Etre maman jeune : le syndrome de l’imposteur ?

Main de bébé

Je suis tombée enceinte de Lucy à 23 ans, pas par accident, même si ça a été plus vite que prévu, elle était vraiment voulue, de tout au fond de notre cœur à tous les 2. C’est arrivé un peu comme une pulsion, un besoin viscéral, avoir un enfant, un enfant de lui, c’était le bon moment.

On aurait pu rêver mieux comme situation : nous vivions dans un appartement avec une seule chambre, mon chéri travaillait en intérim… Tout le monde nous disait d’attendre, on leur disait qu’ils avaient raison, qu’on allait quand même pas faire un bébé maintenant. Et puis en y réfléchissant bien, notre situation était tout de même stable, nous étions prêts à faire des concessions s’il le fallait, nous avions la place pour accueillir un petit bout de nous, on s’est lancé sans pression et notre petite fille est arrivée 9 mois plus tard.

Le bonheur total.

Enfin presque. Elle avait des coliques, H24 7/7, j’étais la plupart du temps seule à la maison et parfois, je craquais, je pleurais, je ne me sentais pas à la hauteur. J’avais l’impression de redevenir un bébé et d’avoir moi aussi besoin de ma maman: « il est où le mode d’emploi, j’ai dû sauter une étape, je suis pas prête » ! J’essayais d’en parler autour de moi et j’avais cette impression que les mamans qui étaient déjà passées par là, me prenaient pour la débutante. Celle qui ne sait pas, qui devrait faire comme ceci ou comme ça. Parce qu’elles, elles savaient, elles avaient déjà vécu et puis elles sont plus âgées, ça change tout. Elles sont plus « matures ».

Et parce que moi, je ne voulais pas laisser pleurer ma fille, que même si c’était dur, que je savais que j’allais avoir des moments où j’aurais envie de baisser les bras, je ne voulais pas les écouter leurs conseils auxquels je ne croyais pas et essuyer leurs critiques quand je ne les suivais pas.

J’ai eu l’impression d’avoir parfois simplement besoin qu’on me prenne au sérieux, qu’on me dise que c’est normal, que ça arrive à tout le monde, quel que soit l’âge, de douter quand on entre dans ce rôle de maman. Au final, je n’avais pas envie ni besoin de conseils, j’avais simplement besoin d’être rassurée. Qu’on me dise que ça allait passer.

Avec le recul, je suis fière d’avoir conservé mon intuition, de ne pas avoir laissé pleurer ma fille, de l’avoir portée à bout de bras à en avoir des crampes, pendant des heures, d’avoir fait des kilomètres dans cet appartement, juste pour la soulager. J’ai géré. Même si j’ai parfois pleuré, j’ai tenu bon, j’ai fait les choses selon mes convictions.

Je n’avais pas raté d’étape, je n’étais plus le bébé que je vois dans les yeux des plus vieux. J’étais Maman, il me fallait juste un peu de temps pour le comprendre, pour m’en rendre compte, pour que tout cela devienne naturel, concret, que j’arrête de croire que ce n’était qu’un rêve.

Je n’avais pas besoin que les gens essayent de prendre les choses en main à ma place, j’avais besoin qu’on me considère comme une mère, qu’on m’en croie capable tout simplement et qu’on me le dise.

J’ai parfois eu l’impression que c’était plus simple pour les autres, les mamans plus âgées, celles qui ont de l’expérience. Je ne pense pas que ce soit vrai, il y a juste les mamans qui en parlent et celles qui n’en parlent pas. Chacune a ses difficultés, à son niveau.

Je ne pense pas que j’y aurais échappé si j’avais eu ma fille 5 ans plus tard, ou après 30 ans. C’est pas toujours rose d’être maman, c’est pas faute d’avoir été prévenue par les autres. En général, on entend pendant 9 mois qu’on ne dormira plus après, qu’on ne vivra que de couches et de biberons, de vomi et de morve au nez. Oui, il y aura de ça. Il y aura des petits et grands challenges qui nous révéleront, il y aura plein de progrès, plein de fierté, des câlins, des bisous, du sniffage de petit cou, des yeux pleins d’étoiles et mille autres choses qui vous feront oublier tous ces petits traces. Et puis c’est pas si terrible, puisqu’on recommence, n’est-ce pas ? 🙂

Il n’y a pas d’âge pour être une bonne maman. Il y a des mamans jeunes qui sont formidables, il y a des mamans sur le tard qui le sont moins et réciproquement. C’est les enfants qui nous font grandir dans ce rôle.

