Les Carnets de Cerise – Tome 5

Couverture carnets de cerise tome 5

Résumé

« Cerise, onze ans, vit seule avec sa mère et rêve de devenir romancière. Elle a déjà commencé à écrire ses carnets ! Son sujet favori : les gens, et surtout les adultes. Elle les observe pour tenter de deviner leurs secrets les plus enfouis. Au fil de ses enquêtes, elle a compris à quel point son passé lui manquait et faisait tout pour ressurgir. À travers une correspondance avec sa mère, Cerise va replonger dans ses souvenirs, dans son enfance, des premières rencontres aux premiers mensonges… Ce voyage lui dévoilera le secret de ses carnets et on comprendra enfin pourquoi elle déteste tant que les adultes dissimulent quelque chose… »

Mon avis

Quel bonheur de retrouver Cerise ! C’est une des rares BD dont j’achète les nouveaux tomes dès leur sortie. Je les ai tous beaucoup aimés et j’attendais celui-ci avec impatience. Mon Chéri me l’a offert pour Noël et j’étais ravie.

Pas de suspens, j’ai adoré ce dernier volet. Le meilleur d’après moi ! On a dans celui-ci une révélation qu’on attendait depuis le début. Je n’ai fait que pleurer, cette BD est tellement émouvante…

J’adore voir évoluer la relation entre sa mère et elle. Ici, elles s’expriment dans un premier temps par lettres et c’est d’autant plus poignant.

Et puis les illustrations, quoi ! Elles sont ma-gni-fi-ques, il n’y a qu’à regarder la couverture pour s’en rendre compte. Quel talent, quel travail ! J’adore 🙂

Ce n’est pas une BD comique, elle n’est pas à mettre entre toutes les mains selon moi. Les sujets traités ici ne sont pas gais (même s’ils sont abordés de manière douce) et il se pourrait que ça blesse un public qui ne serait pas averti ou des jeunes enfants trop sensibles (comme moi maintenant ^^, alors je n’imagine même pas si je l’avais lu à 8-9 ans !). Ce n’est pas du Titeuf ou du Cédric… Mais ça reste tellement joli et mignon quand même, que je pense les relire cette année. Il me semble que c’est le dernier tome de la saga et j’ai ce pincement au cœur de quitter ces jolis personnages.

Je vous conseille vivement de lire cette BD, c’est un petit bijoux qui se déguste, d’autant plus si on le lit en étant adulte. Notre recul nous permet de lire entre les lignes et c’est génial.

Les carnets de Cerise, Tome 5 – Des premières neiges aux perséides de Joris Chamblain et Aurélie Neyret – Publié aux éditions soleil, collection Métamorphose – 80 pages – 15,95€

Frappe-toi le cœur – Amélie Nothomb

Frappe-toi le coeur Nothomb couverture

Résumé

« Frappe-toi le cœur, c’est là qu’est le génie », Alfred de Musset

Mon avis

Je n’ai jamais trop apprécié la plume d’Amélie Nothomb, je pense que j’ai essayé de lire ses romans précédents en étant trop jeune. Et puis les thématiques ne m’attiraient pas plus que ça.  Jusqu’à celui-ci car elle aborde un sujet qui me touche particulièrement : la jalousie d’une mère envers son enfant mais également la maltraitance par l’indifférence, ou encore le fait de préférer un enfant à un autre.

Je n’ai pas été déçue, j’ai même beaucoup aimé ma lecture. J’aime ce genre de livres qui racontent une histoire tout en allant droit au but.

Je me suis attachée au personnage de Diane, je me suis souvent questionnée : « qu’aurais-je fait à sa place ? ». J’ai souvent eu envie de la secouer un peu. Au final, j’ai compris ses décisions et je l’ai trouvée incroyable.

J’ai trouvé l’histoire belle car originale. C’est un sujet assez peu répandu dans le monde de la littérature mais beaucoup moins qu’on ne le pense IRL.

J’ai aimé la plume cette fois car je l’ai trouvée juste. Pas trop de fioritures, assez simple, même. Ça a rendu ma lecture fluide et rapide et ça a fait en sorte (avec l’histoire) que je ne puisse pas reposer ce roman avant de l’avoir terminé.

Une belle surprise en somme ! Je vous conseille vivement ce livre si les sujets abordés vous intéressent. Je suis loin d’être une inconditionnelle de l’autrice, je n’ai donc pas d’avis à émettre à savoir si ce livre est meilleur ou moins bons que les précédents mais je me pencherai plus souvent sur ses nouvelles publications à l’avenir.

Frappe-toi le coeur d’Amélie Nothomb, publié chez Albin Michel – 180 pages – 16,90€

November 9 – Colleen Hoover

Couverture november 9 colleen hoover

Résumé

 » Fallon et Ben se rencontrent par hasard alors que leur vie est en train de changer. La jeune femme est sur le point d’aller s’installer à New York où elle espère poursuivre une carrière d’actrice au théâtre. Ben veut devenir écrivain. Ils se croisent comme des étoiles filantes mais l’intensité de ce qu’ils partagent les pousse à se fixer un rendez-vous annuel, le neuf novembre. Fallon devient alors la source d’inspiration du roman de Ben. Chaque rendez-vous est une mine d’informations pour lui et, pour tous les deux, c’est le moyen de faire le point sur leur vie. Jusqu’au jour, un neuf novembre évidemment, où Fallon se met à douter de ce que Ben lui raconte sur lui-même. Peut-il avoir inventé sa vie comme un roman ? Et pourquoi ferait-il une chose pareille ? « 

Mon avis

Colleen Hoover fait immanquablement partie du top 3 de mes auteurs préférés. C’est la raison pour laquelle j’ai toujours une appréhension avant de me plonger dans ses romans : et si ça me décevait ?

