Se laisser submerger par les émotions, c’est bien aussi parfois

En temps « normal » (comprendre quand je ne suis pas enceinte 😉 ) je suis quelqu’un d’assez sensible. Ou plutôt d’empathique, je vais vite être blessée si les gens que j’apprécie ne vont pas bien. Là, en fin de grossesse, je me rends compte que je suis hyper sensible. Un bête truc qui ne m’atteindrait pas habituellement peut me submerger de tristesse ou de colère. Et là où c’est encore pire, c’est quand l’entourage ne comprend pas : « Pourquoi tu te mets dans cet état pour un truc pareil ? »

Enfant colère

Et pourquoi pas en fait ?!

On a parfois juste besoin de se décharger de toutes ces émotions qu’on garde en nous pour tous ces trucs qui n’en valent pas la peine mais qui, malgré nous, nous touchent quand même.

Pour la petite histoire, hier, j’ai craqué. Pour quelque chose qui peut sembler terriblement bête (mais qui, avec le recul, ne l’est pas tellement selon moi), je me suis énervée, j’ai tergiversé dans mon lit pendant bien trop longtemps et puis, je me suis isolée et j’ai pleuré. Jusqu’à ce que je n’en ai plus envie. Hé bien, ça m’a fait du bien de pleurer pour cette petite bêtise. Bon, je me rends compte que ce n’était que la goutte d’eau, que je pleurais aussi parce que, même si j’essaie de faire semblant que non, je stresse pour ce deuxième bébé qui arrive (et pour qui, j’ai l’impression que rien n’est prêt). Je stresse qu’on ne lui trouve pas de prénom qui nous plaise vraiment à tous les 2, je m’énerve parce que c’est moi qui dois penser à tout préparer, je me braque parce qu’en face de moi c’est l’incompréhension, que malgré moi j’ai peur de l’accouchement… Pour toutes ces petites choses qui me suivent au quotidien. Alors quand je demande de l’aide pour un truc qui prend 10 secondes et qu’on oublie, ça rajoute une couche à tout ça et ça déborde.

Donc il nous arrive de craquer oui, mais plus à cause de l’accumulation que pour la chose qui va, à première vue, provoquer l’explosion…

L’important pour moi, c’est de se rendre compte que ça va arriver, c’est d’en parler, c’est de s’isoler et de se décharger comme on en ressent le besoin (pleurer, crier dans un coussin, aller courir, écrire…). Après, on pourra de nouveau faire face, plus serein (jusqu’à la prochaine fois).

Je pense qu’on a le droit d’être triste ou en colère parfois. On est bienveillant envers nos enfants, on veut leur donner une éducation positive… Et si on était tout aussi bienveillant avec nous-mêmes ? Si, comme les enfants, on avait besoin de taper une grosse colère de temps en temps pour retrouver notre équilibre ? Je pense que c’est nécessaire pour nous aussi et qu’il ne faut pas culpabiliser.

Les états d’esprit du vendredi

Ca faisait longtemps que je n’y avais plus participé mais j’ai eu une envie soudaine suite au post de Zenopia de partiticper aux états d’esprit du vendredi by The Postman et Zenopia. C’est parti !

Parapluies

[jour Vendredi 28 juillet 2017] – [heure 12:40]

Fatigue : je m’endors tous les soirs en même temps que Lucy et pourtant je ne me sens pas reposée… Vivement les congés !
Humeur : Contente d’être bientôt en week-end ; Énervée contre mon courtier ; Pressée d’accoucher… Bref un peu de tout
Estomac :  Le meilleur sandwich crabe de toute ma vie (il en faut peu pour être heureuse)
Cond. phys. : Telle une baleine échouée sur la plage
Esprit : Ma to-do list se vide au fur et à mesure, ça va 🙂
Boulot : Plus qu’une semaine avant 15 jours de congés, j’ai trop hâte
Culture : J’ai craqué sur pleins de livres, j’ai hâte de m’y mettre, sauf que je suis trop crevée alors ça attendra les congés
Penser à : Faire une liste de ce que j’ai envie de faire pendant mes congés
Avis perso : Je me demande ce que ça donnerait si les hommes pouvaient être enceints
Loulou : Fait faire les 400 coups à sa Mamy, est surexcitée, a l’imagination débordante, est prête à être grande sœur mais ne veut pas partager sa chambre
Msg pers : La blogo s’éteint-elle en été ?
Amitiés : Promis, pendant mes vacances, je me bouge
Love :  Se fait opérer du pied tout à l’heure et stresse à mort
Sorties : En famille très bientôt si le pied de chéri le veut bien
Divers : Autoriser tout le monde à la maternité ou juste les proches ? Je me tâte…
Courses : On prépare l’arrivée de bébé, doucement mais sûrement
Envie de : Investir dans des crayons de couleurs pro, ça me manque
Zic : Imagine Dragons – Believer + Thunder

