La loi du cœur – Amy Harmon

Couverture la loi du coeur

« Il a été retrouvé dans un panier de linge sale au Lavomatic, emmailloté dans une serviette. Au journal de vingt heures, ce nourrisson âgé de quelques heures à peine et déjà à l’article de la mort, abandonné par une mère accro au crack, a été baptisé Bébé Moïse. Les gens adorent les bébés, même les  » bébés crack « . Mais les bébés grandissent, ils deviennent des enfants, puis des adolescents. Et personne ne veut d’un ado amoché par la vie. Moïse était amoché. Mais il était aussi étrange, et tellement beau. Il allait changer ma vie, plus que je n’aurais jamais pu l’imaginer. J’aurais peut-être dû écouter les conseils de ma mère et rester à l’écart. Moïse lui-même m’avait prévenue… »

La grosse boulette quand j’ai voulu lire ce roman, c’est que sans m’en rendre compte, j’ai commencé par le tome 2. Ils peuvent très bien se lire séparément mais du coup, je connaissais certains éléments de l’histoire et surtout certains personnages (Tag <3).

Néanmoins ce 1er tome lu après le second a été pour moi un véritable coup de cœur. Je crois qu’Amy Harmon a carrément dépassé Colleen Hoover dans mon top des auteurs de ce genre ! Quelle plume…

La force de ce roman réside sans aucun doute dans le caractère des personnages principaux, Moïse et Georgie. Tous deux sont loin d’être parfaits et c’est ça qui fait leur force. Après avoir joué toute leur adolescence au chat et à la souris, un événement va les séparer de nombreuses années et quand on retrouve les personnages 7 ans après qu’ils se soient vus pour la dernière fois, c’est là que l’histoire va devenir prenante et addictive. Les sujets traités ne sont pas (pour moi) du déjà vu et ils sont abordés autant du point de vue du personnage qui les vit que de ceux qui l’entourent. Et ça j’adore !

Les sujets sont difficiles, j’en ai versé des larmes en 3 jours de lecture… Mais tellement beaux à la fois. J’ai beaucoup aimé l’alternance de point de vue, ça porte le roman, vraiment (pourtant je n’en suis pas fan habituellement). Et la particularité de Moïse est un sujet qui m’intéresse tout particulièrement et j’ai adoré la façon dont il a été abordé.

Le suspense est présent également, surtout à la fin, où on tourne les pages sans même s’en apercevoir. Et le fait que j’ai lu le spin-off d’abord n’a pas diminué mon impatience à connaitre la fin.

Le seul point négatif que je trouve à ce roman, ce sont les dialogues du début où l’auteur a essayé de retranscrire les accents du Texas, mais ça en devenait irritant au bout d’un moment… Heureusement, ce phénomène est moins récurrent dans la seconde partie (ou alors je m’y suis habituée !).

Je vous recommande ce livre si vous aimez les histoires qui vous feront traverser un panel d’émotions assez incroyable, les romans poignants et les belles histoires d’amour.

La loi du cœur d’Amy Harmon, publié dans la collection R – 432 Pages – 17,90€

A la place du cœur – Arnaud Cathrine

Couverture à la place du coeur

Ce soir, Caumes a 17 ans et attend le déluge. Il ne sait qu’une chose : à la fin de l’année, il quittera sa ville natale pour rejoindre son frère aîné à Paris. Paris, la ville rêvée. Ce soir, Caumes a 17 ans et attend aussi le miracle qui, à son grand étonnement, survient : Esther – sujet de tous ses fantasmes – se décide enfin à lui adresser plus de trois mots, à le regarder droit dans les yeux et à laisser deviner un « plus si affinités »… Nous sommes le mardi 6 janvier 2015 et le monde de Caumes bascule : le premier amour s’annonce et la perspective obsédante de la « première fois ». Sauf que le lendemain, c’est la France qui bascule à son tour : deux terroristes forcent l’entrée du journal Charlie Hebdo et font onze victimes… À la place du cœur, c’est ça : une semaine, jour après jour, et quasiment heure par heure, à vivre une passion sauvageonne et exaltante ; mais une semaine également rivée sur les écrans à tenter de mesurer l’horreur à l’œuvre, à tenter de ne pas confondre l’information en flux continu avec un thriller télé de plus. Comment l’amour (qui, par définition, postule que « le monde peut bien s’écrouler ») cohabite-t-il avec la mort en marche ? Comment faire tenir ça dans un seul corps, dans une seule conscience ? Comment respirer à fond le parfum de la fille qu’on aime et comprendre, dans le même temps, que le monde qui nous attend est à terre ?

Avec « A la place du cœur », Arnaud Cathrine a su magner plusieurs sujets différents, les faire se rencontrer et en faire quelque chose de beau. Tout le monde se souvient des attentats survenus à Paris en 2015, tout le monde les a vécus différemment et c’est le point de vue de Caumes que l’on va découvrir ici. Caumes débute une histoire d’amour au même moment que surviennent les attentats et cela va susciter une multitude de questionnements en lui.

C’est beau parce que c’est instinctif, simple et à la fois tellement poignant… Pas de pathos, pas trop dans le débat, mais plutôt dans les faits et puis, chacun a son avis… On retombe dans notre adolescence et nos premiers amours le temps de 250 pages, à son âge à peu près, je vivais les attentats du World Trade Center et je me posais les mêmes questions. Comment ne pas s’y retrouver ? J’ai hâte de connaitre la suite, car le roman se termine sur un événement marquant et je suis curieuse de savoir comment Caumes va réagir.

Un roman que je conseille de mettre entre les mains de tous les ados, et aussi des adultes, pour se rendre compte que les jeunes aussi se sentent concernés et sont touchés de plein fouet par ce genre d’événements dramatiques.

A la place du coeur d’Arnaud Cathrine publié chez Hugo Roman, dans la collection R – 252 pages – 16 €