Apprendre à écrire avec Nathan – Coup de cœur jouet !

Après la folie de Noël où on n’a pas 5 minutes à nous, ce que j’adore, c’est le moment où on prend le temps de tester les jouets. Et je dois avouer que j’ai eu quelques coups de cœur cette année. Aujourd’hui, c’est d’un jouet de la marque Nathan dont je voudrais vous parler. Lucy a fait sa rentrée en 1re maternelle en septembre et (après en avoir eu un aversion) elle commence à s’intéresser à l’alphabet, à la lecture et à l’écriture.

Du coup, j’ai donné pas mal d’idées cadeaux en rapport avec ça et elle a notamment reçu ceci :

Nathan j'apprends à écrire

Pourquoi on l’adore ?

Déjà c’est un jouet compact. Oui, ça devient un critère immanquable parce qu’on commence à devoir repousser les murs pour caser tous les jouets, on préfère les jouets qui se rangent facilement. En plus, elle peut l’emporter partout avec elle, il y a même une petite poignée.

C’est super simple d’utilisation, chaque chose a sa place et du coup, l’enfant peut jouer en toute autonomie et ça c’est plutôt chouette pour les parents 😉

Comment ça fonctionne ?

C’est une petite mallette qui comporte des fiches (20), un marqueurs effaçable et une éponge. Il y a un bouton qui permet d’allumer une lumière qui fait apparaître des lignes, des motifs, des formes, des lettres, etc. qui vont permettre à l’enfant de commencer à les tracer en décalquant.

Il y a, dans un 1er temps des formes qui permettront de terminer des dessins et ensuite, il y a l’écriture majuscule, minuscule (cursive) et même des petits mots.

Depuis qu’elle l’utilise, elle a fait énormément de progrès, notamment dans la reconnaissance des lettres, mais également dans l’écriture sans modèle. Elle arrive maintenant à écrire son prénom en majuscules.

A la maison, on a plusieurs jeux de cette gamme et c’est toujours une belle réussite. J’aime beaucoup cette marque pour les jeux éducatifs qu’elle propose, toujours bien pensés et ludiques dans une gamme de prix vraiment abordable (celui-ci coûte +/- 22€, tout dépend des enseignes).

Ce sont des jeux évolutifs qui grandiront avec l’enfant, et cerise sur le gâteau, ils sont très solides. Je les recommande vivement si vous cherchez une chouette idée cadeau pour vos enfants ou pour offrir.

Et vous, vous avez des jeux à me recommander pour apprendre aux enfants à écrire ? Vous avez eu des coups de cœur pour des jouets que vos enfants ont reçus à Noël ?

Les 3 mois de bébé Raffael

DSC_0028 (2)

Mon petit bébé a déjà 3 mois, j’ai l’impression qu’il a toujours été là et en même temps, chaque jour, j’apprends à le connaitre un peu plus… Alors le troisième mois, c’était:

  • Des nuits parfaites, avec parfois un réveil seulement vers 8h30, le pied !
  • Un rythme de siestes qui s’installe
  • Parfois des petits coliques le soir
  • Son premier Noël
  • Des sourires dès qu’il me voit
  • Des longues conversations à base de areuh, gueu, gui, gué
  • Des petits cris rigolos
  • Toujours pas de décision prise entre le pouce et la tutute
  • Des yeux gris-bleus
  • Le passage petit à petit à la taille 3 mois
  • Des petites doudouces qu’il me fait quand il boit son bib’ (j’adore trop)
  • Des petites fossettes au-dessus de la bouche quand il sourit
  • Des bulles, pleins de bulles avec la bouche
  • Les premiers objets qu’il tient en main (3 secondes)
  • Le relax où il se balance tout seul et qu’il adore
  • Une aversion pour le tapis d’éveil
  • Toujours rechercher la lumière et les écrans
  • Une passion pour sa sœur (et c’est réciproque !)
  • Un sommeil qu’il a du mal à trouver le jour et le besoin qu’on lui remettre sa tutute 20x/minutes…
  • Des joues de hamster qui me font craquer
  • La rencontre avec les gens de la famille qui ne s’étaient pas déplacés à sa naissance

J’ai du mal à croire que je ferai le même exercice à la fin du mois pour les 4 (quatre !) ans de Lucy. En tout cas, entre ces deux là, la complicité ne cesse de grandir chaque jour et ça gonfle mon petit cœur de maman. J’en profite… Dans une semaine, il rentre à la crèche 😦

Bébé sourit 3 mois

J’ai testé Neveo, le journal personnalisé envoyé aux grands-parents (concours inside !)

Début Novembre, j’ai été contactée par Simon, co-fondateur de Neveo qui m’invitait à tester son produit. Et j’ai trouvé leur concept tellement chouette que j’ai accepté !

Alors Neveo, qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit d’un journal mensuel que l’on peut personnaliser avec nos photos et nos légendes qui sera envoyé aux grands-parents (ou à qui vous souhaitez d’ailleurs !). On peut également l’envoyer à plusieurs personnes ou en envoyer des différents en les personnalisant.

Comment ça fonctionne ?

Fonctionnement Neveo

C’est ultra simple : il suffit d’ouvrir un compte sur leur site internet (http://myneveo.com) et d’y encoder l’adresse de la personne à qui on veut l’offrir, de là on peut facilement télécharger les photos que l’on souhaite insérer dans le journal, on y écrit une petite légende et c’est tout : le journal s’imprime et s’envoie automatiquement à la fin de chaque mois.

Vous trouverez plus d’infos sur leur site ou sur leur page Facebook

Pourquoi le concept m’a tant séduite ?