Hé bien, encore une fois, elle a su conquérir mon petit cœur de lectrice en m’emportant dans son histoire. Impossible de lâcher ce livre… C’est simple : j’ai tout aimé ! Autant les personnages que l’histoire, que les rebondissements, j’ai vraiment adoré. J’ai ri et j’ai pleuré…

J’ai retrouvé ce que j’aime tant dans ses romans : les personnages. Ils ont toujours un passé difficile et c’est pour ça que j’accroche autant. Toute l’histoire ne tourne pas autour de ça et pourtant oui et pourtant non… Jusqu’à ce qu’on comprenne, jusqu’au retournement de situation de l’histoire. J’adore !

J’ai aimé qu’elle ne nous raconte que ce qui se passe ces 9 novembre, ce qui se passe entre-temps, on en apprend des bribes quand les personnages se rencontrent et se racontent leur vie. Ce qui pourrait passer à première vue comme redondant fait la magie de l’histoire et notre curiosité est piquée à chaque chapitre.

Pourtant le résumé ne me tentait pas plus que ça et si ce n’était pas du Colleen Hoover, j’aurais sûrement passé mon chemin, mais là, je ne regrette vraiment pas.

Je n’ai qu’une chose à vous recommander : foncez ! C’est une belle histoire d’amour, de famille, d’amitiés… C’est complètement addictif et si vous aimez la plume de l’auteur, n’hésitez plus un seul instant.

November 9 de Colleen Hoover, publié chez Hugo Romance – 340 pages – 17 €

Tortues à l’infini – John Green

Tortues à l'infini john green couverture

Résumé

« Aza Holmes, 16 ans, a tout pour être aimée et avoir un bel avenir, mais elle a grandi avec une pathologie psychique. Qui est-elle, où est-elle, lorsque la spirale vertigineuse de ses pensées obsessionnelles s’empare d’elle ? Vous aimerez Aza, qui raconte sa propre histoire, vous aimerez sa meilleure amie Daisy la tornade, et son peut-être amoureux Davis, fils d’un milliardaire mystérieusement disparu. Un trio improbable qui va mener l’enquête, et trouver en chemin d’autres mystères et d’autres vérités… »

Mon avis

Ce livre est sorti plus ou moins à la naissance de Raffael qui a pour surnom « bébé tortue » (clique ici si tu veux savoir pourquoi !). Du coup, ce livre m’attirait beaucoup. Je ne connaissais rien de l’histoire et je me suis plongée dedans sans en attendre grand chose.

Je suis mitigée concernant les romans de John Green, en général les avis sont très bons, trop bons même, selon moi. J’étais contente de pouvoir découvrir cette histoire alors que je n’avais lu aucune critique.

Au final, j’ai beaucoup aimé cette histoire. Enfin, l’histoire, pas tout à fait, c’est plutôt le sujet de fond que j’ai apprécié. Aza souffre d’anxiété et j’ai adoré comment ça avait été traité dans cette histoire. Aza est malade mais c’est quand même une tête brûlée, elle a du mal de vivre avec ça au quotidien mais ça ne l’empêche pas de vivre des aventures, même si ça ne facilite pas les choses pour elle. Et quand on sait que l’auteur s’est inspiré de sa propre expérience  pour écrire ce livre, ça rend les choses encore plus concrètes.

L’histoire en elle-même est sympa, sans plus, l’intrigue n’est pas des plus folles, pas des plus recherchées mais on s’en fiche au final, ce n’est pas ce qui compte. Ca aide tout de même à tourner les pages sans s’en rendre compte, on veut savoir si on va le retrouver ou non ce milliardaire.

Les personnages sont tous plus attachants les uns que les autres, d’ailleurs j’ai eu ce petit pincement au cœur en fermant le livre de devoir leur dire au-revoir, je m’y étais attachée. Je rêve secrètement d’une suite d’ailleurs !

Mais pour être honnête, je trouve que les 21€ sont injustifiés si ce n’est qu’il a été écrit par un auteur à succès, ça vaudrait peut-être le coup d’attendre sa sortie en poche. Mais il vaut le coup si le sujet vous intéresse, personnellement, j’ai passé un bon moment de lecture.

Tortues à l’infini de John Green, publié chez Gallimard – 352 pages – 21€

Forbidden – Tabitha Suzuma

Forbidden Suzuma couverture

Résumé

« Forbidden est un roman profondément troublant. L’amour qui naît entre Maya et Lochan est un amour impossible parce que la société l’interdit. Pourtant, dans cette famille dysfonctionnelle dont ils ont pris les rênes, se substituant à des parents absents, l’amour de Maya et Lochan a beau être contre-nature, c’est naturellement qu’il éclot. Privés de leurs repères dans cette famille qui vit repliée sur elle-même, ces adolescents fragiles luttent contre leur désir et leurs sentiments car ils savent que leur amour sera condamné unanimement par le monde extérieur. »

Mon avis

J’étais plutôt sceptique en commençant ce roman, j’avais l’impression de découvrir une énième histoire d’amour entre deux ados. Mais je n’ai pas lâché l’affaire car malgré tout, dès les premières pages, l’histoire devient addictive. On se retrouve plongé dans une famille écorchée : un père qui les a abandonnés, une mère absente et alcoolique pour le peu qu’elle est présente, deux ados qui doivent endosser le rôle de parents, des frères et sœurs qui ont du mal et accusent le coup…

J’ai aimé découvrir le quotidien de Maya et Lochan, j’ai adoré ces deux personnages d’ailleurs car ils sont tellement fragiles mais tellement courageux… La timidité de Lochan m’a émue et la simplicité de Maya également. Leur histoire d’amour naissante est belle et contraste avec leur vie de tous les jours. Certes ils sont soudés entre frères et sœurs mais tout est tellement compliqué pour eux.