C’est un article brouillon, un article en vrac pour exprimer des choses qui me reviennent, à quelques jours de devenir Maman pour la seconde fois. J’y vais sereinement cette fois, je sais que ce sera difficile parfois, je ne demanderai plus de conseils aux autres. Je suivrai mon intuition, je sais que je ferai sans doute face à des difficultés différentes, mais cette fois, je me ferai confiance.

Sa rentrée 2017-2018

Lucy petite fille pensive
Une de mes photos préférées, où je vois à quel point elle a grandi pendant ces 2 mois de congés !

Comment passer à côté de ce sujet que l’on voit quasiment partout à cette période de l’année ? Je ne sais pas vous, mais moi, j’adore la rentrée. Même si cette année, je ne la savoure pas comme les autres, étant donné que je serai en repos de maternité à partir du 19 septembre… Pour cette fois, pas de bonnes résolutions du 1er septembre, je les prendrai toutes en une fois en janvier !

Lucy est donc rentrée vendredi 1er septembre en première maternelle. L’année passée, elle était en première année d’accueil. Tout s’est passé pour le mieux malgré mon appréhension : elle adorait ses institutrices l’année passée et n’a fait que de me parler d’elles pendant tous les congés. Du coup, j’avais un peu peur qu’elle ne veuille pas changer de classe ni d’instit cette année. Je l’avais bien briefée avant et au final, ça a été, elle y est allée avec joie et bonne humeur. Le nouveau cartable et les nouvelles chaussures aidant à la motiver 😉

Cette année, gros changement pour elle puisqu’ils ont scindé la classe en 2 et qu’elle n’est plus avec les mêmes copains de classe, surtout qu’il y a pleins de petits nouveaux qui débarquent fraîchement en 1ère maternelle. J’ai parfois l’impression que Lucy est un peu solitaire dans sa classe, elle n’a pas vraiment de copain à qui elle s’attache vraiment, elle préfère de loin s’amuser avec les grands et ils l’adorent !

Nous avons tenus à l’accompagner pendant cette première journée, habituellement elle va à la garderie le matin et le soir, mais pour la rentrée, je prends congé pour découvrir cette journée avec elle. Et entre-temps je prends soin de moi (shopping et coiffeur pour ma rentrée à moi 😉 ), ça va devenir mon rituel du 1er septembre je pense hihi.

Elle a vite retrouvé ses repaires, ses « madames » préférées et elle a pu découvrir sa nouvelle salle de classe. Elle a fait comme si elle était chez elle, elle s’est directement assise à une table et a commencé à jouer, ça y est papa et moi on n’existait plus !

De ce côté-là tout va bien, mais de notre côté, Chéri et moi on est assez sceptiques de l’attitude de son institutrice. J’ai d’ailleurs assez hâte de pouvoir la rencontrer plus personnellement lors de la première réunion parents/profs. Heureusement qu’elle a une puéricultrice pour l’aider et que Lucy la connait bien, ça me rassure un peu… Mais faire culpabiliser (et stresser) les parents dont les enfants ne sont pas propres, rendre des documents bourrés de fautes d’orthographe, zapper les siestes et la voir complètement dépassée au moment de la fin des cours, ça ne me rassure pas trop. Je suis contente que Lucy soit propre et autonome pour le coup, mais je ne peux pas m’empêcher de me mettre dans la peau des parents qui mettent leur enfant à l’école pour la 1re fois. J’espère que ce n’est qu’une mauvaise première impression et que son instit’ aussi va trouver ses marques rapidement…

Je serai aussi un peu plus relax au niveau des horaires pendant mon congé maternité, ce qui ne sera pas plus mal puisque ça lui fait pas mal de changement sur 1 mois à la Poupette : l’école, l’arrivée du petit frère… Mais je lui fais confiance, je pense (et j’espère) qu’elle va gérer tout ça comme une reine et qu’il nous faudra juste le temps de trouver notre nouveau rythme.

Et pour vous, la rentrée, comment ça s’est passé ?

Pour un congé de maternité plus juste

Je reviens vers vous aujourd’hui pour vous parler d’un sujet qui me tient tout particulièrement à cœur et qui me révolte : le congé de maternité.

Petits pieds bébé nouveau né

J’ai pu mener ma première grossesse à terme et continuer à travailler jusqu’au dernier jour légal, à savoir en Belgique, 1 semaine avant ma DPA. Je l’ai plutôt bien vécu à ce moment là, parce que j’étais en pleine forme et que j’avais sacrément peur d’être arrêtée et de devoir rester alitée en fin de grossesse. Mais surtout, j’avais peur d’être arrêtée plus tôt parce que si ça avait été le cas, ça aurait raccourci mon congé post accouchement.

