L’importance de bien choisir ses études: Mes astuces avant de se lancer

Astuces études

Alors que l’esprit de la rentrée plane encore un peu au-dessus de nos têtes, j’avais envie de vous parler de mon expérience.

Parce qu’aujourd’hui, je travaille depuis 6 ans et demi et que, même si je suis heureuse d’avoir un salaire fixe à la fin du mois et un travail qui n’est pas précaire, je ne m’éclate pas du tout dans ce que je fais et je regrette chaque jour un peu d’avoir choisi de faire les études que j’ai faites…

Je n’ai jamais eu spécialement de problème à l’école, j’aimais à peu près toutes les matières avec une préférence pour les langues modernes. En 4è secondaire, l’heure était arrivée pour moi de choisir une option et c’est tout naturellement que je me suis penchée vers… les langues modernes. J’ai adoré ces cours, même si ce n’était pas facile, j’aimais ce que j’apprenais et forcément ça motive !

J’ai donc fini mes études secondaires sans trop de difficultés. J’ai demandé conseil à mes professeurs car je ne savais pas vers quoi me diriger après… C’est là que j’ai entendu parler du métier de secrétaire de direction. J’ai pris mes renseignements, et il y avait des cours qui étaient donnés près de chez moi, j’ai foncé, les cours avaient l’air intéressants, la proximité me plaisait et même si j’y allais seule parce que mes amis avaient choisi des voies complètement différentes, j’y allais plutôt enthousiaste.

J’ai réussi mes 3 ans d’études sans encombre, les cours étaient effectivement super intéressants et promettaient monts et merveilles. A la fin de mon stage, j’ai été engagée dans la société dans laquelle je l’avais fait avant même d’avoir mon diplôme en main.

« Quelle belle opportunité, de nos jours c’est super génial, tu as trop de chances, près de chez toi en plus, c’est le rêve »

Malheureusement, j’ai vite déchanté. Pas vraiment à cause de l’entreprise dans laquelle je travaille mais simplement parce que plus les jours passaient, et plus je me rendais compte que ce n’était pas ce pourquoi j’étais faite. Mais j’avais une grande envie d’indépendance, j’avais besoin de ce salaire pour réaliser mes rêves et reprendre des études, ce n’était pas le moment.

Mais le moment n’est encore jamais arrivé malheureusement : très vite j’ai déménagé de chez ma mère, j’ai eu Lucy ensuite, on a acheté une maison, bébé 2 est en route… Et chaque jour, je vais bosser, non pas au point d’avoir une boule au ventre, mais au point de rêver de gagner à la loterie pour pouvoir me permettre de reprendre des études qui me correspondent ! C’est vraiment quelque chose que j’aimerais faire dès que j’en aurai l’opportunité…

Alors, on ne va pas se mentir, je sais la chance que j’ai d’avoir un CDI dans une chouette boite, tout près de chez moi, des horaires flexibles, un salaire pas mirobolant mais qui me permet de vivre décemment, des chouettes collègues tout ça, tout ça… Et je fais mon travail du mieux que je peux. Mais je me dis que j’aurais pu avoir tout ça et en plus, me sentir utile dans ce que je fais et être épanouie dans mon travail, si seulement, je m’étais mieux renseignée et que je m’étais posée pour déterminer mes objectifs avant de choisir ces études.

Du coup, j’avais envie de partager avec vous, quelques conseils avant de foncer tête baissée dans des études qui ne vous épanouiront pas :

