Tu préfères quel sexe ?

Encore une question qu’on me pose sans arrêt, mais celle-ci me dérange un peu moins étrangement !

Évidemment au début de la grossesse, on se demande sans cesse si ce sera un prince ou bien alors une princesse. Certains ont leur préférence et, pour un second enfant, on entend parler de « choix du roi ». Une fille, un garçon et l’équité dans le cocon…

Pour Lucy, j’étais persuadée d’attendre un garçon, même que malgré moi, je m’étais projetée cette image, moi et mon futur fils. Alors quand le docteur nous a annoncé que c’était une fille, j’ai eu 1/2 seconde de battement où je n’y croyais pas trop. Ça m’est vite passé et ça a laissé place au bonheur d’attendre une fille et à mes nouvelles projections !

Et puis, une petite fille c’était la découverte, les principes qui tombent un à un (je ne l’habillerai pas en rose des pieds à la tête ; un bandeau ?! Jamais de la vie ça ne sert à rien ; On ne regardera pas que des Disney de princesses ; et j’en passe… ).

Lucy enfant fille balançoire
Hé oui, habillée tout en rose, avec un bandeau… Rose 😉

Pour cette grossesse, contrairement à ce que pensent les gens, je n’ai aucune préférence. Si j’ai un garçon, je serai contente car je pourrai dire « mon fils » (oui, parfois on a des petits rêves ridicules). Si c’est une fille, elle partagera certainement plus avec Lucy et ce serait pratique financièrement puisqu’on a tout gardé de Lucy.

Chéri rêve d’avoir un garçon, si c’était le cas il serait ravi. Si c’est une fille, il me demandera sûrement un 3è enfant pour être sûr ahahah ! Non, mais quoi qu’il en soit, on sera heureux.

Et on l’imaginera et il/elle sera totalement différent/e. J’imaginais mon premier enfant avec des cheveux lisses et qui me ressemble, à faire tout un tas de bêtises et à ne pas me laisser dormir la nuit. Raté ! C’est tout le contraire…

Mais dans tous les cas, je suis pressée de savoir pour pouvoir imaginer. Théoriquement, le gynéco nous a déjà dit son petit secret, mais je ne suis pas d’accord avec lui, alors on fait comme si on ne savait pas et on attend le prochain rendez-vous pour être fixé et que ce soit sûr ! 🙂

Et vous, aviez-vous une forte préférence ? Avez-vous été fou de joie ou bien déçu d’apprendre le sexe de votre enfant ?

La peur de ne pas avoir assez d’amour pour 2

Lucy à la chasse aux oeufs

Ah, la grossesse et toutes ses questions…

J’entends souvent autour de moi dire que les mamans avaient peur de ne pas aimer leur deuxième enfant autant que le premier. Étrangement ça ne m’avait jamais effleuré l’esprit. Et puis, plus le temps avance et plus je gamberge évidemment !

Comme je le disais ici, je n’imaginais pas du tout Lucy comme elle l’est maintenant. Chaque jour qui passe, je me dis qu’on a de la chance d’avoir une enfant débrouillarde, sage, autonome et relativement calme. Peut-être que le deuxième sera tout le contraire de sa sœur…

Ma fille je l’ai aimée avant même de l’avoir dans mes bras. C’est pareil pour mon futur enfant, je l’aime déjà.

J’aime ma fille de plus en plus de jour en jour car elle a une personnalité que j’apprécie vraiment. Elle a cette façon d’être à la fois timide et attachante qui me gonfle de joie et de fierté. Je suis fière d’elle et de la petite fille qu’elle devient.

Mon angoisse ce n’est pas de ne pas aimer mon prochain enfant, je sais que je l’aimerai aussi fort que sa grande sœur. J’ai peur qu’il soit différent et que je sois moins fière. J’ai peur d’avoir moins de temps pour l’élever comme je l’ai fait avec Lucy. D’avoir moins de patience, parce que c’est si facile pour le moment avec elle, elle m’écoute, elle n’est pas turbulente, elle comprend. Et je sais la chance que j’ai. J’ai peur de ne pas l’avoir une seconde fois.

Mais je sais que je m’adapterai, parce que je sais ce que je veux et je sais surtout ce que je ne veux pas. Je sais qu’il y aura des ratés et je me les autoriserai.

Est-ce qu’on préfère un de ses enfants quand ils sont différents ou bien est-ce qu’on les aime juste différemment ?

Vous êtes-vous posée ces questions-là quand vous attendiez votre deuxième enfant ?

Est-ce qu’on passe toutes par ce genre de questions ou est-ce que pour certaines d’entre-vous ça a toujours été évident ? L’arrivée du second enfant a-t-elle levé les doutes immédiatement ou est-ce venu plus tard ?

C’est toujours un plaisir de parler de tout ça avec vous, j’adore ce partage d’expérience !

[grossesse] 10 questions que je déteste qu’on me pose !

Bouddha zen

Je suis maintenant dans mon quatrième mois de grossesse, et je n’en peux déjà plus de toutes ces questions impolies, intrusives ou avec un soupçon de reproche. Évidemment, cet article est à prendre au second degré et évidemment je ne répondrai jamais ces réponses aux gens qui me posent ces questions… Mais quand même, parfois, ça démange !