En Belgique, en principe, le congé de maternité est de 15 semaines dont une semaine prénatale obligatoire. Mais si la future mère se retrouve en incapacité de travail ininterrompue pendant les 6 dernières semaines de grossesses, celles-ci sont automatiquement converties en congé de maternité prénatal. Le congé post-natal sera donc réduit à 9 semaines.

9 semaines ! Ce n’est rien du tout… A 9 semaines, un nourrisson a encore besoin de sa mère, il me semble que c’est bien trop tôt pour le mettre en crèche ou autre (déjà 14 semaines, je trouve ça bien court…). Vous me direz que la mère peut prendre un congé parental. Et donc perdre de l’argent… Tout le monde ne peut pas se le permettre, moi la première, j’ai pris mes renseignements et pour une diminution d’1/5è temps je perdais environ 200€/mois, impossible !

Pour cette deuxième grossesse, j’entame mon 9ème mois et ça devient compliqué pour ma santé. J’ai toujours crié haut et fort qu’être enceinte n’est pas une maladie, je me retrouve cette fois confrontée à être physiquement complètement à plat. Je sens que j’ai besoin de repos, les contractions sont là, malgré le fait que j’ai un travail reposant physiquement, la fatigue est là aussi, et ce, en sortant de 2 semaines de congé. Mais je ferai profil bas chez mon gynéco, je dirai que tout va bien, parce que je veux aller jusqu’au bout et plus que tout, je veux profiter de mon bébé le plus longtemps possible après sa naissance.

Je trouve ça tellement injuste, surtout par rapport à d’autres pays proches, que toutes les mamans n’aient pas le droit au même nombre de semaines pour accompagner leur nouveau né comme il se doit dans ses premiers mois de vie. Si vous partagez mon avis, et que vous aussi, vous aimeriez que les choses changent, je vous invite à signer la pétition qui circule en ce moment : ici

Comment s’est passé votre congé de maternité ? Avez-vous eu assez de temps pour profiter de votre enfant à sa naissance ? Quelle serait selon vous la durée idéale du congé de maternité ?

 

 

Sa boite à grande sœur

Dans un peu plus d’un mois maintenant, Lucy va devenir grande sœur, ça devient de plus en plus concret pour elle, elle accepte enfin qu’elle va avoir un petit frère (contrairement à la farce que je vous racontais ici). Elle lui a choisi un doudou et une tutute à lui donner à la naissance et pour que son petit frère ait également quelque chose à lui offrir, j’ai concocté une « boite à grande sœur ».

Sa boite à grande soeur

Le concept est simple, il s’agit de quelques petits cadeaux sur le thème de bébé que le nouveau né « offre » symboliquement aux plus grands.

Quelques astuces pour trouver les bons cadeaux :

  • Penser à occuper les frères et sœurs à la maternité : oui, les enfants, ça s’ennuie vite, surtout qu’un bébé ce n’est pas ce qui a de plus dynamique 😉
  • Quelques gourmandises, peut-être des choses que l’enfant n’a pas l’habitude ou le droit de manger quotidiennement, ça lui fera plaisir
  • Des livres qui expliquent comment va se passer la vie à la maison avec une petite personne en plus

Voici la nôtre avec des choses que j’ai trouvées tout au long de ma grossesse :

Contenu boite à grande soeur

Une boite avec du nécessaire pour colorier

Le DVD Baby Boss

Des Mikado

La maman Playmobil et ses deux bébés

Une tortue (clique ici si tu veux comprendre pourquoi !)

Un livre « Un petit frère ça sert à quoi »

Un livre « T’choupi s’occupe bien de sa petite sœur »

Des Imagidés

Un tutut animo « Rafale le papa cheval »

un petit paquet de chips

Voilà de quoi faire plaisir à ma Poupette ! J’ai trouvé la jolie boite chez Action pour une bouchée de pain, elle pourra la réutiliser. Et je compte y ajouter une petite lettre de la part de son petit frère, qu’elle pourra garder en souvenir 🙂

Vous avez d’autres idées ? Avez-vous déjà fait ce genre de choses à l’arrivée de vos enfants ?

 

 

J’ai plein d’envies !

