après celui-ci, du coup, je craque un peu, mais raisonnablement. En fait, j’ai fait des super bonnes affaires, mais j’en ai fait beaucoup (vous savez, le panier où les ristournes sont plus importantes que le total et puis on fait un panier par-ci, un par-là et à la fin du mois il ne vaut mieux pas faire le total…). D’un autre côté, j’ai mis en vente quelques trucs ce qui m’a fait rentrer quelques euros pour compenser. Et dans l’optique de mon grand ménage, j’ai bien envie de faire le tri dans les affaires de Lucy et mettre en vente un max de trucs. Et pour le petit frère je dois me promettre de le faire au fur et à mesure parce que mon grenier se compose à 90% de fringues et de matériel de puériculture de 0 à 4 ans.

  • Profiter de ma fille

Il ne lui reste que quelques semaines en tant que fille unique, alors j’ai envie de profiter d’elle à fond, de faire pleins de photos, de lui créer des jolis souvenir, de passer du temps à 2 (et à 3 avec son papa). Je sais qu’en toute fin de grossesse, ça sera dur alors il faut que je m’y mettre maintenant, il y a déjà tellement de trucs que je dois lui refuser à cause de mon gros bidou… Là, c’est décidé, je ferai tout ce que je peux pour lui faire passer de jolis moments et les immortaliser.

FB_IMG_1500653712058

Voilà pour mes envies du moment. Je vous avoue que j’ai hâte de voir arriver mes 2 petites semaines de congé pour pouvoir m’atteler à tout ça, à presque 8 mois de grossesse, c’est long et j’appréhende déjà mon retour de congés pour mon dernier mois de boulot avant le début d’une nouvelle grande aventure…

5 astuces pour moins souffrir de la chaleur quand on est enceinte

Vacance, désert, chaleur, tong, sable

Pour ma première grossesse, je n’avais eu aucun soucis concernant le fait d’être enceinte en été car j’ai accouché en janvier… Pour celle-ci mon accouchement est prévu pour septembre et la canicule bat son plein en Belgique pour le moment. Autant vous dire que ce n’est pas facile d’aller bosser sous 30 degrés quand nos bureaux n’ont pas d’air-co (pas la peine pour quelques jours de canicule parait-il) et sont entourés de fenêtres (coucou, oui, c’est moi dans l’aquarium… sans eau !).

Au début, j’étais optimiste, quand on me demandait comment je faisais avec cette chaleur, je disais que je faisais avec, comme tout le monde. Sauf que j’ai compris l’ampleur de la différence au 10è jour de grosse chaleur :

  • Les pantalons de grossesse qui remontent jusque sous les seins
  • Le manque de souffle à chaque mouvement
  • Le cœur qui s’emballe de temps en temps
  • La difficulté de rester debout, statique
  • Les nuits où tu suffoques, impossible de trouver une position adéquate avec la chaleur et le gros ventre
  • Le fait de boire beaucoup et d’aller 25 fois aux toilettes alors qu’on a juste envie de ne pas bouger

Et Dieu merci, je ne souffre pas encore (et je croise les doigts pour que ce ne soit pas le cas) de rétention d’eau ni de jambes lourdes.

Bref, je partage donc avec vous mes 5 petites astuces faciles pour rendre tout ça plus vivable :

  1. Éviter de mettre l’air-co trop fort : ça va ne faire qu’amplifier l’impression de chaleur quand vous n’y aurez plus accès et vous risquez d’attraper froid (il ne manquerait plus que ça !).
  2. Se rafraichir les bras, le cou, les jambes à l’eau tiède : ça n’a l’air de rien mais ça fait un bien fou ! J’en profite pour le faire à chaque fois que je passe aux toilettes (30 fois par jour quoi). Sans oublier d’acheter l’objet qui vous suivra partout et devriendra votre meilleur ami : le brumisateur d’eau.
  3. Surélever ses jambes dès que possible : ça fait du bien, même quand on ne souffre pas des jambes lourdes.
  4. Manger léger : des fruits, des plats froids, des légumes frais, en plus de faire du bien à votre corps, ça vous hydratera et vous fera du bien.
  5. Faire le plus de tâches possible le matin : c’est le moment où vous serez le moins fatiguée et où il fera le plus frais, après ça c’est repos bien mérité !
  6. BONUS : mangez des glaces sans culpabiliser, surtout si vous mangez léger la journée. Personne ne vous dira rien et de toute façon, vous avez une bonne excuse 😉

Vous en avez, vous des petites astuces pour rendre ce temps moins insupportable ?

Elle ne veut pas d’un petit frère…

Dès que j’ai appris ma grossesse et qu’elle a été confirmée, j’ai voulu en parler à Lucy, je voulais qu’elle soit la première au courant après mon conjoint. Elle a tout de suite bien compris ce qu’il se passait et dès les premiers jours, elle a décrété que ce serait une petite sœur. Même si on lui disait que ce serait peut-être un garçon, elle n’en démordait pas !

Très tôt, mon gynéco nous a annoncé le sexe, Lucy avait vu juste, elle aurait une petite sœur. On la laissait donc en parler librement, on lui parlait de sa future petite sœur et elle était super emballée.

Sauf que, enceinte de 6 mois, on m’annonce qu’en fait il y a un petit zizi qui a poussé entre les jambes de la petite sœur.

Ça m’a fait un petit choc, moi je m’étais déjà vue maman de 2 filles, j’imaginais leur complicité et la petite dans les anciens vêtements de sa grande sœur. Passée la surprise (et quand je me suis rendue compte que j’allais pouvoir refaire tout une garde-robe hihihi), j’ai eu peur… Il allait falloir l’annoncer à Lucy. J’imaginais d’emblée que ça n’allait pas être facile à avaler pour elle. Et je n’avais pas tort, mais je n’avais pas du tout anticipé sa seconde réaction.

Quand je suis allée la chercher à l’école et qu’on était toutes les deux dans la voiture, je lui ai expliqué la situation. Elle m’a répondu qu’il n’était pas question qu’elle ait un petit frère et elle s’est mise à pleurer… Je lui ai expliqué que même si c’était un petit garçon, c’est elle qui serait la grande sœur et ça l’a un peu calmée.

Je l’ai laissée digérer l’info quelques temps et puis je lui en ai reparlé. Je lui ai demandé innocemment ce qu’il y avait dans mon ventre et là elle me répondu « un bébé tortue ».

Bébé tortue éclos

Je me suis dit que ça allait lui passer, mais non, elle n’en démord pas depuis des semaines. Elle n’a jamais prononcé les mots « petit frère », elle doit faire un déni je crois ! Bon, j’espère que ça lui passera d’ici son arrivée et si pas, elle devra bien s’y faire 😉 mais ça me travaille quand même. Et puis, pourquoi un bébé tortue ?! Un bébé chat, chien, c’est encore mignon mais un bébé tortue je ne vois pas où elle a pu aller chercher ça…

Ce qui me rassure c’est qu’elle est quand même super attentionnée par rapport à mon ventre et au bébé qu’il y a dedans, elle ne veut juste pas l’appeler « petit frère » mais elle lui fait des câlins, des bisous etc.

Et vous, comment votre enfant a-t-il réagi à l’annonce de votre grossesse ? Vous avez déjà entendu parler de cas similaires ? Vous avez des astuces à me donner pour que ça se passe bien ?