1 – Tu vas l’allaiter ?

LA question #1 que je déteste, mais vraiment ! Je trouve que ça ne regarde personne d’autre que les parents. Au mieux, la réponse est oui et la personne en reste là. Au pire tu ne souhaites pas allaiter et c’est parti pour un débat… C’est un choix tellement personnel, quelle que soit la décision il faut la respecter et puis au final, qu’est-ce que ça peut faire à ces personnes si curieuses ?!

2 – T’es sûre, y’en a qu’un ?

Bah non, j’ai fait une blague à tout le monde, y’en a 4 !

3 – Tu vas le mettre où ?

Pas dans ton c*l, ça c’est sûr (parfois je rêve de lâcher ce genre de phrase, juste une fois, juste pour voir la tête des gens). Qu’il ait sa propre chambre ou non, encore une fois c’est un choix, si on voulait encore le garder dans notre lit jusqu’à ses 12 ans c’est encore bien notre problème.

4 – T’es prête à retourner dans les couches ?

Et comment ! Et aussi dans les gazouillis, dans les sourires aux anges, dans les câlins, dans les bisous, dans les petites jambes potelées et tout et tout…

5 – Ça va aller les réveils la nuit avec la petite qui dormira à côté ?

Qu’est-ce que j’en sais ?! Et puis, si ça va tant mieux, si pas on trouvera une solution à ce moment là, ne vous en faites pas pour ça !

6 – Et après en route pour le petit 3ème ?

Et un 4ème, et un 5ème… Peut-être, peut-être pas, l’avenir nous le dira. On va déjà faire sortir celui qui est entamé et puis on verra, d’accord ?

7 – T’as pris combien jusqu’ici ?

Je te demande ton âge à toi ?

8 – La grande sœur ne va pas être trop jalouse ?

cf. Question 4… Et puis, ça m’angoisse déjà assez pour entendre leur récit de mauvaises expériences, de grands frères qui recommencent à faire pipi au lit ou que sais-je…

9 – Tu veux un conseil ?

Non, merci, vraiment, ce coup-ci je n’en veux aucun !

10 – Tu as des nausée ? Non ?!

Désolée, je sais, j’ai de la chance. Je devrais peut-être dire pardon ?

Et vous, vous en avez aussi des questions que vous ne supportez pas ?

Comment annoncer sa grossesse à la future grande soeur ou au futur grand frère

Annonce grande soeur grossesse

S’il y avait bien une chose dont j’avais hâte depuis que j’ai appris ma grossesse, c’était de l’annoncer à Lucy. On a attendu un petit peu, mais ça nous tenait à cœur de lui en parler rapidement pour qu’elle puisse avoir le temps de nous parler de ses ressentiments, de ses peurs, et pour la pousser à en parler régulièrement et à nous poser toutes les questions qui lui passent par la tête. Je ne suis pas spécialement angoissée par ma grossesse mais par contre, j’ai beaucoup d’appréhension concernant la façon dont Lucy va accueillir son petit frère ou sa petite sœur. On a largement le temps de la rassurer mais au moins, elle aura le temps de nous poser toutes les questions qu’elle veut…

C’est donc vendredi matin qu’on a décidé de lui dire. Ça me tenait à cœur également qu’elle soit la 1re personne de la famille à le savoir après son papa. Je ne voulais pas que ce soit quelqu’un d’autre qui lui parle du fait de devenir grande sœur, avant qu’on le lui ai expliqué avec nos mots. Et puis, ça tombait bien puisque nous attendions une naissance dans la famille dans les prochains jours, nous avons pu lui montrer le bébé dans le gros ventre de sa maman et ensuite la faire rencontrer le nouveau-né et lui expliquer que dans quelques mois, il y aurait aussi un petit bébé à la maison.

Nous avons choisi des mots simples, je lui ai dit que dans mon ventre, il y avait un tout petit bébé, que mon ventre allait grandir comme celui de Taty (qui était en fin de grossesse) et qu’après le bébé allait sortir et venir à la maison. Je pensais qu’elle n’allait pas du tout se rendre compte de ce que je lui disais. Voici sa réaction :

Moi : « Lucy, tu sais, il y a un tout petit bébé dans mon ventre, bientôt il va grandir, mon ventre va grossir. Et puis bébé va sortir et venir à la maison. Tu vas devenir grande soeur. »

Lucy : « bah moi aussi j’ai un bébé dans mon ventre. Un bébé nounours. Mauve ! »

Après quelques secondes de réflexion… et un coup d’œil discret vers sa salle de jeux…

Moi : »Tu préfèrerais un petit frère ou une petite sœur ? »

Lucy : « Moi je veux rester avec Papa et Maman. Vous m’avez manqué tous les deux ! »

Et on a eu droit à un gros câlin !