  • Je trouve l’idée vraiment très bonne. Il arrive fréquemment que les personnes plus âgées aient une répulsion pour tout ce qui touche aux réseaux sociaux, à internet et à la technologie en général. Et je ne sais pas vous, mais moi, les mamies de la famille me demandent sans cesse des photos des enfants. Mais je ne prends jamais le temps d’aller en imprimer… Du coup, je me fais sermonner et c’est pas cool !
  • En plus, des deux côtés, on peut le faire sans bouger de chez soi. Le journal est envoyé par la poste et rentre facilement dans la boite aux lettres du coup, pas besoin d’aller le récupérer quelque part après avoir reçu un avis de passage dans la boite aux lettres parce qu’on était pas à la maison (je sais pas vous mais moi ça me soûle !).
  • On peut ajouter des membres de la famille pour qu’ils puissent aussi y mettre leurs photos.
  • On ne doit même pas s’embêter avec la mise en page, tout se fait automatiquement.
  • C’est super aussi pour les personnes qui sont expatriées et qui du coup, sont loin de leurs proches. Elles peuvent tout faire sur le site sans problème.
  • Ça crée de super souvenirs ! Chaque mois, on y met les photos qu’on a prises les semaines précédentes et on peut voir l’évolution des enfants au fil des parutions.
  • Le prix est plus que raisonnable selon moi : 6,99€ pour le journal jusqu’à 50 photos et 11,99€ pour 100 photos.
  • Ils livrent partout dans le monde.
  • Ils ont également une application qui simplifie encore plus les choses.
  • C’est belge !
  • Ils ont fait une vidéo trop chouette pour présenter leur produit : tu peux la voir ici 

J’ai franchement été conquise par le concept, par la facilité, pour le fait que ça permette de garder de beaux souvenirs et d’entretenir les liens familiaux. J’ai fait la surprise à la grand-mère des enfants qui n’est pas sur internet et elle était émue et ravie (et elle ne sait pas encore qu’elle le recevra tous les mois !).

Et ce n’est pas tout, puisque Neveo organise un concours pour faire gagner à 10 participants un an d’abonnement. Et la cerise sur le gâteau ? C’est que chaque participation vous permettra de profiter de 2 mois d’abonnement à 0,99€ !

Concours

  • Date du concours : 15/12 au 25/12 (minuit)
  • 10 gagnants remporteront 1 an d’abonnement gratuit à Neveo (12 X 50 photos).
  • Chaque participant gagne les 2 premiers mois à 0,99€

Les 10 personnes s’étant créées un compte et s’étant rapprochées le plus de la réponse à la question remporteront 1 an d’abonnement à Neveo (50 photos/mois pendant 12 mois).

Comment participer ?

  1. Cliquer sur le lien du concours (ici)
  2. Répondre à la question : Combien de photos ont été envoyées à Neveo en octobre 2017 ?
  3. S’inscrire sur Neveo (prénom, email, mot de passe)

Le deuxième mois de bébé Raffael

Raffael 2 mois

Hier, mon tout petit a eu 2 mois. Le temps passe vite, je pense déjà au chemin du travail que je vais devoir reprendre dans un peu plus d’un mois, contrairement à ma 1re grossesse, je sens que je vais y aller à reculons. Mais on n’est pas là pour parler de ça, voici ce qu’il s’est passé pendant ce deuxième mois :

  • Un bébé qui fait toujours ses nuits
  • Mais un bébé qui ne dort toujours presque pas de la journée
  • 5 bibis de 150ml par jour, précisément toutes les 4h
  • Presque plus de coliques
  • Des sourires à la demande
  • Des bruits, des aaaaa, des euuuu, des ageuh, des petits cris
  • Une grande sœur toujours aussi douce
  • Des cheveux qui poussent et qui m’ont l’air de foncer
  • Toujours des yeux bien bleus
  • Un soulagement de savoir qu’il entend bien des 2 oreilles
  • Un bébé qui aime la musique
  • Un bébé qui cherche son pouce et qui hésite : pouce ou tutute ?
  • Des bains enfin au calme, sans cris
  • +1 kg et +7cm à 1 mois et demi
  • Un bébé qui adore la lumière du jour
  • Un bébé qui aime se promener à bras
  • Un bébé qui commence à s’intéresser à la télé (on évite au max !)
  • Bientôt ses premières fêtes de fin d’année

Bébé Raffael 2 mois

DSC_0031 (2)

Bref, on a bien pris nos marques, notre routine s’est installée. Je trouve qu’il change chaque jour ! Et je prends plaisir à le câliner et le chouchouter autant que je peux… Le temps passe vite.

Jouer en famille avec Bata-waf de Djeco

J’ai découvert la marque Djeco sur la blogo, je ne connaissais pas du tout ces petits jeux et depuis, on en est fan. Notre premier jeu a été Bata-waf, il s’agit du célèbre jeu de cartes « bataille » revisité pour les plus petits.

Ici pas de roi ni de reine, il s’agit de chiens ! Et plus le nôtre est grand, plus on a de chances de gagner. Et si par hasard les chiens font la même taille, on crie Bata-waf et c’est la bataille. Le but étant évidemment de gagner toutes les cartes de notre adversaire.

C’est idéal pour initier les enfants aux jeux de société et c’est aussi amusant pour les grands que pour les petits. J’adore ce genre de jeux où je prends également plaisir à faire une partie.

On adore ce jeu à la maison et on y joue très souvent. Les parties sont rapides et les batailles sont drôles. J’aime aussi beaucoup les illustrations. Et visuellement c’est très clair pour les petits de voir quel chien est le plus grand grâce à l’échelle colorée. Ça permet aussi aux petits d’apprendre à perdre 😉

Je trouve que c’est une super idée cadeau pas cher pour les enfants, pour moins de 10€ on fait à coup sûr des heureux. D’ailleurs il y a un large assortiment de jeux de cartes Djeco pour un panel d’âge étendu.

Les +

  • Dès 3 ans
  • Peu cher
  • Parties rapides
  • Règles simples
  • Fun pour les adultes aussi
  • Rangement facile
  • S’emporte facilement

Les –

  • Jeu assez répétitif
  • Attentions aux mauvais perdants 😉

 

[album jeunesse] Sans titre d’Hervé Tullet

Comme vous le savez si vous suivez le blog depuis un moment, Lucy adore les livres presque autant que moi et je suis toujours à la recherche de beaux albums. Celui-ci est super original, je l’ai acheté comme cadeau de Noël mais évidemment je l’ai lu et je suis certaine qu’il va beaucoup lui plaire.

Pourquoi ? Parce que ce livre s’adresse directement aux petits lecteurs. On débarque dans l’histoire mais les personnages, eux, ne sont pas du tout prêts ! Il n’y a pas d’histoire… Alors ils vont en inventer une, en fin ils vont essayer.

