Forbidden – Tabitha Suzuma

Forbidden Suzuma couverture

Résumé

« Forbidden est un roman profondément troublant. L’amour qui naît entre Maya et Lochan est un amour impossible parce que la société l’interdit. Pourtant, dans cette famille dysfonctionnelle dont ils ont pris les rênes, se substituant à des parents absents, l’amour de Maya et Lochan a beau être contre-nature, c’est naturellement qu’il éclot. Privés de leurs repères dans cette famille qui vit repliée sur elle-même, ces adolescents fragiles luttent contre leur désir et leurs sentiments car ils savent que leur amour sera condamné unanimement par le monde extérieur. »

Mon avis

J’étais plutôt sceptique en commençant ce roman, j’avais l’impression de découvrir une énième histoire d’amour entre deux ados. Mais je n’ai pas lâché l’affaire car malgré tout, dès les premières pages, l’histoire devient addictive. On se retrouve plongé dans une famille écorchée : un père qui les a abandonnés, une mère absente et alcoolique pour le peu qu’elle est présente, deux ados qui doivent endosser le rôle de parents, des frères et sœurs qui ont du mal et accusent le coup…

J’ai aimé découvrir le quotidien de Maya et Lochan, j’ai adoré ces deux personnages d’ailleurs car ils sont tellement fragiles mais tellement courageux… La timidité de Lochan m’a émue et la simplicité de Maya également. Leur histoire d’amour naissante est belle et contraste avec leur vie de tous les jours. Certes ils sont soudés entre frères et sœurs mais tout est tellement compliqué pour eux.

J’ai fini ce roman en larmes tant la fin est bouleversante. C’est une histoire qui reste, pas le genre de roman que l’on oublie après quelques semaines. C’est beau, c’est fort et c’est tout autant tragique. On ne peut que s’imaginer à la place de tous les personnages, faire preuve d’empathie et essayer de comprendre ce qui peut sembler incompréhensible.

Le thème de l’inceste peut rebuter au premier abord mais il faut se laisser tenter malgré tout, croyez-moi ! Ce n’est pas passé loin du coup de cœur pour moi. Pourtant il est plutôt rare que ce soit le cas pour les ouvrages dont on entend énormément parler comme celui-ci mais je rejoins l’avis général : ce livre est à découvrir !

Forbidden de Tabitha Suzuma, publié aux éditions Milady – 380 pages – 16,90 €

Coup de coeur jouet : Le lecteur interactif Tiptoi

Tiptoi

Je suis une (très) grande fan de jouets et jeux en tout genre. L’arrivée de St Nicolas me tarde encore plus qu’à Lucy je crois et d’ailleurs tous nos cadeaux sont déjà trouvés (je vous partagerai très vite mes idées de cadeaux d’ailleurs !), commandés et presque bien cachés. Mais je ne craque pas pour n’importe quoi et pour qu’un jouet me plaise il faut souvent qu’il apprenne quelque chose.

L’année passée, Lucy a reçu un coffret Tiptoi et c’est carrément devenu un coup de cœur parmi tous nos jouets éducatifs.

Le principe : « tiptoi® est un tout nouveau système éducatif interactif qui stimule les enfants, qui les invite à découvrir le monde de façon autonome et amusante. Quand l’enfant pointe le stylo sur une image ou un texte, il entend des sons, des informations, des personnages ou de la musique. Tiptoi® fonctionne sur différents supports tels que les livres, les jeux et les puzzles, et offre ainsi un contenu diversifié et plein de connaissances ! »

Le support principal est donc un stylo qui émet différentes phrases/sons/musique selon le jeu choisi: il y a des livres, des jeux de société ou des puzzles. Pour chaque support il y a différents modes : Découvrir (pour découvrir l’histoire, les sons, les personnages…), Connaitre (pour apprendre des anecdotes, des informations…), Raconter (on entend les personnages s’animer et raconter des histoires), Jouer (pour faire des jeux, répondre à des énigmes,…).

