Wishlist des 28 ans

Mercredi, j’aurai 28 ans, « enfin » j’ai envie de dire, puisque mon cerveau ne devait pas trop apprécier ce chiffre : à chaque fois qu’on me demandait mon âge je devais réfléchir pour ne pas dire 28 mais 27…

Et cette année, j’ai envie de me faire plaisir, j’ai demandé de l’argent à mes proches et j’ai repéré quelques petites choses sur lesquelles je vais sûrement craquer. C’est ce qu’il y a de bien à être née pendant les soldes, y’a moyen de se faire encore plus plaisir pour moins cher hihihi.

1. Une montre

Je suis super difficile en terme de montres parce que j’ai un poignet riquiqui du coup il me faut une montre avec un bracelet qui se ferme à l’aide de trous et l’idéal est un bracelet en cuir ou tissus sinon ça tient mal. J’ai trouvé mon bonheur chez Esprit :

Montre Esprit2. Un sac à main

Mais un sac pour aller au boulot donc il doit être joli ET fonctionnel. Assez grand mais pas trop pour pouvoir y fourrer mon bordel mais m’y retrouver quand même et noir pour aller avec tout. J’aime beaucoup ce modèle chez Desigual, pourtant ce n’est pas une marque que j’affectionne particulièrement, mais pour avoir vu ce sac en vrai, il donne mieux que sur la photo et il fait vraiment clâsse sans être trop voyant. En plus, il est fourni avec une grande pochette qui peut servir de sac plus petit grâce à la bandoulière.

Sac desigual sobre

3. Une jolie paire de boucles d’oreilles

Pour les bijoux, ce que j’aime c’est la simplicité et la sobriété. Mais j’aime investir dans des bijoux qui me suivront longtemps et privilégier la qualité plutôt que la quantité. Malheureusement, parfois on y met le prix et la qualité ne suit pas, c’est souvent la déception que j’ai avec mes bijoux. J’ai flashé sur ces 2 paires ultra discrètes, une en argent et une en or :

Boucles d'oreilles orBoucles d'oreilles argent

4. Un rouge à lèvre « de luxe »

Je ne me maquille pas énormément mais j’adore mettre l’accent sur les lèvres. Mes couleurs fétiches sont le rouge foncé & le bois de rose.

5. Des livres

Et évidemment, des livres !

Le jour où les lions mangeront de la salade verte couverture

La mère coupable couverture

Deliciously Ella au quotidien couverture

Et voilà pour ma wishlist d’anniversaire, rien de vraiment nécessaire, juste du superflu pour me faire plaisir ! Ca fait du bien de ne penser qu’à soi de temps en temps, non ? 🙂

La maternelle : bilan après 1 an

Ça y est, demain Lucy aura déjà terminé sa première année de maternelle. Le temps passe tellement vite (encore plus quand on est enceinte je crois mdr). J’ai donc envie de faire le point sur cette année, sur les craintes que j’avais et sur mon ressenti de maman sur ces derniers mois.

Photo de classe
Elle n’a pas l’air trop mal on dirait 😉

Nous nous étions posé pas mal de questions quant au choix de l’école. Au début, nous pensions miser sur la proximité et la mettre dans une école qui se trouve dans notre rue. C’est triste à dire mais on a vite changé d’avis, j’ai des voisins exécrables et je ne voulais en aucun cas que ma fille les côtoie de près ou de loin. On a donc décidé de viser un peu plus loin, dans une des grandes villes à proximité. Nous étions allés visiter l’école dans laquelle j’ai passé toutes mes maternelles et primaires, et au final, on n’en a plus visité d’autres car on a eu un coup de cœur. C’est une école communale moyenne, super bien située, très familiale dont les valeurs sont proches de nous. Je connais le directeur qui est quelqu’un de super (il était prof quand j’y étais) et ça m’a énormément rassurée de connaitre un peu le contexte dans lequel ma fille allait évoluer. On l’y a inscrite à ses 2 ans et elle a fait sa rentrée en septembre, à un peu plus de 2 ans et demi. Lucy a été à partir de ses 4 mois en crèche donc elle était habituée à la collectivité, elle n’a pas pleuré pour son premier jour, tout s’est bien passé.