Sans titre Hervé Tullet couverture

Résumé

« Sans titre est un livre… inachevé. Vous arrivez trop tôt. Les personnages sont encore un peu brouillons, et l’histoire… Il n’y en a pas. Bon, mais alors l’auteur, lui, que fait-il ? Hervé Tullet se met en scène et nous fait visiter les coulisses de la création. Une fois encore, il surprend ses lecteurs, pour leur plus grande joie ! Pas facile d’expliquer aux enfants ce que sont des personnages, un auteur, une narration… Une fois refermé cet album, ils auront saisi ces notions subtiles, tout en s’étant payé une bonne tranche de rigolade. »

Mon avis

J’aime beaucoup ce genre d’histoires originales, qui sortent carrément de l’ordinaire. Les dessins sont rigolos (même s’ils sont brouillons car l’histoire le veut), tout colorés et le fait qu’ils nous parlent à nous qui lisons l’album, je trouve ça super chouette, les enfants adorent !

page sans titre hervé tullet

A priori on pourrait croire que ce livre n’apporte pas grand chose, à part un petit moment de rigolade. Mais ça permet également de donner une autre dimension à la lecture et de s’interroger ensemble sur le rôle des personnages, de l’auteur, des dessins etc.

Nous avions déjà découvert l’auteur grâce à un album qu’on avait loué à la bibliothèque et que Lucy avait adoré, qui s’appelle « On joue ? » où l’enfant doit suivre un point dans tout plein de péripéties. C’est aussi lui qui se cache derrière le très connu « Un livre ». J’ai vu qu’il avait fait de nombreux albums dans ce style, qui permettent aux enfants d’interagir, j’ai hâte d’en découvrir de nouveaux !

En bref, c’est un album rempli d’humour qui plaira sans aucun doute aux petits comme aux plus grands.

Sans Titre d’Hervé Tullet publié chez Bayard Jeunesse – 64 pages – 3 ans et + – 11,90€

 

Coup de coeur jouet : Le lecteur interactif Tiptoi

Tiptoi

Je suis une (très) grande fan de jouets et jeux en tout genre. L’arrivée de St Nicolas me tarde encore plus qu’à Lucy je crois et d’ailleurs tous nos cadeaux sont déjà trouvés (je vous partagerai très vite mes idées de cadeaux d’ailleurs !), commandés et presque bien cachés. Mais je ne craque pas pour n’importe quoi et pour qu’un jouet me plaise il faut souvent qu’il apprenne quelque chose.

L’année passée, Lucy a reçu un coffret Tiptoi et c’est carrément devenu un coup de cœur parmi tous nos jouets éducatifs.

Le principe : « tiptoi® est un tout nouveau système éducatif interactif qui stimule les enfants, qui les invite à découvrir le monde de façon autonome et amusante. Quand l’enfant pointe le stylo sur une image ou un texte, il entend des sons, des informations, des personnages ou de la musique. Tiptoi® fonctionne sur différents supports tels que les livres, les jeux et les puzzles, et offre ainsi un contenu diversifié et plein de connaissances ! »

Le support principal est donc un stylo qui émet différentes phrases/sons/musique selon le jeu choisi: il y a des livres, des jeux de société ou des puzzles. Pour chaque support il y a différents modes : Découvrir (pour découvrir l’histoire, les sons, les personnages…), Connaitre (pour apprendre des anecdotes, des informations…), Raconter (on entend les personnages s’animer et raconter des histoires), Jouer (pour faire des jeux, répondre à des énigmes,…).

J’aime vraiment beaucoup le concept, les livres sont jolis, les capteurs sont invisibles et chaque élément du support est interactif : si on pointe le stylo sur le moindre oiseau dans le ciel, il émettra un son. Chaque livre et chaque jeu est classé par âge et y correspond réellement, souvent ils sont même évolutifs et on peut y jouer seul ou à plusieurs. A la maison, on valide et on demande un nouveau jeu à chaque fête.

Voici ceux que nous avons :

  • La ferme

Tiptoi livre la ferme

Un livre pour apprendre ce qu’est le quotidien à la ferme, apprendre plein de vocabulaire relatif à cet environnement ainsi que les bruits des animaux et des petits jeux sympas pour apprendre en s’amusant.

  • Le robot des chiffres

Tiptoi jeu robot des chiffres

Je crois que celui-ci est mon préféré ! L’enfant peut jouer seul ou à plusieurs, il s’agit ici plutôt d’un jeu où le but est de donner à manger des chiffres et des formes à un chouette petit robot rigolo. Il y a plusieurs niveaux de jeux du coup le jeu dure dans le temps et ça c’est important aussi.

  • Music Academy des p’tits monstres

Tiptoi jeu Music Academy

Ici aussi c’est un jeu de société où l’enfant peut également jouer seul. Pour apprendre les notes, les instruments, les sons du quotidien. Il est vraiment bien fait mais un peu plus difficile par moment en mode jeu, j’ai moi-même du mal à reconnaître les notes parfois…

Et on a commandé le livre sur le corps humain à St Nicolas, j’espère qu’il va nous l’apporter 😉 ! On n’a pas encore essayé les puzzle mais j’ai hâte que Lucy soit assez grande car j’adore ça et elle aussi.

Egalement disponibles : les dinosaures, l’atlas, l’anglais, la lecture, les pirates, le centre équestre, les figurines interactives … Il y a un choix impressionnant, pour tous les goûts. Je vous invite à aller voir sur le site de Ravensburger  pour en apprendre un peu  plus si ce jeu vous intéresse !

Le premier mois de bébé Raffael

premier mois bébé

Déjà un mois, seulement un mois… Je ne saurais pas dire ce que je ressens, c’est un peu tout à la fois ! Mais ce tout 1er mois, c’était…