J’aime vraiment beaucoup le concept, les livres sont jolis, les capteurs sont invisibles et chaque élément du support est interactif : si on pointe le stylo sur le moindre oiseau dans le ciel, il émettra un son. Chaque livre et chaque jeu est classé par âge et y correspond réellement, souvent ils sont même évolutifs et on peut y jouer seul ou à plusieurs. A la maison, on valide et on demande un nouveau jeu à chaque fête.

Voici ceux que nous avons :

  • La ferme

Tiptoi livre la ferme

Un livre pour apprendre ce qu’est le quotidien à la ferme, apprendre plein de vocabulaire relatif à cet environnement ainsi que les bruits des animaux et des petits jeux sympas pour apprendre en s’amusant.

  • Le robot des chiffres

Tiptoi jeu robot des chiffres

Je crois que celui-ci est mon préféré ! L’enfant peut jouer seul ou à plusieurs, il s’agit ici plutôt d’un jeu où le but est de donner à manger des chiffres et des formes à un chouette petit robot rigolo. Il y a plusieurs niveaux de jeux du coup le jeu dure dans le temps et ça c’est important aussi.

  • Music Academy des p’tits monstres

Tiptoi jeu Music Academy

Ici aussi c’est un jeu de société où l’enfant peut également jouer seul. Pour apprendre les notes, les instruments, les sons du quotidien. Il est vraiment bien fait mais un peu plus difficile par moment en mode jeu, j’ai moi-même du mal à reconnaître les notes parfois…

Et on a commandé le livre sur le corps humain à St Nicolas, j’espère qu’il va nous l’apporter 😉 ! On n’a pas encore essayé les puzzle mais j’ai hâte que Lucy soit assez grande car j’adore ça et elle aussi.

Egalement disponibles : les dinosaures, l’atlas, l’anglais, la lecture, les pirates, le centre équestre, les figurines interactives … Il y a un choix impressionnant, pour tous les goûts. Je vous invite à aller voir sur le site de Ravensburger  pour en apprendre un peu  plus si ce jeu vous intéresse !

[Hallowctober] Bird Box – Josh Malerman

Je ne suis pas spécialement fan des lectures qui font peur mais souvent, quand arrive le mois d’octobre, halloween et tout ça, j’aime bien me plonger dans ce genre d’histoires. Ca faisait un petit moment que Bird Box trainait dans ma PAL et j’ai eu une soudaine envie de l’en sortir…

Bird Box couverture

Résumé

La plupart des gens n’ont pas voulu y croire. Les incidents se passaient loin, sans témoins. Mais bientôt, la menace s’est rapprochée, a touché les voisins. Ensuite, Internet a cessé de fonctionner. La télévision et la radio se sont tues. Les téléphones ne sonnaient plus. Certains, barricadés derrière leurs portes et leurs fenêtres, espéraient pouvoir y échapper.

Depuis qu’ils sont nés, les enfants de Malorie n’ont jamais vu le ciel. Elle les a élevés seule, à l’abri du danger qui s’est abattu sur le monde. Elle a perdu des proches, a assisté à leur fin cruelle. On dit qu’un simple coup d’œil suffit pour perdre la raison, être pris d’une pulsion meurtrière et retourner sa violence contre soi. Elle sait que bientôt les murs de la maison ne pourront plus protéger son petit garçon et sa petite fille. Alors, les yeux bandés, tous trois vont affronter l’extérieur, et entamer un voyage terrifiant sur le fleuve, tentative désespérée pour rejoindre une colonie de rescapés.

Arriveront-ils à bon port, guidés par leur seule ouïe et leur instinct ?

Mon avis

Une fois ce livre ouvert, il est juste impossible de le refermer. On suit cette femme qui fuit avec ses enfants qui n’ont jamais vu ne serait-ce qu’un brin d’herbe. Ils ne peuvent se fier qu’à leurs ouïe, leur odorat, leur toucher pour essayer de survivre sur une terre dont ils ne savent plus rien. Le monde est devenu fou, comment ne pas céder à cette folie ?