J’ai fini ce roman en larmes tant la fin est bouleversante. C’est une histoire qui reste, pas le genre de roman que l’on oublie après quelques semaines. C’est beau, c’est fort et c’est tout autant tragique. On ne peut que s’imaginer à la place de tous les personnages, faire preuve d’empathie et essayer de comprendre ce qui peut sembler incompréhensible.

Le thème de l’inceste peut rebuter au premier abord mais il faut se laisser tenter malgré tout, croyez-moi ! Ce n’est pas passé loin du coup de cœur pour moi. Pourtant il est plutôt rare que ce soit le cas pour les ouvrages dont on entend énormément parler comme celui-ci mais je rejoins l’avis général : ce livre est à découvrir !

Forbidden de Tabitha Suzuma, publié aux éditions Milady – 380 pages – 16,90 €

Coup de coeur jouet : Le lecteur interactif Tiptoi

Tiptoi

Je suis une (très) grande fan de jouets et jeux en tout genre. L’arrivée de St Nicolas me tarde encore plus qu’à Lucy je crois et d’ailleurs tous nos cadeaux sont déjà trouvés (je vous partagerai très vite mes idées de cadeaux d’ailleurs !), commandés et presque bien cachés. Mais je ne craque pas pour n’importe quoi et pour qu’un jouet me plaise il faut souvent qu’il apprenne quelque chose.

L’année passée, Lucy a reçu un coffret Tiptoi et c’est carrément devenu un coup de cœur parmi tous nos jouets éducatifs.

Le principe : « tiptoi® est un tout nouveau système éducatif interactif qui stimule les enfants, qui les invite à découvrir le monde de façon autonome et amusante. Quand l’enfant pointe le stylo sur une image ou un texte, il entend des sons, des informations, des personnages ou de la musique. Tiptoi® fonctionne sur différents supports tels que les livres, les jeux et les puzzles, et offre ainsi un contenu diversifié et plein de connaissances ! »

Le support principal est donc un stylo qui émet différentes phrases/sons/musique selon le jeu choisi: il y a des livres, des jeux de société ou des puzzles. Pour chaque support il y a différents modes : Découvrir (pour découvrir l’histoire, les sons, les personnages…), Connaitre (pour apprendre des anecdotes, des informations…), Raconter (on entend les personnages s’animer et raconter des histoires), Jouer (pour faire des jeux, répondre à des énigmes,…).

J’aime vraiment beaucoup le concept, les livres sont jolis, les capteurs sont invisibles et chaque élément du support est interactif : si on pointe le stylo sur le moindre oiseau dans le ciel, il émettra un son. Chaque livre et chaque jeu est classé par âge et y correspond réellement, souvent ils sont même évolutifs et on peut y jouer seul ou à plusieurs. A la maison, on valide et on demande un nouveau jeu à chaque fête.

Voici ceux que nous avons :

  • La ferme

Tiptoi livre la ferme

Un livre pour apprendre ce qu’est le quotidien à la ferme, apprendre plein de vocabulaire relatif à cet environnement ainsi que les bruits des animaux et des petits jeux sympas pour apprendre en s’amusant.

  • Le robot des chiffres

Tiptoi jeu robot des chiffres

Je crois que celui-ci est mon préféré ! L’enfant peut jouer seul ou à plusieurs, il s’agit ici plutôt d’un jeu où le but est de donner à manger des chiffres et des formes à un chouette petit robot rigolo. Il y a plusieurs niveaux de jeux du coup le jeu dure dans le temps et ça c’est important aussi.

  • Music Academy des p’tits monstres

Tiptoi jeu Music Academy

Ici aussi c’est un jeu de société où l’enfant peut également jouer seul. Pour apprendre les notes, les instruments, les sons du quotidien. Il est vraiment bien fait mais un peu plus difficile par moment en mode jeu, j’ai moi-même du mal à reconnaître les notes parfois…

Et on a commandé le livre sur le corps humain à St Nicolas, j’espère qu’il va nous l’apporter 😉 ! On n’a pas encore essayé les puzzle mais j’ai hâte que Lucy soit assez grande car j’adore ça et elle aussi.

Egalement disponibles : les dinosaures, l’atlas, l’anglais, la lecture, les pirates, le centre équestre, les figurines interactives … Il y a un choix impressionnant, pour tous les goûts. Je vous invite à aller voir sur le site de Ravensburger  pour en apprendre un peu  plus si ce jeu vous intéresse !

[Hallowctober] Bird Box – Josh Malerman

Je ne suis pas spécialement fan des lectures qui font peur mais souvent, quand arrive le mois d’octobre, halloween et tout ça, j’aime bien me plonger dans ce genre d’histoires. Ca faisait un petit moment que Bird Box trainait dans ma PAL et j’ai eu une soudaine envie de l’en sortir…

Bird Box couverture

Résumé

La plupart des gens n’ont pas voulu y croire. Les incidents se passaient loin, sans témoins. Mais bientôt, la menace s’est rapprochée, a touché les voisins. Ensuite, Internet a cessé de fonctionner. La télévision et la radio se sont tues. Les téléphones ne sonnaient plus. Certains, barricadés derrière leurs portes et leurs fenêtres, espéraient pouvoir y échapper.