  • Un bébé glouton car il a englouti quasi 50 ml dès sa sortie, ce qui nous a valu de nous faire engueuler par les sages femmes (je ne savais pas moi qu’il ne devait boire que 10 ml !)
  • Mais un bébé qui ne faisait que dormir pendant notre séjour à l’hôpital (on s’ennuyait ferme d’ailleurs)
  • Et puis le retour à la maison et l’apparition des coliques
  • Qui se sont un peu estompées depuis qu’on a arrêté le lait spécial et les gouttes…
  • Les premiers a-euh
  • Une tête qu’il redresse depuis ses premiers moments
  • Son regard qui nous suit depuis peu
  • Une grande sœur un peu impressionnée au début et qui est maintenant super adorable avec lui, toujours prête à lui remettre sa tutute ou sa couverture et qui ne l’oublie jamais pour le câlin du soir
  • Des kilomètres parcourus dans la maison pour calmer ses coliques
  • Une grande sœur super fière quand j’emmène son frère à l’école
  • Une montagne de cadeaux reçus et certains de personnes qui ne nous sont pas proches et qui m’ont fait tellement plaisir
  • Pas tellement de visites (beaucoup moins que pour Lucy du moins)
  • De l’acné et des croûtes de lait 😦
  • +3 cm et +600 gr depuis sa naissance
  • Un bébé qui a tout de suite fait la différence jour/nuit et qui nous a déjà fait une première nuit de 8 heures
  • Mais un bébé qui ne dort presque pas de la journée, sauf si on se balade en poussette ou en voiture
  • Des centaines de photos
  • Des cheveux brond (= très foncés sur l’arrière de la tête et tout blonds sur le devant et le visage)
  • Une visite planifiée chez l’ORL car le test auditif était négatif à l’oreille droite

On trouve tout doucement un équilibre, on apprend tous un peu à se connaître au fur et à mesure des jours (et des nuits lol) et on s’émerveille de chaque petite chose au quotidien. Même si ce n’est pas toujours facile, on manque évidemment de temps pour nous, on est fatigués, parfois un peu sur les nerfs et les rotules d’avoir 2 enfants à gérer, je trouve qu’on s’en sort bien. J’ai l’impression que la famille est au complet et j’ai hâte de voir ce que les prochains mois nous réservent…

Se faire peur pour Halloween avec des livres pour les petits : Cornebidouille

Comme vous le savez si vous nous suivez depuis quelques temps, on est des grands consommateurs de livres à la maison : on en achète pas mal et on va régulièrement à la bibliothèque pour faire le plein. Il y a quelques semaines, on y est allées pour trouver des histoires qui font (un peu) peur et on est tombé sur une drôle de sorcière : Cornebidouille.

Cornebidouille couverture

Cornebidouille, elle vient pendant la nuit embêter les enfants qui ne veulent pas manger leur soupe. Et Pierre fait partie de ceux-là… Mais Pierre, il n’a pas peur des sorcières et il leur joue de vilains tours !

Dernièrement, je me baladais chez Club (une chaîne de librairies belges) et j’ai trouvé la collection des albums de Cornebidouille, alors que je ne savais pas qu’il y avait une suite, c’était la bonne surprise. Les albums coûtent 5€/pce et sont petits et flexibles mais restent néanmoins solides, la base des livres pour les petits. Il en existe 4 (à ma connaissance) :

Nous avons les deux premiers à la maison et je crois que je vais craquer sous peu pour les deux autres. Lucy en raffole et m’en parle souvent, surtout pendant cette période de l’année où on voit des sorcières partout. Ça permet de dédramatiser un peu et d’avoir moins peur de ces vilaines sorcières.

Ils sont conseillés à partir de 5 ans mais peuvent convenir selon moi pour les petits de 4 ans et même moins : Lucy a 3 ans et demi et comprend très bien l’histoire. Il y a juste quelques vilains mots que je modifie en lisant l’histoire pour éviter d’étoffer son vocabulaire d’insultes, certes rigolotes, mais dont je me passe volontiers 😉

Les dessins sont plutôt jolis (à l’ancienne comme j’aime dire) et ce livre fait beaucoup rire Lucy, elle s’identifie bien à Pierre puisqu’elle déteste la soupe comme lui et qu’elle s’imagine bien elle aussi faire tourner en bourrique une vilaine sorcière !

Je vous conseille donc cette petite série qui ne coûte pas très cher et qui est facilement trouvable en bibliothèque car Cornebidouille est plutôt populaire, mais moi je ne la connaissais pas encore…

Vous connaissez cette série ? Vous en avez d’autres à me conseiller pour Halloween ?

Mes essentiels pour les premiers jours de bébé à la maison

indispensables

S’il y a bien une chose qui a été bien différente pour mes grossesses, c’est la préparation de l’arrivée de bébé. Je pense qu’on est toutes un peu pareil, pour la 1re on a tellement envie de bien faire qu’on achèterait bien tout ce qui se fait en terme de puériculture pour ne surtout manquer de rien. Entre les trucs de base hors de prix (non mais vous avez vu le prix de certaines poussettes ?! C’est affolant !) et les gadgets tous plus mignons les uns que les autres, c’est parfois difficile de choisir. Avec le recul (et selon le bébé que l’on a aussi), on se dit que la plupart des choses ne sont pas spécialement nécessaires pour les premiers jours. En soi, bébé ne fait pas grand chose à part dormir, manger et salir ses couches…

Autant pour ma première grossesse, j’ai acheté pleins de choses, autant pour celle-ci, on a vraiment bien réfléchi et attendu la dernière minute pour certains articles. Mais voici ma petite sélection :

1. Un lit co-dodo

Même si je n’allaite pas Raffael, je voulais pouvoir garder un œil sur lui la nuit. En plus, il prend la tutute alors nous lever 20 fois par nuit pour lui remettre, non merci ! Ma maman nous a gentiment offert le lit Chicco Next2Me Dream Delicacy qui est vraiment top, même si un peu cher. Il existe des alternatives moins chères évidemment mais il y a plusieurs choses qui nous ont séduites chez lui :

  • On sait le pencher d’un côté pour que bébé ne dorme pas tout à fait à plat
  • Les pieds se plient (nous avons un lit bas qui ne permettait pas de passer les pieds dessous)
  • Il a des roues et des freins
  • On sait le balancer
  • Il est totalement réglable
  • Il est joli et solide
  • Il est léger

Les premières nuits, nous les avons passées dans le salon pour voir comment ça se passait. Comme il est léger on a facilement pu le descendre/monter quand on en avait besoin. Maintenant il est à côté de notre lit et on en est entièrement satisfait ! Je suis rassurée d’avoir toujours un œil sur Raffael et je ne dois pas me lever pour vérifier que tout va bien, je jette un coup d’œil et je me rendors directement ! C’était l’article le plus cher de notre liste de naissance, il coûte environ 300 €, un petit budget mais je pense que c’est le genre d’articles qui se revend facilement par la suite.