J’ai beaucoup aimé ma lecture, à la fois stressante et angoissante ! L’auteur a vraiment su retranscrire dans son récit toute l’atmosphère de cette apocalypse, on vit les choses avec les personnages, on se met à leur place, on s’énerve de leurs réactions, on compatit. On s’attache à eux aussi, on est tendu pendant les 380 pages !

Au fur et à mesure de ma lecture, je me disais que si ce genre de drame venait à arriver pour de vrai, c’est exactement comme ça que ça se passerait et je pense que c’est ça qui donne toute sa dimension à cette histoire. On s’y croit et on se dit « et si ça arrivait, comment je réagirais ? ».

Véritable « page turner », ce bouquin se lit d’une traite et à partir de la lecture de la première page, ma seule envie a été de connaitre la fin. La fin, parlons-en, c’est la cerise sur le gâteau de se genre de livres… Mon soufflet est retombé bien vite malheureusement. J’aurais aimé que l’auteur nous en livre plus, beaucoup plus ! On reste sur sa faim et sur une note un peu trop facile à mon goût. C’est dommage, et j’espère secrètement qu’il y aura une suite parce qu’il y a bien trop de questions qui restent en suspens !

En conclusion, c’est une lecture que je vous conseille si vous voulez vous faire un peu peur (mais pas trop) sans pour autant que ce soit un récit trop sanglant (quoi que des fois un peu gore il faut l’admettre) mais qui reste dans le supportable. Pile poil dans le ton de la saison qui arrive. Il se lit vite et nous embarque directement dans l’histoire. Ce livre, qui devrait être adapté au cinéma en 2019, vaut le coup d’œil, surtout si vous lisez ce genre de romans ponctuellement et que vous ne voulez pas y aller trop fort.

Bird Box de Josh Malerman, publié aux éditions Calmann-Lévy dans la collection Orbit – Nombre de pages : 387 – Prix : 20,90 € (également disponible au Livre de Poche à 7,30 €)

Sa rentrée 2017-2018

Lucy petite fille pensive
Une de mes photos préférées, où je vois à quel point elle a grandi pendant ces 2 mois de congés !

Comment passer à côté de ce sujet que l’on voit quasiment partout à cette période de l’année ? Je ne sais pas vous, mais moi, j’adore la rentrée. Même si cette année, je ne la savoure pas comme les autres, étant donné que je serai en repos de maternité à partir du 19 septembre… Pour cette fois, pas de bonnes résolutions du 1er septembre, je les prendrai toutes en une fois en janvier !

Lucy est donc rentrée vendredi 1er septembre en première maternelle. L’année passée, elle était en première année d’accueil. Tout s’est passé pour le mieux malgré mon appréhension : elle adorait ses institutrices l’année passée et n’a fait que de me parler d’elles pendant tous les congés. Du coup, j’avais un peu peur qu’elle ne veuille pas changer de classe ni d’instit cette année. Je l’avais bien briefée avant et au final, ça a été, elle y est allée avec joie et bonne humeur. Le nouveau cartable et les nouvelles chaussures aidant à la motiver 😉

Cette année, gros changement pour elle puisqu’ils ont scindé la classe en 2 et qu’elle n’est plus avec les mêmes copains de classe, surtout qu’il y a pleins de petits nouveaux qui débarquent fraîchement en 1ère maternelle. J’ai parfois l’impression que Lucy est un peu solitaire dans sa classe, elle n’a pas vraiment de copain à qui elle s’attache vraiment, elle préfère de loin s’amuser avec les grands et ils l’adorent !

Nous avons tenus à l’accompagner pendant cette première journée, habituellement elle va à la garderie le matin et le soir, mais pour la rentrée, je prends congé pour découvrir cette journée avec elle. Et entre-temps je prends soin de moi (shopping et coiffeur pour ma rentrée à moi 😉 ), ça va devenir mon rituel du 1er septembre je pense hihi.