Je sens qu’il va y avoir du boulot pour la rassurer, mais j’ai plusieurs idées pour la faire patienter et lui expliquer les choses sans lui faire peur. Je vous en parlerai au fur et à mesure 😉

Vous avez des astuces pour préparer le premier enfant à l’arriver d’un nouveau bébé ?

Premier mois de grossesse : premier rendez-vous, symptômes, ressenti, démarches, conseils…

Grossesse

Mon premier mois de grossesse est bel et bien terminé. Et je suis passée par tout un tas de sentiments partagés pendant ces 4 semaines :

L’excitation : quand j’ai su que j’étais enceinte, j’ai d’abord été heureuse évidemment puisque c’était voulu. J’ai imaginé ma petite famille passer de 3 à 4 et Lucy dans son futur rôle de grande sœur. Et puis…

La peur : ben oui, c’est normal, c’est un grand changement qui s’annonce ! Est-ce que je vais être à la hauteur, est-ce que tout sera prêt à temps, est-ce que tout se passe bien, est-ce un bébé en bonne santé… Toutes les angoisses par lesquelles les futures mamans passent !

La hâte : hâte de passer ma première écho et hâte que la grossesse soit confirmée, que je puisse vraiment me projeter. Et le dire à mes proches !

Le jour où j’ai vu mon test positif, j’ai directement appelé mon gynéco pour prendre rendez-vous. J’ai eu ce rendez-vous une semaine après. Je sais qu’ici en Belgique ça ne se passe pas exactement comme en France, j’ai la chance de voir mon bébé à chaque rendez-vous, donc chaque mois, puisqu’il fait une écho à chaque fois, même si tout va bien.

Une semaine plus tard, me voilà dans le cabinet, mais pendant l’écho : grosse déception ! La poche était bien fixée mais pas de bébé dedans. J’ai eu une demi-seconde de doute en voyant l’image mais mon gynéco s’est voulu rassurant en me disant que c’était normal, que je n’avais pas encore assez de retard pour qu’on puisse y voir quelque chose. C’est un début de grossesse normal, mais il faut attendre une dizaine de jours et revenir faire une écho pour confirmer que tout va bien et donner une idée du terme.

Il faut dire que pour mes deux grossesses, je n’ai rien calculé et je n’avais qu’une vague idée du moment de mes dernières règles mais rien de sûr. Difficile dans ce cas de dater la grossesse… C’est qu’à chaque fois je me fais avoir par la rapidité à laquelle je tombe enceinte. Je pense qu’il faut du temps à mon corps mais il est toujours prêt 😉 bien sûr c’est une grande chance je ne suis pas du tout en train de me plaindre…

Au niveau des symptômes, chaque femme et chaque grossesse sont différentes, et contrairement à ma première grossesse où je n’ai eu aucun symptôme, cette fois-ci a été un peu plus compliquée puisque j’ai connu des nausées. Rien de violent mais c’est assez pénible au quotidien, surtout quand on bosse ! Au niveau de la poitrine aussi ça ne trompe pas : sensibilité et lourdeur. Et enfin quelques ballonnements qui m’ont fait rapidement croire que j’attendais des jumeaux (heureusement, ce n’est pas le cas ^^).

Après la première visite, place aux doutes et à la frustration ! J’imaginais qu’à la fin du rendez-vous je serais rassurée mais ça ne s’est pas passé comme je l’imaginais. Mon docteur s’est quand même montré rassurant, même s’il a insisté lourdement sur le fait que je ne devais pas encore en parler. Mais ça ne m’inquiète pas plus que ça car il avait dit la même chose pour ma première grossesse. Et on avait quand même fait à notre tête 😉

Le prochain rendez-vous est fixé au lundi 13/02 et j’ai tellement hâte d’y être, vous ne vous imaginez même pas ! J’espère enfin pouvoir voir ce mini bébé et puis l’entendre aussi.

A l’issue de ce 1er rendez-vous, le gynécologue vous demandera de faire une prise de sang afin de confirmer la grossesse, de voir si tout va bien et de déterminer si vous êtes immunisée ou non contre la toxoplasmose. Il vous aura également fait un prélèvement (frotti) qui n’est pas douloureux. Votre tension sera mesurée à chaque passage et vos urines seront également contrôlées.

Rien à faire au niveau administratif pour le moment, si ce n’est de renvoyer à votre mutuelle l’attestation de soin afin d’être remboursée pour la consultation.

J’ai choisi de faire mes consultations au cabinet privé de mon gynécologue. Ceci a ses avantages et ses inconvénients… L’avantage c’est de passer à l’heure, que le médecin a tout son matériel et ses dossiers à portée de main, il fait calme, mais l’inconvénient c’est que l’on paie plus cher, il faut compter environ 50€/visite pour laquelle je suis remboursée à hauteur d’une dizaine d’euros seulement…

Mon conseil : il est super important de choisir un docteur en qui vous avez confiance ! C’est la personne qui va s’occuper de vous et qui fera naître votre enfant, c’est primordial que vous puissiez lui poser toutes les questions que vous souhaitez et qu’il soit disponible pour y répondre et à l’écoute. N’hésitez pas à en changer si au début de grossesse vous n’êtes pas convaincue de ses prestations…