2. Une poussette adaptée

On avait fait l’erreur d’en prendre une qui ne nous correspondait pas pour Lucy, alors cette fois, on s’est bien renseigné et on a opté pour la Quiny Zapp. Pour 200€ on a trouvé la poussette idéale : légère, maniable, qui tient bien la route, qui se plie facilement et sans prendre de place. Il faut juste prévoir un Maxi Cosy en plus pour les premiers mois, ou une nacelle si vous préférez.

3. Un parc

C’est l’endroit où Raffael passe le plus clair de son temps. Il s’y repose et y jouera par la suite. Nous avons opté pour un parc avec un tiroir histoire de pouvoir y ranger tout son linge de rechange.

4. Un babyphone

Un indispensable quand on a une maison sur plusieurs étages. Un conseil : regardez bien les avis des consommateurs ! Nous avons opté pour un babyphone équipé d’une caméra de la marque Angelcare. Il est vraiment top, il fait tout, la qualité d’image est vraiment bien et pareil pour le son. Certes, il coûte un peu cher mais il fait son job à la perfection !

5. Un moyen de portage

Surtout quand on a deux enfants ! On a investi dans un porte bébé de la marque Babylonia qui peut être utilisé dès la naissance. C’est également un budget mais il peut servir jusqu’aux 4 ans de l’enfant (bon, je ne pense pas m’en servir jusque là, mais…).

6. Un relax

Pour nous, c’est un must have car Raffael a des coliques et elles tombent toujours quand c’est l’heure du souper… Du coup, on le pose dans son relax, on pose le relax sur la table et on sait le calmer facilement tout en mangeant tous les 3. C’est aussi très pratique quand on va chez des amis ou dans la famille pour avoir toujours un endroit où le poser.

7. Un tapis à langer et une poubelle à couches

Le notre est léger car on le déplace et la poubelle à couche est un indispensable pour ne pas que ses langes embaument toute la maison ! Il en existe de super jolies maintenant où l’on peut même changer les motifs (grâce à des housses vendues séparément), nous on s’en foutait un peu de la beauté de notre poubelle à couches, on a visé dans le pratique, on a pris celle de la marque Tommee Tippee. Les recharges coûtent cher par contre, mais il me semble que c’est plus économique de les acheter sur Amazon, il faudrait que je vérifie. Notre tapis à langer est le moins cher, on a acheté plusieurs housses toutes simples, avec un petit garçon qui a l’habitude de faire pipi dès qu’on enlève son lange, il faut en prévoir quelques unes ahah.

8. Des biberons qui se lavent facilement

On a opté pour les biberons anti colique de la marque MAM. Pour Lucy nous avions les Tommee Tippee mais c’était infernal pour les laver ! Ceux-ci se dévissent de partout donc c’est pratique. En plus ils se stérilisent seuls facilement au micro ondes. Et puis, les motifs sont jolis :-).

9. Un sac à langer pratique

On avait aussi fait la bétise d’acheter un joli sac (bien cher) quand j’attendais Lucy. Joli mais hyper grand et hyper lourd… L’erreur de débutant ! Cette fois, j’ai bien cherché, et j’ai trouvé notre sac idéal chez Babymoov. Petit mais spacieux, il ne fait pas trop féminin (pour que Papa puisse l’utiliser aussi), il est ultra léger de base et s’attache facilement à la poussette. Et surtout il est bon marché !

10. Des maxi bavoirs ou des maxi langes

Ce truc est ultra pratique pour faire faire le rot de bébé sans catastrophe ! Malheureusement on n’en trouve pas partout mais j’ai acheté les miens sur une vente privée Bébé Boutik, ce sont des Ideal Baby by Aden&Anaïs, ils sont jolis et doux je les adore.

Voici pour mes 10 indispensables ! Evidemment, tout dépend des personnes, de l’endroit où vous habitez, de vos besoins, de vos moyens, etc… Mais je suis contente qu’on ait réussi à ne pas trop craquer sur des choses inutiles. Après, il reste la liste de naissance pour les petits plus, la nôtre nous permet de bénéficier d’un bon d’achat de 10% de la valeur des articles achetés une fois la liste clôturée, c’est plutôt un bon plan !

Et pour vous, quels sont les indispensables ?

Son prénom, notre petit secret

Raffael nouveau né endormi

Je dois avouer que j’ai un peu angoissé durant ma grossesse, parce qu’on n’arrivait pas à se mettre d’accord avec le Chéri sur un prénom pour bébé… Autant pour Lucy ça avait été plutôt facile, autant là, impossible d’en trouver un qui nous plaisait à tous les deux.

J’aime les prénoms classiques avec une touche de « on ne fait quand même pas comme tout le monde ». Et Chéri lui, aime plutôt les prénoms à consonance italienne (ses origines, tout ça…).

J’en ai épluché des tonnes de sites de prénoms, j’en ai mis de côté des tas et des tas… Mais ça ne lui convenait jamais. Et puis, j’en cherchais un avec un « y » parce que chacun de nous en a un dans le sien. Et puis, il fallait que ça aille avec son nom de famille, que les initiales ne soient pas un gage de moqueries plus tard, bref lui trouver un prénom pour la vie, ça n’a pas été facile !

Parmi mes prénoms favoris, avec ou sans « y », il y avait :

  • E(y)den (mon chouchou)
  • Théo
  • Tyméo
  • Floryan
  • Trystan

Et le Chéri lui, avait un coup de cœur pour Roméo. Ce prénom me plaisait bien également mais je ne sais pas pourquoi, je n’imaginais pas mon fils s’appeler comme ça !

Au final, on n’a choisi aucun de tous ceux-là ! Depuis ma 1re grossesse, on s’était dit que si c’était un garçon, il s’appellerait Raphaël. Mais en en discutant, on trouvait qu’il manquait quelque chose… Et puis on a trouvé, il s’appellera Raffael-avec-2F-et-sans-tréma. Voilà notre petit truc en plus.