L’été est pour moi souvent synonyme d’envies en tout genre. Je ne sais pas si c’est l’approche de la rentrée, et donc de renouveau, ou bien les soldes, ou encore le temps qui tourne au ralenti mais je me prépare à soulever des montagnes (ou des monts, ou des tas (de vêtements par exemple !)). Bref, je m’égare, je voulais simplement vous lister mes petites ou grandes envies du moment :

  • Nettoyer, ranger, astiquer

Il parait que ça s’appelle « préparer le nid ». Oui, il doit y avoir de ça aussi (j’accoucherai en septembre), mais c’est une envie irrépressible que j’ai tous les 3 ou 4 mois. Voir tous les jours les mêmes choses à la même place chez moi, y’a un moment où j’en peux plus ! Et là je fais le nettoyage par le vide et puis je file chez ikea/maisons du monde me trouver quelques bricoles pour renouveler un peu mon intérieur. Gros tri dans les tiroirs, les armoires, les produits qui trainent, le frigo, partout. Et là enfin, je me sens mieux, je respire. Je pense bien mettre à profit les 2 semaines de vacances qui commencent à pointer le bout de leur nez pour faire le grand ménage (j’envoie du rêve avec mon programme de vacances, je sais).

  • Cuisiner

Enfin, quand je dis cuisiner, c’est plutôt tester quelques nouvelles recettes. Je déteste cuisiner au quotidien, c’est un casse-tête autant pour moi que pour mon chéri et en ce moment, grossesse oblige, je suis hyper difficile. Je n’ai envie de rien, je me lasse de tout. Du coup, j’ai bien envie de tester des nouveaux trucs histoire de « pepser » un peu mon assiette. J’ai récemment acheté 2 livres super pour ça : Deliciously Ella au quotidien et Green Life de Victoria du blog Mango & Salt. Je ne suis pas végétarienne et encore moins vegan mais les produits présentés dans ces 2 bouquins sont originaux (pour moi) mais facilement trouvables à l’heure actuelle. Les recettes sont faciles, rapides et les visuels donnent envie. Je suis d’ailleurs en train de tester leurs recettes de petits déj’ et pour le moment, je suis convaincue !

  • Me cultiver

Au sens large, bien sûr ! Regarder des films, lire plus de livres, écouter des podcasts (d’ailleurs si vous avez de chouettes liens, je suis preneuse !), découvrir de nouveaux artistes, me replonger dans mes musiques préférées… Bref, j’ai envie d’avoir plus d’interactions à ce niveau, parce que ça me fait du bien mais que parfois je n’en prends simplement pas le temps.

  • Acheter et vendre

Mon dieu, les soldes auront eu ma peau cette année. J’ai craqué sur tellement de choses pour notre futur fils, c’est indécent 😀 (et j’ai même pas honte). Beh oui, je me lâche, je dois refaire tout une garde-robe ! Je ne pense plus avoir de bébé après celui-ci, du coup, je craque un peu, mais raisonnablement. En fait, j’ai fait des super bonnes affaires, mais j’en ai fait beaucoup (vous savez, le panier où les ristournes sont plus importantes que le total et puis on fait un panier par-ci, un par-là et à la fin du mois il ne vaut mieux pas faire le total…). D’un autre côté, j’ai mis en vente quelques trucs ce qui m’a fait rentrer quelques euros pour compenser. Et dans l’optique de mon grand ménage, j’ai bien envie de faire le tri dans les affaires de Lucy et mettre en vente un max de trucs. Et pour le petit frère je dois me promettre de le faire au fur et à mesure parce que mon grenier se compose à 90% de fringues et de matériel de puériculture de 0 à 4 ans.

  • Profiter de ma fille

Il ne lui reste que quelques semaines en tant que fille unique, alors j’ai envie de profiter d’elle à fond, de faire pleins de photos, de lui créer des jolis souvenir, de passer du temps à 2 (et à 3 avec son papa). Je sais qu’en toute fin de grossesse, ça sera dur alors il faut que je m’y mettre maintenant, il y a déjà tellement de trucs que je dois lui refuser à cause de mon gros bidou… Là, c’est décidé, je ferai tout ce que je peux pour lui faire passer de jolis moments et les immortaliser.

FB_IMG_1500653712058

Voilà pour mes envies du moment. Je vous avoue que j’ai hâte de voir arriver mes 2 petites semaines de congé pour pouvoir m’atteler à tout ça, à presque 8 mois de grossesse, c’est long et j’appréhende déjà mon retour de congés pour mon dernier mois de boulot avant le début d’une nouvelle grande aventure…