Depuis qu’ils sont nés, les enfants de Malorie n’ont jamais vu le ciel. Elle les a élevés seule, à l’abri du danger qui s’est abattu sur le monde. Elle a perdu des proches, a assisté à leur fin cruelle. On dit qu’un simple coup d’œil suffit pour perdre la raison, être pris d’une pulsion meurtrière et retourner sa violence contre soi. Elle sait que bientôt les murs de la maison ne pourront plus protéger son petit garçon et sa petite fille. Alors, les yeux bandés, tous trois vont affronter l’extérieur, et entamer un voyage terrifiant sur le fleuve, tentative désespérée pour rejoindre une colonie de rescapés.

Arriveront-ils à bon port, guidés par leur seule ouïe et leur instinct ?

Mon avis

Une fois ce livre ouvert, il est juste impossible de le refermer. On suit cette femme qui fuit avec ses enfants qui n’ont jamais vu ne serait-ce qu’un brin d’herbe. Ils ne peuvent se fier qu’à leurs ouïe, leur odorat, leur toucher pour essayer de survivre sur une terre dont ils ne savent plus rien. Le monde est devenu fou, comment ne pas céder à cette folie ?

J’ai beaucoup aimé ma lecture, à la fois stressante et angoissante ! L’auteur a vraiment su retranscrire dans son récit toute l’atmosphère de cette apocalypse, on vit les choses avec les personnages, on se met à leur place, on s’énerve de leurs réactions, on compatit. On s’attache à eux aussi, on est tendu pendant les 380 pages !

Au fur et à mesure de ma lecture, je me disais que si ce genre de drame venait à arriver pour de vrai, c’est exactement comme ça que ça se passerait et je pense que c’est ça qui donne toute sa dimension à cette histoire. On s’y croit et on se dit « et si ça arrivait, comment je réagirais ? ».

Véritable « page turner », ce bouquin se lit d’une traite et à partir de la lecture de la première page, ma seule envie a été de connaitre la fin. La fin, parlons-en, c’est la cerise sur le gâteau de se genre de livres… Mon soufflet est retombé bien vite malheureusement. J’aurais aimé que l’auteur nous en livre plus, beaucoup plus ! On reste sur sa faim et sur une note un peu trop facile à mon goût. C’est dommage, et j’espère secrètement qu’il y aura une suite parce qu’il y a bien trop de questions qui restent en suspens !

En conclusion, c’est une lecture que je vous conseille si vous voulez vous faire un peu peur (mais pas trop) sans pour autant que ce soit un récit trop sanglant (quoi que des fois un peu gore il faut l’admettre) mais qui reste dans le supportable. Pile poil dans le ton de la saison qui arrive. Il se lit vite et nous embarque directement dans l’histoire. Ce livre, qui devrait être adapté au cinéma en 2019, vaut le coup d’œil, surtout si vous lisez ce genre de romans ponctuellement et que vous ne voulez pas y aller trop fort.

Bird Box de Josh Malerman, publié aux éditions Calmann-Lévy dans la collection Orbit – Nombre de pages : 387 – Prix : 20,90 € (également disponible au Livre de Poche à 7,30 €)

Sa rentrée 2017-2018

Lucy petite fille pensive
Une de mes photos préférées, où je vois à quel point elle a grandi pendant ces 2 mois de congés !

Comment passer à côté de ce sujet que l’on voit quasiment partout à cette période de l’année ? Je ne sais pas vous, mais moi, j’adore la rentrée. Même si cette année, je ne la savoure pas comme les autres, étant donné que je serai en repos de maternité à partir du 19 septembre… Pour cette fois, pas de bonnes résolutions du 1er septembre, je les prendrai toutes en une fois en janvier !

Lucy est donc rentrée vendredi 1er septembre en première maternelle. L’année passée, elle était en première année d’accueil. Tout s’est passé pour le mieux malgré mon appréhension : elle adorait ses institutrices l’année passée et n’a fait que de me parler d’elles pendant tous les congés. Du coup, j’avais un peu peur qu’elle ne veuille pas changer de classe ni d’instit cette année. Je l’avais bien briefée avant et au final, ça a été, elle y est allée avec joie et bonne humeur. Le nouveau cartable et les nouvelles chaussures aidant à la motiver 😉

Cette année, gros changement pour elle puisqu’ils ont scindé la classe en 2 et qu’elle n’est plus avec les mêmes copains de classe, surtout qu’il y a pleins de petits nouveaux qui débarquent fraîchement en 1ère maternelle. J’ai parfois l’impression que Lucy est un peu solitaire dans sa classe, elle n’a pas vraiment de copain à qui elle s’attache vraiment, elle préfère de loin s’amuser avec les grands et ils l’adorent !

Nous avons tenus à l’accompagner pendant cette première journée, habituellement elle va à la garderie le matin et le soir, mais pour la rentrée, je prends congé pour découvrir cette journée avec elle. Et entre-temps je prends soin de moi (shopping et coiffeur pour ma rentrée à moi 😉 ), ça va devenir mon rituel du 1er septembre je pense hihi.

Elle a vite retrouvé ses repaires, ses « madames » préférées et elle a pu découvrir sa nouvelle salle de classe. Elle a fait comme si elle était chez elle, elle s’est directement assise à une table et a commencé à jouer, ça y est papa et moi on n’existait plus !