  1. Savoir ce que l’on veut : un travail à horaires fixes ? Des contacts avec des clients ? Se sentir utile à la société ? Travailler à son compte ? Pouvoir évoluer dans son poste ?… C’est super important de savoir ce que l’on veut (et surtout aussi, de ne pas juste faire les mêmes études que ses potes pour les suivre !). Moi je savais juste ce que je ne voulais pas et si j’avais pris le temps de vraiment réfléchir et de me choisir un métier que j’aurais plaisir à faire chaque jour de ma vie, qui me correspond, j’aurais certainement fait d’autres choix.
  2. Rencontrer des gens de métier : ça devrait être quelque chose de régulier dans les écoles. Ça permettrait d’aller sur le terrain et de se rendre compte de la réalité des choses. J’ai effectué mon stage en dernière année, c’était un peu tard pour décider de tout arrêter et de me re-convertir… On ne se rend pas compte parfois de ce que c’est que d’être prof (on reste sur nos impressions d’élèves), ou docteur, ou que sais-je, même si ce sont des professions super répandues…
  3. Se renseigner sur les métiers d’avenir, les métiers où il manque de la main d’oeuvre : ça peut donner des idées et permettre de ne pas attendre des mois avant de trouver du boulot une fois le diplôme en main.
  4. Discuter avec des étudiants : ça permet d’avoir des avis sur les études, l’école, les points négatifs et positifs du métier.
  5. Ne pas avoir peur de changer de voie : tant qu’on le peut, c’est plus facile de se rendre compte en cours de route que ces études ne sont pas pour vous et de vous diriger vers autre chose quand vous êtes jeunes que, comme moi, quand vous avez une maison et des enfants. C’est pareil quand on décroche un premier contrat, on se rend parfois compte qu’on est juste pas à sa place, il ne faut pas avoir peur de faire plusieurs sociétés au début de sa carrière, de multiplier les expériences.
  6. Ne vous laissez pas trop influencer par vos parents. Ils voudront toujours que vous fassiez un métier qui vous rapportera plutôt qu’un métier précaire ! Mais si c’est vraiment ce qui vous passionne, essayez quand même ! On est plus épanoui dans sa vie quand notre métier ne nous donne pas l’impression de bosser.
  7. Prenez des risques tant que vous le pouvez : lancez-vous dans ce qui vous passionne tant que vous vivez encore chez vos parents ou que vous pouvez vous le permettre financièrement. Vous apprendrez toujours quelque chose, que l’expérience soit positive ou non !

On a tellement été bassiné ces dernières années avec l’importance de bien gagner sa vie, de faire de longues études avec pleins de débouchés, que l’argent rend heureux…On nous demande depuis tout petit quel métier on veut faire plus tard. C’est trop de pression de la société, de nos parents…

C’est vrai, c’est super de gagner plein d’argent, de pouvoir faire ce qu’on veut, de partir en vacances plusieurs fois par an. Mais si c’est pour déprimer le reste de l’année, est-ce que ça en vaut vraiment la peine ? Il n’y a qu’à voir le nombre de burn-out, de gens en dépression, en arrêt maladie pour s’en rendre compte : c’est super de bien gagner sa vie, mais c’est tout aussi bien de la gagner modestement tout en étant épanoui dans ce qu’on fait. Tout dépend des personnes, mais tout le monde ne souhaite pas vivre dans un château, rouler en voiture de luxe et passer ses vacances sous les tropiques. D’où l’importance de savoir ce que l’on veut vraiment. Le Graal étant de faire ce qui nous passionne tout en gagnant de l’argent en masse, mais malheureusement, ça reste plutôt rare (mais certainement pas impossible non plus !).

Bref, tout ça pour dire que bien choisir ses études, c’est choisir pour son avenir, pas uniquement pour quelques années. Et bien que la reconversion soit toujours possible, ce n’est pas toujours sans risques et qu’il vaut mieux « gâcher » un an de sa vie au début de ses études pour en recommencer de nouvelles que de passer le reste de sa vie dans un job qui ne nous épanouit pas.

La quête d’Ewilan, tome 1 : d’un monde à l’autre – Pierre Bottero

Couverture quête ewilan tome 1

Résumé

« La vie de Camille, adolescente surdouée, bascule quand elle pénètre accidentellement dans l’univers de Gwendalavir avec son ami Salim. Là des créatures, les Ts’liches, la reconnaissent sous le nom d’Ewilan et tentent de la tuer. Originaire de ce monde, elle est l’unique héritière d’un don prodigieux, le Dessin, qui peut s’avérer une arme fatale dans la lutte de son peuple pour reconquérir pouvoir, liberté et dignité. Épaulée par le maître d’armes de l’empereur et un vieil érudit, Camille apprend à maîtriser son pouvoir… »

Mon avis

J’ai tellement entendu parler de cette saga et j’ai mis tellement de temps à m’y mettre. Mais pourquoi ?! J’ai adoré ma lecture et je pense que malgré qu’elle soit cataloguée « jeunesse » c’est une sage qui, à l’image d’Harry Potter, peut se lire à tout âge et qu’on prend toujours autant de plaisir à lire quand on aime la fantasy.

Pierre Bottero a signé là une histoire hallucinante, pleine de rebondissements et vraiment addictive. Quelle imagination ! Autant je suis admirative des auteurs contemporains à la plume agréable, autant je le suis encore plus pour ceux qui parviennent à créer un univers de toutes pièces.