Sa signification : « Le prénom Raphaël est constitué des termes hébreux rapha qui veut dire « guérir » et El qui signifie « Dieu ». Ainsi, il se traduit par « Dieu guérit ». Raphaël est l’un des sept archanges. Il est plusieurs fois nommé dans le livre deutérocanonique de Tobie. Selon le récit, Raphaël fut envoyé par Dieu pour accompagner Tobie tout au long d’un voyage au cours duquel il trouva un remède pour guérir la cécité de son père, réduit à la misère après la déportation à Ninive. Durant ce voyage, Tobie rencontra également sa future épouse Sara, victime d’un démon qui faisait périr ses fiancés au fur et à mesure de leur déclaration. Grâce à l’intervention de Raphaël, Sara fut délivrée de son démon. Raphaël est décrit comme un archange protecteur et bienveillant. Il représente la force de la guérison. »

Raffael…

Une fois qu’on s’était mis d’accord, c’est devenu notre petit secret. J’ai adoré garder cette information rien qu’à nous deux. Si j’avais fait ce choix à ma première grossesse, il y aurait eu de grandes chances que Lucy se soit appelée Roxane. Mais à force d’entendre que les gens n’aimaient pas ce prénom ou qu’ils connaissaient un chien avec ce nom, ça nous a fait changer d’avis. Cette fois, on resterait sur ce choix et personne ne pourrait nous influencer. Nos proches le sauraient quand bébé sera là et ils devront s’y faire.

Déjà, ça a évité pas mal de réflexions : quand bébé est là et que les parents viennent de lui donner naissance, rares sont les personnes qui se permettent de critiquer sous peine de se prendre un coup de boule d’une nouvelle maman en pleine montagne russe hormonale ! Et puis, ils ne peuvent plus rien y faire.

Même si pendant les derniers mois, nos proches insistaient réellement, on n’a pas lâché l’affaire. Certains l’ont mal pris, mais je m’en fichais pas mal, c’était notre choix et si c’était à refaire, je referais tout pareil…

Avez-vous dévoilé le prénom de bébé avant ou après sa naissance ? Pour quelles raisons ?

 

Mon accouchement : j’ai préféré celui sans péridurale !

Salle accouchement
Ça c’était en rentrant dans la salle d’accouchement, quand je faisais encore ma maligne !

Je reviens aujourd’hui, pile une semaine après avoir donné la vie à Raffael (edit : ahah ça c’était quand j’ai commencé à écrire l’article #écrireEntre2coliques), pour vous raconter comment ça s’est passé. Si on m’avait dit que mon accouchement ressemblerait à ça, j’aurais bien ri… Et pourtant !

Lundi 2/10 à midi j’avais rendez-vous chez mon gynéco pour un monito et une visite. Il m’avait dit 3 jours avant que si bébé n’était pas là à cette date, je rentrerais pour un déclenchement. Je ne vous raconte même pas les kilomètres que j’ai parcourus ce weekend là ! Je n’avais pas envie qu’il provoque mon accouchement, je voulais tellement que tout cela se fasse naturellement… Mais lundi midi, toujours rien et le monito était des plus calmes. Comme prévu mon gynéco me dit de rentrer à la clinique le soir même, à 23h, pour une première injection à 2h du matin. Mais il me fait quand même un décollement (« attends je regarde si ton col a bougé » et surpriiiise j’en profite pour y aller sans rien te demander grrr). Bref, le truc hyper douloureux qui te fait marcher comme un cow boy le reste de la journée…

Vers 14h, je devais passer chez ma mère et j’avais toujours aussi mal, il me semble que ça commence quand même à ressembler à de petites contractions mais j’attends, elles sont fort espacées et j’ai encore 1000 choses à faire ! On en profite pour faire quelques petits derniers achats pour bébé car j’ai peur de ne pas avoir assez de vêtements à sa taille, monsieur risque d’être un modèle réduit comme sa soeur… Et toujours ces petites contractions.

On rentre à la maison avant d’aller souper chez ma sœur. Là, les contractions se font de plus en plus fortes mais je me dis que c’est sûrement dû au fait qu’il m’a fait ce décollement. Vers 18h je télécharge quand même une application qui me permet de les compter, de voir les minutes qui les séparent et leur durée.

Avant de partir chez ma soeur, elles sont donc espacées de 2 minutes 30 environ. Mais j’ai faim et je ne tiens pas à revivre un accouchement sans rien avoir avalé alors je prends encore un peu sur moi et je mange tranquillement, sous le regard apeuré de ma soeur qui me voit compter mes contractions !

Vers 19h30 on part pour l’hôpital. Les urgences sont complètement saturées, mais pas le choix, je dois m’inscrire et donc attendre…

20h20 on me fait directement m’installer dans la salle d’accouchement avec un monito, qui reste plutôt calme : les contractions sont là mais ne sont pas encore très fortes. On m’informe gentiment qu’il n’y a pas d’anesthésiste pendant la nuit (wtf ?), mais je m’en fous puisque je dois seulement accoucher le lendemain. On m’examine, mon col n’a pas bougé. La sage femme décide de déjà me poser le cathéter comme ça ce ne sera plus à faire ensuite, elle me dit de me reposer, qu’on viendra m’injecter le produit à 2h comme prévu. Sauf que le cathéter était défectueux et que c’est une marre de sang qui est sortie de l’aiguille ! Elle en repose un, tout va bien, maintenant il faut que je prenne mon mal en patience…

Les contractions continuent, je décide de marcher un peu pour faire passer la douleur. 1h40 : je perds les eaux au milieu de la chambre, le temps de courir aux toilettes il y en avait partout et là je n’avais qu’une peur : que la sage-femme glisse en arrivant (paye tes angoisses, merci !).

Là, l’intensité des contractions a augmenté d’une force… Mais la sage femme tenait à m’injecter le produit à 2h… On y est presque, elle m’auscultera à ce moment-là. Je me remets sur le lit, mais je n’arrivais plus à gérer mes contractions. Dans un ultime espoir de gérer la douleur, je décide de me remettre debout pour marcher, ça fonctionnait bien avant. Je pose un pied par terre, et là, je sens que bébé vient de faire un plongeon en avant, qu’il est là, je sens sa tête et je dois pousser ! Je dis gentiment à Chéri (d’après lui, je n’avais pas l’air si gentille ^^) d’aller appeler les sages femmes. Et pendant ce temps, je me remets sur le lit comme je peux.

J’avais raison, bébé était bien là. J’ai donc pu commencer à pousser (soulagement), impossible pour moi de ne pas hurler, je pense que s’il y avait une femme sur le point d’accoucher à proximité, elle était sans doute en train de serrer les fesses mdr.