A la rentrée, c’était la surprise parce que les institutrices qu’elle allait avoir étaient déjà là quand j’avais l’âge de Lucy et j’étais dans leur classe. J’ai toujours gardé de très bons contacts avec elles et j’étais plus que soulagée de les voir !

Je me posais pleins de questions avant qu’elle rentre, des plus sérieuses aux plus ridicules maintenant que j’y repense :

  • Est-ce que les institutrices vont retenir son prénom ?
  • Et si elles ne comprennent pas le langage de ma fille ?
  • Est-ce qu’elle va savoir manger seule, monter/descendre les escaliers/retrouver ses affaires… ?
  • Lucy est autonome, est-ce qu’elle recevra malgré tout la même attention que les plus petits ?
  • Est-ce qu’elle se fera des copains ?
  • Si un de ses camarades est méchant ou violent avec elle, comment vont réagir les institutrices ?
  • Si elle n’est pas sage, est-ce qu’elle sera punie ? Comment ?

Bref, je pense que tous les parents se posent se genre de questions, et là dessus, je n’ai qu’un conseil : posez-les ! Posez toutes ces questions aux institutrices lors de la journée informative (nous c’était le 1er jour d’école) ou même avant, à l’inscription. N’ayez pas peur d’avoir l’air exigent ou embêtant, ces questions, on se les pose tous mais peu osent les poser. Je pense aussi qu’il faut garder en tête que les institutrices sont formées et qu’elles ont à faire à ce genre de situations depuis des années et qu’il faut relâcher la pression même si nos enfants sont ce que nous avons de plus précieux.

Et puis, les instits ont pleins d’astuces pour retrouver les prénoms et les apprendre rapidement/Un enfant sait se faire comprendre en général, si ce n’est pas avec des mots, il y arrivera avec des gestes/Lucy a eu des difficultés à manger un repas complet le midi, du coup, on lui préparait des tartines (j’ai été rassurée que la communication soit bien passée à ce niveau)/Les espaces sont adaptés aux petits et aux plus grands pour qu’ils puissent faire le plus de choses de façon autonome/Lucy sait comment attirer l’attention quand elle en a besoin et si on lui explique, elle comprend bien que ce n’est pas toujours possible car elle n’est pas seule/Elle a des copains, elle a aussi des camarades qu’elle n’apprécie pas, c’est le jeu !/La violence est présente chez les tout petits même s’ils ne s’en rendent pas toujours compte, mais les instits savent gérer ce genre de situations, maintenant à moi à apprendre à ma fille à se défendre également/Elle est toujours sage lol ;-), elle ne se fait pas souvent punir mais d’après ce qu’elle me raconte ce sont des punitions « douces » sauf quand madame se met à crier. Là ça calme direct…

Par contre, ce qui m’énerve au plus haut point c’est quand je lui demande ce qu’elle a fait à l’école et qu’elle me répond : rien. Mais moi je veux savoir !! Il parait que la plupart des enfants font ça, c’est super frustrant !

En conclusion, c’était une belle année pour ma poupette, elle s’est fait des copains, elle a beaucoup appris, elle a grandi, elle a fait des progrès au niveau de la parole, elle a fait pleins de jolis bricolages, elle a super bien dansé pour sa première fête scolaire… le bilan est plus que positif. Mon seul regret ce sont mes horaires car elle va à la garderie matin et soir, du coup je n’ai pas d’interaction avec les institutrices et je ne peux pas savoir chaque jour si tout s’est bien passé… Mais ça c’est le quotidien des gens qui travaillent à temps plein malheureusement 😦

Vous avez des astuces pour les faire raconter leurs journées ? Comment s’est passée l’entrée à l’école de votre enfant ?