[Fin : 12:50]

 

Grossesse et ambivalence de sentiments

Pour cette seconde grossesse, j’ai un peu de mal avec mes sentiments, mes ressentis. Des jours, je me sens heureuse, d’autres j’ai vraiment du mal, je me sens triste et bloquée dans mon quotidien.

Mer agitée

Il faut dire que ces dernières semaines n’ont pas été de tout repos : j’ai eu un accident de voiture (le 1er en 7 ans de conduite…). L’accrochage n’était rien de grave, pas de blessé, que du matériel. Sur le coup, j’étais assez fière de moi d’avoir bien géré la situation sans stresser. Sauf que j’étais en tort et que forcément, ça complique un peu les choses. J’étais assurée en omnium, tout aurait dû bien rouler (jeu de mots foireux inside) sauf que plus d’un mois plus tard, je ne suis toujours pas indemnisée et que j’ai un peu l’impression que mon assureur cherche la petite bête. Et quand je croyais que tout était réglé, je reçois encore un courrier pour une convocation… Je ne sais pas comment ça va finir mais j’espère vraiment être indemnisée, sinon les prochaines semaines et les prochains mois vont être compliqués…

Oui, parce que j’ai besoin de bosser et que pour bosser j’ai besoin d’une voiture. Que pour racheter une voiture, j’ai dû apurer le prêt de ma voiture qui a été déclassée. Qu’il me restait un an à payer et que du coup ça représente une petite somme.

Que pour pouvoir payer les mensualités de ma nouvelle voiture, j’ai dû mettre un acompte. Et que j’ai dû revoir mes aspiration de la voiture de mes rêves et saisir la bonne affaire quand elle s’est présentée. Et que tout l’argent que je m’étais forcée de mettre de côté pour les travaux est parti en fumée et que donc, ma salle de bain n’est pas prête d’être refaite (et j’en peux plus de me laver à l’évier !).

J’ai dû prendre mon mal en patience ces derniers temps et faire face à un nombre incalculable de paperasse administrative. Que j’ai dû passer un nombre indécent de coups de fil (et que j’ai un peu la phobie du téléphone). J’ai dû faire face à tout ça en étant enceinte et fatiguée. Ça a engendré beaucoup de stress, même si j’ai voulu me persuader du contraire.

D’un autre côté, je suis fière de moi, d’avoir tout réglé seule et sans procrastiner. Il y a quelques années de cela j’aurais vraiment eu beaucoup de mal et j’aurais sans doute demandé de l’aide. Là, j’ai pris mes responsabilités.

Je me suis un peu découragée quand on m’a annoncé la somme mensuelle que je paierais en assurance, pour un petit accident de rien du tout. Je comprends que tant de personnes roulent sans être assurées en Belgique !

Je partais aussi du principe que les assureurs ont l’habitude de devoir gérer des accrochages et qu’il ne me faudrait pas sans cesse réexpliquer les choses (et me croire parfois dans une caméra cachée tant leurs réponses étaient WTF) ni courir après des réponses et des délais.

J’espère être au bout du tunnel car je reçois ma nouvelle voiture demain et que ce sera une bonne chose de réglée. J’espère que la convocation de l’assureur ne sera qu’une formalité…

Je commence aussi à stresser de l’arrivée du bébé, j’en suis à plus de la moitié de la grossesse et ça devient de plus en plus concret. J’ai un peu peur des finances quand il ira à la crèche.