J’ai cru que j’allais mourir hein, faut se l’avouer. J’ai aussi pensé que sa tête ne passerait jamais. Qu’il allait m’ouvrir les entrailles… Allez j’arrête là ^^ j’ai douillé, j’ai eu très mal mais dès que sa tête est passée, je me suis sentie beaucoup mieux (un peu comme quand la péridurale fait effet en fait). On m’a demandé de prendre mon bébé dans les mains, il avait le cordon enroulé 2 fois autour du coup mais elles ont pu l’enlever facilement, Chéri a pu couper le cordon, il était soulagé lui aussi…

Et puis (pendant qu’on me recousait) j’ai pu avoir mon bébé sur moi, l’admirer quelques heures avec le Chéri avant qu’on nous ramène dans notre chambre. C’était magique, j’avais déjà oublié la douleur, j’étais déjà prête à recommencer s’il le fallait !

Parce que certes, je me disais que les femmes qui hurlaient dans les films et à la télé en faisait des caisses, et je me trompais parce que c’était tout bonnement impossible de ne pas hurler tant la douleur était forte. Mais après ce court moment passé, la douleur s’estompe très rapidement, je savais marcher, j’étais bien, je n’avais pas eu d’épisiotomie (ma grande crainte) et quelques jours après j’étais prête à retourner à la maison et avoir une vie active, ce qui n’était pas le cas pour mon 1er accouchement avec péri et épisio. Et puis, j’étais fière d’y être arrivée, de ne pas avoir injecté du produit à mon bébé, que tout ce soit fait naturellement.

Raffael était dans mes bras à 2h05 et c’était le plus beaux des bébés…

Par contre, je ne pense pas que j’aurais géré les choses de la même façon si j’avais su ou voulu accoucher sans péri. Là, tout s’est fait très rapidement, je n’ai pas eu le choix, je n’étais absolument pas préparée à cet accouchement là.

Et j’ai eu des sages femmes au top du top qui sont restées calmes contrairement à mon 1er accouchement où toutes les stagiaires du service étaient dans la salle et où je me faisais hurler dessus pour pousser…

Si c’était à refaire je re-signe tout de suite, grâce à ça j’ai pu ne rester que 2 jours à l’hôpital et être rapidement avec ma grande, tous les 4 à la maison !

Et vous, vous gardez de bons souvenirs de vos accouchements ?

3 Octobre 2017, début d’une nouvelle vie à 4

Il s’est fait désirer pour arriver en express ce mardi 3 Octobre à 2h du matin. Le plus beau des bébés évidemment. Dans le fond, ça valait carrément le coup d’attendre ! Il est arrivé et a fait s’envoler pas mal de mes doutes. Mon cœur explose quand je le vois avec sa sœur. C’est beaucoup trop d’amour, vais-je tenir le coup ?

Je reviens très vite pour vous reparler de tout ça… En attendant je vous présente notre Raffael…

Nouveau né sourire

Déprime pré-accouchement et dépassement de terme

Ventre fin grossesse

Comme je vous l’expliquais dans l’article d’hier, je me sens déprimée. Ça doit être un savant mélange d’hormones, d’excitation, de déception, d’attente trop longue et j’en passe…

Bébé aurait dû être là depuis samedi, 2 jours ce n’est peut-être rien mais vu qu’on m’a répété à longueur de grossesse que je n’irais pas à terme, c’est un peu dur de se faire à l’idée qu’on l’a dépassé. Oui, je suis impatiente, oui, c’est ridicule, non, ce n’est pas grave mais je ne gère pas mes sentiments. J’ai l’impression de vivre un baby blues à l’avance ! Je pleure pour rien (enfin si, sûrement de fatigue et de stress qui monte, en fait), je suis désagréable, j’ai une boule au ventre…

J’ai l’impression que ça fait 9 mois qu’on me dit « on y sera vite » mais que ça n’arrivera jamais. Même si je sais qu’il va finir par sortir hein ! Et je suis tiraillée :

  • Je n’ai pas envie qu’on le provoque
  • Je n’en peux plus d’attendre
  • Je commence à avoir la frousse
  • Je me fais bien trop de mauvais scénarios dans ma tête
  • J’ai envie de récupérer mon corps
  • Je n’en peux plus de ne pas savoir quand
  • Et surtout d’espérer H24 et de devenir barge au moindre signe

J’ai peur que ça se passe mal si on le provoque. Surtout quand les gens viennent te raconter leurs mauvaises expériences ou celles de leurs amies qui viennent d’accoucher. Mon Dieu ce que j’aurais voulu éviter toutes ces personnes pendant ma grossesse… J’ai tellement espéré qu’il vienne naturellement et par surprise et surtout avant la date prévue… Mais chaque jour je voyais les chances se barrer. On s’en est fait des films avec le Chéri !

Physiquement, je dois bien avouer que tout va bien. Mais moralement j’ai l’impression d’être au bout du bout. Je n’ose pas en parler, sauf à Chéri, mais il ne comprend pas vraiment, évidemment. Même moi je n’y comprends rien !

J’ai des peurs irrationnelles, je deviens un peu parano sur les bords aussi. Je sais que Chéri ne restera pas à la maternité avec moi cette fois, j’angoisse un peu de me retrouver seule avec ce nouveau né et d’être complètement perdue avec un corps qui sera forcément meurtri par l’accouchement et peut-être un bébé qui pleurera autant que sa sœur. C’est bête de penser ainsi, ça tombe tout se passera au mieux, mais plus l’attente est longue et plus mes angoisses s’approfondissent. J’en viens à avoir peur qu’il m’arrive quelque chose pendant l’accouchement. Et j’ai surtout peur que bébé ait un quelconque soucis à la naissance. J’imagine que toutes les futures mères se posent ces questions mais je n’ai pas le souvenir d’avoir autant flippé pour la naissance de Lucy.

Mon corps m’encombre, même si je suis tellement contente d’avoir eu une grossesse aussi facile, je me rends bien compte de la chance que j’ai eue. Mais j’ai tout de même besoin de redevenir seule à bord. Arrêter de faire attention à tout, à ce que je mange, aux gestes de Lucy, de ne pas pouvoir tout faire avec elle, de dépendre des gens parfois…

Je me rends compte également de toutes les différences qu’il y a eues entre mes 2 grossesses et j’ai l’impression que la famille n’accueille pas ce nouveau né avec le même enthousiasme que pour Lucy. Ça me fend le cœur…

Et aussi je redoute le séjour à la maternité. Je ne pense pas que j’aurai envie de voir du monde, j’ai franchement envie d’être dans mon cocon et d’y rester au moins jusqu’au retour à la maison. J’espère que le message sera passé auprès des gens moins proches et qu’ils ne débarqueront pas là bas le 1er ou 2è jour. J’ai peur aussi de devoir y rester 6 jours comme pour Lucy, je crois que je ne pourrai pas sans craquer !