De ce côté-là tout va bien, mais de notre côté, Chéri et moi on est assez sceptiques de l’attitude de son institutrice. J’ai d’ailleurs assez hâte de pouvoir la rencontrer plus personnellement lors de la première réunion parents/profs. Heureusement qu’elle a une puéricultrice pour l’aider et que Lucy la connait bien, ça me rassure un peu… Mais faire culpabiliser (et stresser) les parents dont les enfants ne sont pas propres, rendre des documents bourrés de fautes d’orthographe, zapper les siestes et la voir complètement dépassée au moment de la fin des cours, ça ne me rassure pas trop. Je suis contente que Lucy soit propre et autonome pour le coup, mais je ne peux pas m’empêcher de me mettre dans la peau des parents qui mettent leur enfant à l’école pour la 1re fois. J’espère que ce n’est qu’une mauvaise première impression et que son instit’ aussi va trouver ses marques rapidement…

Je serai aussi un peu plus relax au niveau des horaires pendant mon congé maternité, ce qui ne sera pas plus mal puisque ça lui fait pas mal de changement sur 1 mois à la Poupette : l’école, l’arrivée du petit frère… Mais je lui fais confiance, je pense (et j’espère) qu’elle va gérer tout ça comme une reine et qu’il nous faudra juste le temps de trouver notre nouveau rythme.

Et pour vous, la rentrée, comment ça s’est passé ?

La quête d’Ewilan, tome 1 : d’un monde à l’autre – Pierre Bottero

Couverture quête ewilan tome 1

Résumé

« La vie de Camille, adolescente surdouée, bascule quand elle pénètre accidentellement dans l’univers de Gwendalavir avec son ami Salim. Là des créatures, les Ts’liches, la reconnaissent sous le nom d’Ewilan et tentent de la tuer. Originaire de ce monde, elle est l’unique héritière d’un don prodigieux, le Dessin, qui peut s’avérer une arme fatale dans la lutte de son peuple pour reconquérir pouvoir, liberté et dignité. Épaulée par le maître d’armes de l’empereur et un vieil érudit, Camille apprend à maîtriser son pouvoir… »

Mon avis

J’ai tellement entendu parler de cette saga et j’ai mis tellement de temps à m’y mettre. Mais pourquoi ?! J’ai adoré ma lecture et je pense que malgré qu’elle soit cataloguée « jeunesse » c’est une sage qui, à l’image d’Harry Potter, peut se lire à tout âge et qu’on prend toujours autant de plaisir à lire quand on aime la fantasy.

Pierre Bottero a signé là une histoire hallucinante, pleine de rebondissements et vraiment addictive. Quelle imagination ! Autant je suis admirative des auteurs contemporains à la plume agréable, autant je le suis encore plus pour ceux qui parviennent à créer un univers de toutes pièces.

On s’attache à Camille et Salim, on apprend à connaitre ce monde qui nous transporte et on frissonne en même temps que les personnages dans chacune de leurs péripéties. J’ai hâte de me lancer dans la suite, je pense que ça ne tardera pas, tellement j’ai été conquise par ce premier tome.

Un seul conseil : ne vous fiez pas à son rayonnage « jeunesse », à 28 ans je me suis laissée emporter comme je l’aurais fait à 14 et j’en suis ravie, étant parfois un peu sceptique à l’idée de me lancer dans des ouvrages destinés aux ados. Celui-ci est une valeur sûre !

La quête d’Ewilan, tome 1 : d’un monde à l’autre de Pierre Bottero, publié aux éditions Rageot – 320 pages – Prix : 7,60 €

Marked Men, tome 1 : Rule – Jay Crownover

Couverture Marked Men Tome 1 Rule

Résumé

« Lorsqu’elle était adolescente, les parents de Shaw Landon, richissismes, se sont peu occupés d’elle. Elle a alors trouvé refuge dans la famille Archer où elle était particulièrement proche de Remy, frère jumeau de Rule, aujourd’hui décédé dans un accident de voiture. Depuis elle est liée à cette famille, plus qu’à la sienne. Mais Shaw est depuis toujours secrètement amoureuse de Rule qui voit en elle une fille à papa, trop sérieuse et surtout la petite amie de son défunt frère. Qui plus est, tout les oppose : de nature rebelle et fêtard, il est tatoueur et tatoué, a des percings et les cheveux de toutes les couleurs. Avec son look classique, elle est sage et concentrée sur ses études de médecine. Mais parfois il suffit d’une jupe courte et de quelques cocktails pour que le regard que l’on porte sur quelqu’un change… Rule et Shaw tenteront de comprendre ce qu’ils ressentent mutuellement mais entre les traumatismes de leurs familles respectives, les habitudes de coureur de jupons de Rule et l’ex de Shaw qui la harcèle, ces deux-là auront bien du mal à se trouver. Leur amour sera-t-il plus fort que leurs différences ? »

Mon avis

Je ressors mitigée de ma lecture, je pense que j’ai tellement entendu de bien de cette série que j’en attendais trop. J’imaginais plus d’émotions, des personnages plus compliqués. Malgré tout, j’ai bien aimé l’histoire, le milieu et je me suis attachée aux personnages. Ça n’a simplement pas été le coup de cœur que j’attendais. Une histoire un peu trop classique au final et un retournement de situation trop facile à mon goût ont fait que j’ai passé un bon moment de lecture mais je ne vais pas sauter sur le second tome dès ce soir.

Pour comparer, j’ai de loin préféré la saga After dans le même genre et je pense ne garder que cette série là dans ma PAL quand j’aurai envie de lire une romance entre deux histoires un peu plus difficiles.