L’idée de cadeau de fin d’année de dernière minute pour l’institutrice

Lucy termine déjà sa première année de maternelle vendredi et j’ai juste l’impression qu’elle faisait sa rentrée hier ! Je ferai bientôt un petit bilan de cette première année à l’école mais je peux vous dire qu’elle adore ses institutrices, apprendre, les surveillants, les dames de ménage… Lucy elle aime tout et tout le monde 🙂

J’ai vraiment été super contente de cette année, elle a eu des instits au top et pour ça, on veut les remercier.

Je suis super admirative des mamans qui se donnent à fond : DIY, super bricolage, cadeaux personnalisés etc… J’ai d’ailleurs adoré l’idée de DéboBrico avec les assiettes personnalisées. Sauf que moi, c’est comme pour tout, je suis à la bourre et j’ai pas le temps ni la patience pour tout ça. Je ne voulais pas du classique bouquet de fleurs ou boite de chocolats alors je suis partie faire un tour dans les magasins et j’ai eu une petite idée. Rien de très original mais je trouve que c’est un chouette cadeau de dernière minute :

Je me suis donc arrêtée chez Hema, j’ai trouvé un joli petit sac et je l’ai fourré de pleins de petites choses pour qu’elles prennent soin d’elles et qu’elles fêtent comme il se doit la fin de cette année scolaire : un mug, du thé, des produits de soin, du cava, des bonbons, … Pour 25€ j’ai un joli panier rempli de petites attentions. La touche finale, c’est Lucy qui la mettra, je vais lui faire faire une jolie carte à leur offrir.

J’espère que ça leur fera plaisir. J’aimerais aussi offrir un petit quelque chose aux surveillants et aux personnes qu’elle adore particulièrement. Je pense que je leur offrirai une rose en chocolat à chacun (s’il fait moins de 30 degrés d’ici là !).

Vous faites quoi vous, vous optez pour les fleurs, le cadeau fait main ou quelque chose d’original ? Dites-moi tout ! ça me donnera déjà des idées pour l’année prochaine, peut-être que je m’y mettrai à l’avance 😉

5 astuces pour moins souffrir de la chaleur quand on est enceinte

Vacance, désert, chaleur, tong, sable

Pour ma première grossesse, je n’avais eu aucun soucis concernant le fait d’être enceinte en été car j’ai accouché en janvier… Pour celle-ci mon accouchement est prévu pour septembre et la canicule bat son plein en Belgique pour le moment. Autant vous dire que ce n’est pas facile d’aller bosser sous 30 degrés quand nos bureaux n’ont pas d’air-co (pas la peine pour quelques jours de canicule parait-il) et sont entourés de fenêtres (coucou, oui, c’est moi dans l’aquarium… sans eau !).

Au début, j’étais optimiste, quand on me demandait comment je faisais avec cette chaleur, je disais que je faisais avec, comme tout le monde. Sauf que j’ai compris l’ampleur de la différence au 10è jour de grosse chaleur :

  • Les pantalons de grossesse qui remontent jusque sous les seins
  • Le manque de souffle à chaque mouvement
  • Le cœur qui s’emballe de temps en temps
  • La difficulté de rester debout, statique
  • Les nuits où tu suffoques, impossible de trouver une position adéquate avec la chaleur et le gros ventre
  • Le fait de boire beaucoup et d’aller 25 fois aux toilettes alors qu’on a juste envie de ne pas bouger

Et Dieu merci, je ne souffre pas encore (et je croise les doigts pour que ce ne soit pas le cas) de rétention d’eau ni de jambes lourdes.