Je me rends compte aussi que j’ai beaucoup imaginé le moment de la rencontre de Lucy et son frère, que je nous imaginais à 4. Sauf que ce ne sera pas possible d’être juste tous les 4 et que c’est con, mais ça m’ennuie. Il y a des moments que je n’ai pas envie de partager mais pour le coup, on n’aura pas le choix je crois.

Et puis, j’ai peur que ma maman ne vienne pas… J’espère de tout mon cœur qu’elle fera un gros effort.

Bref, je suis complètement paumée. Et j’ai peur que la date que mon gynéco m’a annoncé pour le déclenchement soit reportée, vu qu’il n’aura fait que changer d’avis pendant ces neufs mois (fille/garçon, petit bébé/gros bébé, à terme/pas à terme, …). On verra…

Je sais que quand je relirai ça dans quelques semaines, je me trouverai ridicule, mais j’ai besoin de poser des mots sur tout ce qu’il se passe dans ma tête. Pour moi, pour faire sortir tout ça et puis aussi pour être honnête et avouer que tout n’est pas toujours tout rose même quand on est prête à donner la vie d’un moment à l’autre.

A quelques jours de ma DPA : mon ressenti

Ma fille et moi enceinte

Voilà, j’y suis à la fin de cette jolie grossesse. Mes impressions en vrac à J-9 :

  • J’ai l’impression que c’est interminable et j’ai aussi l’impression que c’est passé bien trop vite. Tout est prêt maintenant, mon petit bonhomme peut arriver quand il veut. J’ai tellement hâte de le découvrir…
  • J’ai aussi hâte de dévoiler son prénom, je suis fière qu’on ait réussi à garder le secret jusqu’au bout. C’est un prénom qui me tient à cœur, on a eu beaucoup de mal à se décider avec Chéri et puis, dans le fond, c’était évident. On a trouvé un compromis et on a gardé notre secret bien à nous.
  • Je ne tiens plus de savoir comment va réagir Lucy quand elle va le voir. Est-ce qu’elle va être curieuse ? Maternante ? Est-ce qu’il va lui faire peur ? Va-t-elle l’ignorer ? Il y a tellement de possibilités ! C’était ma grande crainte depuis le début, bientôt je devrai y faire face, j’espère que tout se passera pour le mieux.
  • Je n’ai pas peur de l’accouchement. J’espère que ça se passera bien. Là il peut se déclencher à n’importe quel moment, je suis toujours un peu sur le qui-vive mais c’est excitant ! Je suis déjà passée par là, donc j’y vais plus sereinement, mais il reste toujours des questions: est-ce que comme pour Lucy je perdrai les eaux à un endroit improbable ? Est-ce qu’on va me le déclencher ? Est-ce que j’aurai mes premières contractions à la maison ? Trop de suspense ahah…
  • Je suis enfin en congé depuis mardi, j’ai pu boucler les derniers petits détails, son parc est prêt il n’attend que lui, je le regarde tout le temps, j’imagine Lucy tout prêt…
  • Je n’arrive toujours pas à imaginer son visage !
  • Le travail en lui-même a déjà un peu commencé, ouverture et perte du bouchon, comme pour Lucy, du coup j’espère bien qu’au mieux il sera là avec un peu d’avance. J’espère surtout qu’on ne devra pas me déclencher, et que tout se fera naturellement. Dans tous les cas, le principal étant que lui et moi soyons en bonne santé évidemment.
  • Je reçois quotidiennement des messages de mes proches pour savoir si ça y est j’ai accouché ou pas, ça me fait toujours bien rire.
  • On a commencé les paris sur la date d’ailleurs. J’avais misé sur le 21 septembre, j’aimais bien l’idée qu’il naisse le jour de l’automne. Il lui reste quelques heures pour me donner tort ou raison, mais je n’ai plus trop d’espoir déjà…
  • Je redoute le séjour à la maternité. J’ai dit autour de moi que je préférais accueillir les gens qui ne sont pas de la famille proche au calme à la maison. On verra si le message est passé. Je garde un très mauvais souvenir de mon 1er séjour : trop de gens, trop de stress, trop chaud. Pour celui-ci j’hésite même à attendre un peu avant d’annoncer la naissance aux personnes moins proches…
  • J’ai fait la liste des trucs que mon Chéri doit me ramener à manger au plus vite, au menu : un sandwich à l’américain avec plein de crudités, du saumon fumé et des sushis.
  • Même si j’adore être enceinte et que je trouve que c’est une expérience magnifique, j’ai hâte de récupérer mon corps rien qu’à moi. Je sais que sentir ses petits coups va me manquer mais n’empêche.
  • J’ai l’impression d’avoir tout oublié de comment s’occuper d’un nouveau né, mais je suis sûre que tout va bien vite me revenir.
  • Je crois que j’ai été traumatisée pour mon 1er accouchement : 19 heures de travail sans avoir mangé depuis plus de 24h. Alors pour l’instant dès que je finis un repas, ma 1re pensée c’est « c’est bon, j’ai mangé, je peux accoucher » ^^.
  • Maintenant que tout est prêt et que je suis en congé, je me sens toute perdue. J’ai récuré la maison du sol au plafond, j’ai tout réorganisé. Lucy passe ses journées à l’école. Je m’ennuie en fait, ahah ^^ Et je sais très bien que ça ne sert à rien d’en profiter pour dormir, ça ne changera pas mon état de fatigue quand il sera là 😉
  • Plus ça avance et plus je vois les différences qu’il y a entre une 1re et une seconde grossesse, j’en ferai sans doute un article très bientôt.

Voilà pour mes pensées dans ces derniers moments de femme enceinte. J’essaie quand même de profiter à fond jusqu’au bout, étant donné qu’un petit 3ème n’est pas prévu au programme. Je n’ai plus qu’à espérer que mon accouchement sera à l’image de ma grossesse : parfaite et sans complications !