Les adeptes du genre apprécieront ce livre (il n’y a qu’à lire les centaines de commentaires positifs sur cette histoire) mais moi qui aime lire une romance de temps en temps, ce n’est pas celle vers laquelle je me tournerai forcément. Je pense aussi que malgré les personnages adultes, je ne me suis pas retrouvée dans leur façon d’appréhender les choses. Par contre, un des points positifs que j’adore dans ce livre, c’est la présence d’une playlist, mais (oui, encore !) elle aurait gagné en visibilité si elle était au début du roman pour pouvoir se plonger tout du long dans l’ambiance.

Marked Men Tome 1 : Rule de Jay Crownover publié aux éditions J’ai lu – 416 pages – Prix : 7,40 €

En voiture, Simone ! d’Aurélie Valognes (Nos adorables belles-filles)

Couverture en voiture simone valognes

Résumé

« Pour une comédie familiale irrésistible, il vous faut : un père, despotique et égocentrique, Jacques. Une mère, en rébellion après quarante ans de mariage, Martine. Leurs fils, Matthieu, éternel adolescent mais bientôt papa de trois enfants ; Nicolas, chef cuisinier le jour et castrateur tout le temps ; Alexandre, rêveur mou du genou. Et… trois belles-filles délicieusement insupportables ! Stéphanie, mère poule angoissée ; Laura, végétarienne angoissante ; Jeanne, nouvelle pièce rapportée, féministe et déboussolée, dont l’arrivée va déstabiliser l’équilibre de la tribu. Mettez tout le monde dans une grande maison en Bretagne. Ajoutez-y Antoinette, une grand-mère d’une sagesse à faire pâlir le dalaï-lama, et un chien qui s’incruste. Mélangez, laissez mijoter… et savourez ! »

Mon avis

Je ne vais pas tourner autour du pot, c’est le deuxième livre d’Aurélie Valognes que je lis et une deuxième déception. J’avais déjà lu « Mémé dans les orties » et je m’étais clairement ennuyée (mon avis ici) ! Et ici, je me suis plus qu’ennuyée, ce sont les personnages que je n’ai pas supportés. Les pires caricatures de tous les types de personnes que je déteste et que je fuis. Suivre les petites disputes de cette famille tout le long du roman m’a horripilée… L’humour n’a clairement pas marché avec moi. Heureusement que ce bouquin était tout petit sinon je n’aurais sûrement pas été jusqu’à la fin. Fin que je n’ai pas non plus aimée, un peu trop facile à mon goût.

Ce livre peut vous plaire si vous cherchez un livre de plage qui se lit vite, les histoires de famille caricaturée et que vous n’attendez pas grand chose d’un roman.

Dommage car ce roman récolte de bons avis, mais je passerai mon tour pour le prochain bouquin de l’autrice, je n’aime définitivement pas sa plume, ni son univers.

En voiture, Simone ! d’Aurélie Valognes (anciennement « Nos adorables belles-filles ») publié aux éditions Le livre de poche – 256 pages – Prix : 7,10 €

Une autre vie – S. J. Watson

Couverture livre une autre vie Watson

Résumé

« Depuis le meurtre de sa sœur cadette, Kate, à Paris, la vie de Julia a basculé. Ni son mari parfait, Hugh, ni son fils Connor – en réalité son neveu, qu’elle a adopté – ne parviennent à apaiser son deuil. Résolue à faire la lumière sur ce crime, Julia s’attache aux derniers instants de la morte, à mettre ses pas dans les siens. L’enquête la conduit de Londres en France, où elle découvre que Kate fréquentait assidûment les sites de rencontres en ligne. Dans l’idée d’y trouver des indices sur sa mort, Julia s’y fait passer pour elle. Mais, à l’âge des bilans, des remises en question et des rêves abandonnés, la jeune femme se prend rapidement au jeu excitant d’une autre vie. Un jeu dangereux… »

Mon avis

Je ne lis quasiment jamais de thriller, mais une fois de temps en temps, ça fait du bien de sortir de sa zone de confort et de se tourner vers d’autres choses. La plume d’S. J. Watson m’avait bien plus dans « Avant d’aller dormir » et j’avais envie de me replonger dans un roman haletant qui allait me tenir au fil des pages, car j’étais en petite panne de lecture. Malgré les 540 pages, je l’ai lu rapidement, pari gagné donc !

Pourtant, tout au long de ma lecture, mon avis était mitigé, je trouvais l’histoire assez prévisible et un peu trop facile pour moi.

Et puis, vient la fin et là les rebondissements ont eu raison de moi et mon avis a changé pour passer de mitigé à positif. Quand je lis ce genre de roman, ce que je ne veux surtout pas, c’est deviner la fin. Là, même si j’avais quelques soupçons, j’ai été étonnée et menée par le bout du nez !

Il traite d’un sujet on ne peut plus actuel et pourtant, pour une fois, il n’est pas destiné aux ados. On a parfois l’impression que l’âge adulte nous éloigne de ce genre d’erreurs mais pas forcément… Bon, je dois quand même bien avouer que j’avais parfois bien envie de secouer Julia et que j’y ai trouvé quelques incohérences et des passages tirés par les cheveux. Mais ça reste une bonne lecture à mes yeux.

J’aime l’auteur car certes, c’est un thriller, mais il n’y a rien de sanguinolent, pas trop de détails morbides ou que sais-je, on s’attarde sur la psychologie des personnages et j’aime beaucoup ça. Je suis une petite sensible, du coup j’aime quand ça reste soft et plus proche du suspense que du trash.