Je suis un peu révoltée à vrai dire. Je n’ai pas pu signer le prêt de l’achat de ma voiture seule, mon conjoint a dû signer avec moi. Je n’ai pas pu modifier le contrat que j’ai dû garder chez mon ancien assureur sans faire intervenir ma mère. Bref, j’ai un CDI et une bonne situation financière depuis 6 ans mais le système m’empêche de ne pouvoir compter que sur moi et c’est bête mais ça m’énerve !

On a 2 CDI dans notre ménage, les fins de mois sont parfois chaotiques et ça me révolte, ce n’est pas normal. On n’est pas parti en vacances en 6 ans, on est propriétaires d’une maison plus que modeste où tout nous lâche pièce après pièce, appareil après appareil. Je ne comprends pas comment font les gens de notre âge pour avoir de belles voitures, des grandes maisons, partir au soleil plusieurs fois par an. Je ne les jalouse pas (dans le sens où ce n’est pas ce dont je rêve) mais je me demande s’ils ont un secret (héritage, maman et papa, ??).

En fait, j’avais commencé à écrire cet article parce qu’hier j’ai craqué et j’ai fondu en larmes quand mon homme m’a demandé si ça allait, et je n’ai pas su lui dire pourquoi.

Mais je viens de comprendre en écrivant, que je suis encore aujourd’hui dans l’incertitude de récupérer le moindre euros à cause d’une inattention d’une demi seconde et que ça risque de compliquer le quotidien de ma famille ; que je suis en colère contre le système d’assurance et les primes exorbitantes qu’on est obligé de payer si on veut être serein ; que j’ai envie de préparer la venue de bébé mais que sans argent ça va être un peu compliqué ; que la charge mentale est plus que jamais présente sur mes épaules et que je ne peux (et « ne veux », dans le fond) rien y changer.

Bref, je me plains peut-être pour des broutilles et je suis bien consciente qu’il y a des choses 1000 fois plus importantes dans la vie (même s’il reste d’autres choses qui me tracassent dans ma vie et qui sont elles aussi bien plus importantes…) mais j’avais besoin de ça je pense pour y voir clair. Parfois ça fait du bien de juste poser des mots sur un quotidien difficile…

Humeur du moment #1

rainbow

Petit article humeur pour changer un peu… Parce que j’en ai besoin justement de changement ! En ce moment, je ne sais pas si c’est la grossesse qui fait ça ou pas, mais je m’ennuie.

Je vois tout le monde parler de ce manque de temps et moi, j’ai l’impression d’en avoir de trop. Ce n’est pas courant d’entendre ça de la part d’une jeune maman qui bosse à plein temps et pourtant c’est la réalité. Les choses qui me passionnent habituellement ne m’attirent pas. Que ce soit le blog que j’alimentais très régulièrement, la lecture qui me permettait de m’évader, l’écriture qui me vidait la tête…

J’imagine que c’est une passe et qu’elle sera temporaire (et j’espère bien!).

J’ai été fort déçue par des proches ces derniers temps et j’y pense tout le temps, alors le soir, quand Lucy est couchée et que je pourrais faire ce que je veux, je choisis de dormir. J’ai une vie super fun en ce moment ahah… Je dors, ça m’empêche de réfléchir de trop et de m’énerver sur des problèmes qui n’ont pas d’issue mais qui me rongent. Et puis, cette grossesse m’épuise donc ça ne me fait pas de mal. Sauf que j’ai l’impression de perdre mon temps, un peu.

Pourtant, je me sens épanouie dans cette grossesse, elle commence à vraiment se voir et ça me rend fière. Surtout que nous l’avons annoncé officiellement à tous nos amis et notre famille et qu’ils sont tous aux petits soins, ça me fait vraiment plaisir. Je n’angoisse pas particulièrement que la famille va passer de 3 à 4, au contraire, je vois que Lucy comprend les choses et qu’elle est très fière également.

C’est le genre de passage à vide qui arrive de temps en temps, peut-être faudrait-il que je me force, mais je n’en ai pas envie pour le moment. Mais cet article est sûrement un premier pas, ça me fait toujours autant de bien d’écrire les choses comme je les ressens simplement et le fait de les dire « publiquement » me fait en prendre conscience.