Bref, je partage donc avec vous mes 5 petites astuces faciles pour rendre tout ça plus vivable :

  1. Éviter de mettre l’air-co trop fort : ça va ne faire qu’amplifier l’impression de chaleur quand vous n’y aurez plus accès et vous risquez d’attraper froid (il ne manquerait plus que ça !).
  2. Se rafraichir les bras, le cou, les jambes à l’eau tiède : ça n’a l’air de rien mais ça fait un bien fou ! J’en profite pour le faire à chaque fois que je passe aux toilettes (30 fois par jour quoi). Sans oublier d’acheter l’objet qui vous suivra partout et devriendra votre meilleur ami : le brumisateur d’eau.
  3. Surélever ses jambes dès que possible : ça fait du bien, même quand on ne souffre pas des jambes lourdes.
  4. Manger léger : des fruits, des plats froids, des légumes frais, en plus de faire du bien à votre corps, ça vous hydratera et vous fera du bien.
  5. Faire le plus de tâches possible le matin : c’est le moment où vous serez le moins fatiguée et où il fera le plus frais, après ça c’est repos bien mérité !
  6. BONUS : mangez des glaces sans culpabiliser, surtout si vous mangez léger la journée. Personne ne vous dira rien et de toute façon, vous avez une bonne excuse 😉

Vous en avez, vous des petites astuces pour rendre ce temps moins insupportable ?

La loi du cœur – Amy Harmon

Couverture la loi du coeur

« Il a été retrouvé dans un panier de linge sale au Lavomatic, emmailloté dans une serviette. Au journal de vingt heures, ce nourrisson âgé de quelques heures à peine et déjà à l’article de la mort, abandonné par une mère accro au crack, a été baptisé Bébé Moïse. Les gens adorent les bébés, même les  » bébés crack « . Mais les bébés grandissent, ils deviennent des enfants, puis des adolescents. Et personne ne veut d’un ado amoché par la vie. Moïse était amoché. Mais il était aussi étrange, et tellement beau. Il allait changer ma vie, plus que je n’aurais jamais pu l’imaginer. J’aurais peut-être dû écouter les conseils de ma mère et rester à l’écart. Moïse lui-même m’avait prévenue… »

La grosse boulette quand j’ai voulu lire ce roman, c’est que sans m’en rendre compte, j’ai commencé par le tome 2. Ils peuvent très bien se lire séparément mais du coup, je connaissais certains éléments de l’histoire et surtout certains personnages (Tag <3).

Néanmoins ce 1er tome lu après le second a été pour moi un véritable coup de cœur. Je crois qu’Amy Harmon a carrément dépassé Colleen Hoover dans mon top des auteurs de ce genre ! Quelle plume…

La force de ce roman réside sans aucun doute dans le caractère des personnages principaux, Moïse et Georgie. Tous deux sont loin d’être parfaits et c’est ça qui fait leur force. Après avoir joué toute leur adolescence au chat et à la souris, un événement va les séparer de nombreuses années et quand on retrouve les personnages 7 ans après qu’ils se soient vus pour la dernière fois, c’est là que l’histoire va devenir prenante et addictive. Les sujets traités ne sont pas (pour moi) du déjà vu et ils sont abordés autant du point de vue du personnage qui les vit que de ceux qui l’entourent. Et ça j’adore !

Les sujets sont difficiles, j’en ai versé des larmes en 3 jours de lecture… Mais tellement beaux à la fois. J’ai beaucoup aimé l’alternance de point de vue, ça porte le roman, vraiment (pourtant je n’en suis pas fan habituellement). Et la particularité de Moïse est un sujet qui m’intéresse tout particulièrement et j’ai adoré la façon dont il a été abordé.

Le suspense est présent également, surtout à la fin, où on tourne les pages sans même s’en apercevoir. Et le fait que j’ai lu le spin-off d’abord n’a pas diminué mon impatience à connaitre la fin.

Le seul point négatif que je trouve à ce roman, ce sont les dialogues du début où l’auteur a essayé de retranscrire les accents du Texas, mais ça en devenait irritant au bout d’un moment… Heureusement, ce phénomène est moins récurrent dans la seconde partie (ou alors je m’y suis habituée !).

Je vous recommande ce livre si vous aimez les histoires qui vous feront traverser un panel d’émotions assez incroyable, les romans poignants et les belles histoires d’amour.

La loi du cœur d’Amy Harmon, publié dans la collection R – 432 Pages – 17,90€