Bref, si comme moi, vous aimez bien être prise dans une histoire, que le suspense vous laisse en haleine jusqu’au bout, je vous conseille ce roman. Si par contre, vous êtes adeptes et habitués à ce genre d’histoires, vous resterez peut-être sur votre faim…

Une autre vie de S.J. Watson, publié chez Pocket – 544 pages – Prix : 8€

Les partenariats, bonne ou mauvaise idée ?

Partenariat poignée de main

Ça faisait un petit temps que j’avais envie d’aborder le sujet et c’est le thread de Julinfinity concernant la mésaventure qu’elle a eue avec Fittea qui a fait déborder le vase.

Je suis un tout petit blog sans prétention et pourtant quelques marques sont déjà venues vers moi pour des partenariats. J’en ai accepté un, avec Stickerkid (vous pouvez retrouver mon article ici), pas de rémunération mais des produits gratuits. J’en garde un très bon souvenir, c’était une chouette expérience. Et ça motive.

Parmi les autres marques qui m’ont approchée, j’ai toujours refusé. Soit rien ne me plaisait chez eux, soit ça n’avait rien à voir avec les thèmes que j’aborde sur mon blog (pourtant, c’est plutôt vaste ^^).

J’ai l’impression que d’une manière générale, les partenariats prennent de plus en plus d’ampleur, certaines blogueuses que je prenais plaisir à suivre ne font quasi plus que ça et franchement, ça ne donne pas envie de continuer à les suivre. Et pourtant, je suis contente si elles peuvent gagner leur vie grâce à ça, ces articles trouvent certainement leur public. De temps en temps, je regarde si le produit m’intéresse vraiment.

Et parfois, j’ai l’impression de me faire avoir…

Oui, quand ce n’est clairement pas mentionné dès le début (et même parfois pas du tout), et qu’au fur et à mesure de ma lecture, je me dis que quand même le ton employé n’est pas le même que d’habitude et qu’elle insiste pas mal sur tel ou tel détail… Là j’arrête ma lecture et je vais voir touuuut en bas et bingo c’est écrit en touuuut petit que c’est un article sponso.

Quand c’est assez subtil pour que je ne m’en rende pas compte, ça ne me dérange pas (je crois que j’ai moins l’impression d’être prise pour une idiote). Mais quand c’est gros comme une maison, là, si la blogueuse ne l’a pas signalé d’entrée de jeu, pour moi, elle perd un sacré paquet de crédibilité…

Je sais que c’est le jeu, que la blogosphère a évolué et fait rentrer de plus en plus de business, mais je trouve ça dommage. Autant ça me fait plaisir de voir que telle ou telle blogueuse arrive à vivre de sa passion, autant maintenant, j’ai l’impression que plein de femmes se lancent là dedans et parfois pour être tout à fait honnête, je me demande comment elles réussissent parce qu’elles ne sortent pas du lot selon moi. Je trouve que ça se banalise de se lancer dans l’auto-entreprenariat, alors qu’avant il fallait se démarquer pour y arriver. Je ne doute pas que ça reste un vrai challenge, mais moi qui suis tout à fait en dehors de tout ça, c’est l’impression que tout ça me donne.

Surtout qu’à force de scandales et polémiques à ce propos, ici, sur Instagram ou sur Youtube, et c’est redondant, l’honnêteté de toutes les personnes qui font des partenariats finit par être remise en cause… C’est un peu comme les pubs pour les régimes, vous voyez ce que je veux dire ? On ne sait jamais si les photos sont réelles, si les expériences des gens interviewés ne sont pas un peu (beaucoup) édulcorées…

Qu’en pensez-vous ? Avez-vous cette impression aussi ou alors vous n’êtes pas du tout du même avis ?

Audrey Retrouvée de Sophie Kinsella

Résumé

« Audrey a 14 ans. Elle souffre de troubles anxieux. Elle vit cachée derrière ses lunettes noires, recluse dans la maison de ses parents à Londres. Ça, c’était avant. Avant que Dr Sarah, son psychiatre, lui demande de tourner un film sur sa famille, pour voir la vie d’un œil nouveau : celui de la caméra. Avant que Linus, un copain de son frère, débarque. Avec son grand sourire et ses drôles de petits mots griffonnés sur le coin d’une feuille, il va pousser Audrey à sortir. Et à redécouvrir le monde… »

Couverture livre audrey retrouvée

Mon avis

Ce livre me fait de l’œil depuis pas mal de temps, mais j’étais réticente à chaque fois car j’avais peur que ce soit trop jeunesse. Le quotidien d’une jeune fille de 14 ans étant assez loin du mien… J’ai profité d’une offre chez Belgique Loisirs pour craquer et au final, j’ai quand même été emportée.

Alors certes, c’est bel et bien le quotidien d’une ado, avec ses doutes d’ado et tous les autres problèmes qui gravitent autour d’elle, mais on s’attache bien vite à cette famille. A ces parents et leurs doutes, à son grand frère persécuté par ses parents aussi, au petit frère trop adorable, et puis à Linus… A Audrey aussi, évidemment, on a envie de savoir ce qui lui est arrivé, si elle va finir par s’en sortir. Si elle va réussir à mettre ses peurs et ses angoisses de côté. Et au final, on arrive bien trop rapidement au bout de ces 300 pages et on a un petit pincement au cœur de quitter tous ces chouettes personnages.

Comme quoi, parfois ça peut avoir du bon d’aller au-delà d’une couverture (affreuse d’ailleurs, vous ne trouvez pas ?!) et de préjugés et de se lancer dans un roman qui ne nous attirait pas au début.