Elle a vite retrouvé ses repaires, ses « madames » préférées et elle a pu découvrir sa nouvelle salle de classe. Elle a fait comme si elle était chez elle, elle s’est directement assise à une table et a commencé à jouer, ça y est papa et moi on n’existait plus !

De ce côté-là tout va bien, mais de notre côté, Chéri et moi on est assez sceptiques de l’attitude de son institutrice. J’ai d’ailleurs assez hâte de pouvoir la rencontrer plus personnellement lors de la première réunion parents/profs. Heureusement qu’elle a une puéricultrice pour l’aider et que Lucy la connait bien, ça me rassure un peu… Mais faire culpabiliser (et stresser) les parents dont les enfants ne sont pas propres, rendre des documents bourrés de fautes d’orthographe, zapper les siestes et la voir complètement dépassée au moment de la fin des cours, ça ne me rassure pas trop. Je suis contente que Lucy soit propre et autonome pour le coup, mais je ne peux pas m’empêcher de me mettre dans la peau des parents qui mettent leur enfant à l’école pour la 1re fois. J’espère que ce n’est qu’une mauvaise première impression et que son instit’ aussi va trouver ses marques rapidement…

Je serai aussi un peu plus relax au niveau des horaires pendant mon congé maternité, ce qui ne sera pas plus mal puisque ça lui fait pas mal de changement sur 1 mois à la Poupette : l’école, l’arrivée du petit frère… Mais je lui fais confiance, je pense (et j’espère) qu’elle va gérer tout ça comme une reine et qu’il nous faudra juste le temps de trouver notre nouveau rythme.

Et pour vous, la rentrée, comment ça s’est passé ?

La quête d’Ewilan, tome 1 : d’un monde à l’autre – Pierre Bottero

Couverture quête ewilan tome 1

Résumé

« La vie de Camille, adolescente surdouée, bascule quand elle pénètre accidentellement dans l’univers de Gwendalavir avec son ami Salim. Là des créatures, les Ts’liches, la reconnaissent sous le nom d’Ewilan et tentent de la tuer. Originaire de ce monde, elle est l’unique héritière d’un don prodigieux, le Dessin, qui peut s’avérer une arme fatale dans la lutte de son peuple pour reconquérir pouvoir, liberté et dignité. Épaulée par le maître d’armes de l’empereur et un vieil érudit, Camille apprend à maîtriser son pouvoir… »

Mon avis

J’ai tellement entendu parler de cette saga et j’ai mis tellement de temps à m’y mettre. Mais pourquoi ?! J’ai adoré ma lecture et je pense que malgré qu’elle soit cataloguée « jeunesse » c’est une sage qui, à l’image d’Harry Potter, peut se lire à tout âge et qu’on prend toujours autant de plaisir à lire quand on aime la fantasy.

Pierre Bottero a signé là une histoire hallucinante, pleine de rebondissements et vraiment addictive. Quelle imagination ! Autant je suis admirative des auteurs contemporains à la plume agréable, autant je le suis encore plus pour ceux qui parviennent à créer un univers de toutes pièces.

On s’attache à Camille et Salim, on apprend à connaitre ce monde qui nous transporte et on frissonne en même temps que les personnages dans chacune de leurs péripéties. J’ai hâte de me lancer dans la suite, je pense que ça ne tardera pas, tellement j’ai été conquise par ce premier tome.

Un seul conseil : ne vous fiez pas à son rayonnage « jeunesse », à 28 ans je me suis laissée emporter comme je l’aurais fait à 14 et j’en suis ravie, étant parfois un peu sceptique à l’idée de me lancer dans des ouvrages destinés aux ados. Celui-ci est une valeur sûre !

La quête d’Ewilan, tome 1 : d’un monde à l’autre de Pierre Bottero, publié aux éditions Rageot – 320 pages – Prix : 7,60 €