Et j’ai tellement envie que le soleil revienne, qu’on puisse aller se promener, voir les fleurs éclore et les arbres retrouver leurs feuilles. J’en peux plus de l’hiver cette année…

J’espère rapidement sortir de cette léthargie, reprendre goût aux choses simples, créer, rêver, m’évader… En attendant je fais semblant, je garde mon sourire de façade pour les autres. Je me vois mal expliquer que je ne me sens pas bien alors que j’ai tout pour être heureuse. C’est vrai, je n’ai pas à me plaindre, j’ai une vie de rêve par rapport à d’autres. Donc je me tais et je ferai le travail intérieur quand j’en aurai la force.

J’essaie surtout que Lucy ne le ressente pas et c’est sa présence qui me permet de ne pas m’enfoncer encore plus dans cet état bizarre. Elle me donne la force, quand elle est avec moi, de faire tout ce que je peux pour qu’elle soit épanouie et heureuse et surtout qu’elle ne ressente pas tous les problèmes de « grands » qu’elle aura bien le temps de découvrir plus tard.

Embarquement immédiat pour une nouvelle aventure !

Annonce grossesse

Fin décembre, le Chéri et moi avons eu une discussion importante concernant nos envies futures. Nous avions tous les deux envie d’agrandir la famille et de faire de Lucy une grande sœur. Jusque là je ne me sentais pas prête, je trouvais qu’on était bien tous les 3, qu’on avait un chouette équilibre, une petite fille épanouie et sage, je n’avais pas envie de « briser » notre routine. Et puis, en décembre, j’ai ressenti l’envie, le besoin d’agrandir notre cocon. Lucy grandit et je suis sûre (j’espère) qu’elle est prête maintenant à devenir grande sœur et à comprendre ce qui l’attend. Mais on a décidé de ne se mettre aucune pression et d’attendre que les choses arrivent d’elles-mêmes. Pas de savant calculs, pas de prédiction, ni de prise de température, on a le temps. Mais…

Ça faisait une semaine que je sentais des choses étranges se passer dans mon corps : seins lourds et gonflés, acné, du mal à digérer certains aliments, maux de ventre… Le doute a commencé à s’installer mais je pensais quand même que ce n’était que des coïncidences, ça ne pouvait pas aller aussi vite. Dans le doute, je décide d’aller chercher un test et de le faire. Bon, en effet il y a une barre mais elle est tellement claire que ça ne veut peut-être rien dire. Et puis, je ne suis pas du genre à scruter mon cycle tous les mois, impossible de me rappeler quand ont eu lieu mes dernières menstruations… Je décide d’attendre 48 heures et de refaire un test si elles ne sont toujours pas là. Le surlendemain, je recommence donc le test, la barre est un peu plus franche mais elle n’est toujours pas nette. La certitude commence quand même à s’installer. Je décide d’aller acheter un 3ème test mais d’en prendre un qui détecte la grossesse dès les 1ers jours. Je mets le prix fort mais je veux être sûre ! Le lendemain matin, là plus de doute possible, le + s’affiche clairement… Ça y est ça se confirme ! Je suis soulagée de savoir enfin et extrêmement heureuse.

A partir de ce moment, il a fallu trouver un stratagème pour l’annoncer au Chéri de façon originale ! J’avais aimé le surprendre la première fois, j’avais même réussi à filmer sa réaction sans qu’il le sache. Pour cette fois, j’ai ma petite idée, je vous raconte tout ça dans un prochain article 😉

J’ai décidé de partager cette expérience avec vous. Je sais qu’il est recommandé de taire tout ça avant la fin du premier trimestre. Moi, je sais que quoi qu’il arrive j’aurai envie d’en parler. Dans une semaine, nous avons rendez-vous chez le gynéco pour voir où en est la grossesse et si tout se passe bien jusqu’ici. Évidemment, nous sommes hyper impatients 🙂 Pour l’instant, je me sens moins stressée que pour ma première grossesse (où je flippais vraiment pour tout et où j’étais vraiment angoissée H24) et j’espère que tout se passera aussi bien que la première fois !