En bref, « Audrey retrouvée » c’est le roman idéal pour la plage, pour l’été, pour se replonger un peu dans son adolescence et découvrir une famille déjantée mais complètement géniale.

Audrey Retrouvée de Sophie Kinsella, publié chez Pocket Jeunesse – 304 pages – Prix : 17,50€ (ou 9,99€ chez Belgique Loisirs)

La maternelle : bilan après 1 an

Ça y est, demain Lucy aura déjà terminé sa première année de maternelle. Le temps passe tellement vite (encore plus quand on est enceinte je crois mdr). J’ai donc envie de faire le point sur cette année, sur les craintes que j’avais et sur mon ressenti de maman sur ces derniers mois.

Photo de classe
Elle n’a pas l’air trop mal on dirait 😉

Nous nous étions posé pas mal de questions quant au choix de l’école. Au début, nous pensions miser sur la proximité et la mettre dans une école qui se trouve dans notre rue. C’est triste à dire mais on a vite changé d’avis, j’ai des voisins exécrables et je ne voulais en aucun cas que ma fille les côtoie de près ou de loin. On a donc décidé de viser un peu plus loin, dans une des grandes villes à proximité. Nous étions allés visiter l’école dans laquelle j’ai passé toutes mes maternelles et primaires, et au final, on n’en a plus visité d’autres car on a eu un coup de cœur. C’est une école communale moyenne, super bien située, très familiale dont les valeurs sont proches de nous. Je connais le directeur qui est quelqu’un de super (il était prof quand j’y étais) et ça m’a énormément rassurée de connaitre un peu le contexte dans lequel ma fille allait évoluer. On l’y a inscrite à ses 2 ans et elle a fait sa rentrée en septembre, à un peu plus de 2 ans et demi. Lucy a été à partir de ses 4 mois en crèche donc elle était habituée à la collectivité, elle n’a pas pleuré pour son premier jour, tout s’est bien passé.

A la rentrée, c’était la surprise parce que les institutrices qu’elle allait avoir étaient déjà là quand j’avais l’âge de Lucy et j’étais dans leur classe. J’ai toujours gardé de très bons contacts avec elles et j’étais plus que soulagée de les voir !

Je me posais pleins de questions avant qu’elle rentre, des plus sérieuses aux plus ridicules maintenant que j’y repense :

  • Est-ce que les institutrices vont retenir son prénom ?
  • Et si elles ne comprennent pas le langage de ma fille ?
  • Est-ce qu’elle va savoir manger seule, monter/descendre les escaliers/retrouver ses affaires… ?
  • Lucy est autonome, est-ce qu’elle recevra malgré tout la même attention que les plus petits ?
  • Est-ce qu’elle se fera des copains ?
  • Si un de ses camarades est méchant ou violent avec elle, comment vont réagir les institutrices ?
  • Si elle n’est pas sage, est-ce qu’elle sera punie ? Comment ?

Bref, je pense que tous les parents se posent se genre de questions, et là dessus, je n’ai qu’un conseil : posez-les ! Posez toutes ces questions aux institutrices lors de la journée informative (nous c’était le 1er jour d’école) ou même avant, à l’inscription. N’ayez pas peur d’avoir l’air exigent ou embêtant, ces questions, on se les pose tous mais peu osent les poser. Je pense aussi qu’il faut garder en tête que les institutrices sont formées et qu’elles ont à faire à ce genre de situations depuis des années et qu’il faut relâcher la pression même si nos enfants sont ce que nous avons de plus précieux.

Et puis, les instits ont pleins d’astuces pour retrouver les prénoms et les apprendre rapidement/Un enfant sait se faire comprendre en général, si ce n’est pas avec des mots, il y arrivera avec des gestes/Lucy a eu des difficultés à manger un repas complet le midi, du coup, on lui préparait des tartines (j’ai été rassurée que la communication soit bien passée à ce niveau)/Les espaces sont adaptés aux petits et aux plus grands pour qu’ils puissent faire le plus de choses de façon autonome/Lucy sait comment attirer l’attention quand elle en a besoin et si on lui explique, elle comprend bien que ce n’est pas toujours possible car elle n’est pas seule/Elle a des copains, elle a aussi des camarades qu’elle n’apprécie pas, c’est le jeu !/La violence est présente chez les tout petits même s’ils ne s’en rendent pas toujours compte, mais les instits savent gérer ce genre de situations, maintenant à moi à apprendre à ma fille à se défendre également/Elle est toujours sage lol ;-), elle ne se fait pas souvent punir mais d’après ce qu’elle me raconte ce sont des punitions « douces » sauf quand madame se met à crier. Là ça calme direct…

Par contre, ce qui m’énerve au plus haut point c’est quand je lui demande ce qu’elle a fait à l’école et qu’elle me répond : rien. Mais moi je veux savoir !! Il parait que la plupart des enfants font ça, c’est super frustrant !

En conclusion, c’était une belle année pour ma poupette, elle s’est fait des copains, elle a beaucoup appris, elle a grandi, elle a fait des progrès au niveau de la parole, elle a fait pleins de jolis bricolages, elle a super bien dansé pour sa première fête scolaire… le bilan est plus que positif. Mon seul regret ce sont mes horaires car elle va à la garderie matin et soir, du coup je n’ai pas d’interaction avec les institutrices et je ne peux pas savoir chaque jour si tout s’est bien passé… Mais ça c’est le quotidien des gens qui travaillent à temps plein malheureusement 😦

Vous avez des astuces pour les faire raconter leurs journées ? Comment s’est passée l’entrée à l’école de votre enfant ?