On s’attache à Camille et Salim, on apprend à connaitre ce monde qui nous transporte et on frissonne en même temps que les personnages dans chacune de leurs péripéties. J’ai hâte de me lancer dans la suite, je pense que ça ne tardera pas, tellement j’ai été conquise par ce premier tome.

Un seul conseil : ne vous fiez pas à son rayonnage « jeunesse », à 28 ans je me suis laissée emporter comme je l’aurais fait à 14 et j’en suis ravie, étant parfois un peu sceptique à l’idée de me lancer dans des ouvrages destinés aux ados. Celui-ci est une valeur sûre !

La quête d’Ewilan, tome 1 : d’un monde à l’autre de Pierre Bottero, publié aux éditions Rageot – 320 pages – Prix : 7,60 €

Marked Men, tome 1 : Rule – Jay Crownover

Couverture Marked Men Tome 1 Rule

Résumé

« Lorsqu’elle était adolescente, les parents de Shaw Landon, richissismes, se sont peu occupés d’elle. Elle a alors trouvé refuge dans la famille Archer où elle était particulièrement proche de Remy, frère jumeau de Rule, aujourd’hui décédé dans un accident de voiture. Depuis elle est liée à cette famille, plus qu’à la sienne. Mais Shaw est depuis toujours secrètement amoureuse de Rule qui voit en elle une fille à papa, trop sérieuse et surtout la petite amie de son défunt frère. Qui plus est, tout les oppose : de nature rebelle et fêtard, il est tatoueur et tatoué, a des percings et les cheveux de toutes les couleurs. Avec son look classique, elle est sage et concentrée sur ses études de médecine. Mais parfois il suffit d’une jupe courte et de quelques cocktails pour que le regard que l’on porte sur quelqu’un change… Rule et Shaw tenteront de comprendre ce qu’ils ressentent mutuellement mais entre les traumatismes de leurs familles respectives, les habitudes de coureur de jupons de Rule et l’ex de Shaw qui la harcèle, ces deux-là auront bien du mal à se trouver. Leur amour sera-t-il plus fort que leurs différences ? »

Mon avis

Je ressors mitigée de ma lecture, je pense que j’ai tellement entendu de bien de cette série que j’en attendais trop. J’imaginais plus d’émotions, des personnages plus compliqués. Malgré tout, j’ai bien aimé l’histoire, le milieu et je me suis attachée aux personnages. Ça n’a simplement pas été le coup de cœur que j’attendais. Une histoire un peu trop classique au final et un retournement de situation trop facile à mon goût ont fait que j’ai passé un bon moment de lecture mais je ne vais pas sauter sur le second tome dès ce soir.

Pour comparer, j’ai de loin préféré la saga After dans le même genre et je pense ne garder que cette série là dans ma PAL quand j’aurai envie de lire une romance entre deux histoires un peu plus difficiles.

Les adeptes du genre apprécieront ce livre (il n’y a qu’à lire les centaines de commentaires positifs sur cette histoire) mais moi qui aime lire une romance de temps en temps, ce n’est pas celle vers laquelle je me tournerai forcément. Je pense aussi que malgré les personnages adultes, je ne me suis pas retrouvée dans leur façon d’appréhender les choses. Par contre, un des points positifs que j’adore dans ce livre, c’est la présence d’une playlist, mais (oui, encore !) elle aurait gagné en visibilité si elle était au début du roman pour pouvoir se plonger tout du long dans l’ambiance.

Marked Men Tome 1 : Rule de Jay Crownover publié aux éditions J’ai lu – 416 pages – Prix : 7,40 €

En voiture, Simone ! d’Aurélie Valognes (Nos adorables belles-filles)

Couverture en voiture simone valognes

Résumé

« Pour une comédie familiale irrésistible, il vous faut : un père, despotique et égocentrique, Jacques. Une mère, en rébellion après quarante ans de mariage, Martine. Leurs fils, Matthieu, éternel adolescent mais bientôt papa de trois enfants ; Nicolas, chef cuisinier le jour et castrateur tout le temps ; Alexandre, rêveur mou du genou. Et… trois belles-filles délicieusement insupportables ! Stéphanie, mère poule angoissée ; Laura, végétarienne angoissante ; Jeanne, nouvelle pièce rapportée, féministe et déboussolée, dont l’arrivée va déstabiliser l’équilibre de la tribu. Mettez tout le monde dans une grande maison en Bretagne. Ajoutez-y Antoinette, une grand-mère d’une sagesse à faire pâlir le dalaï-lama, et un chien qui s’incruste. Mélangez, laissez mijoter… et savourez ! »

Mon avis

Je ne vais pas tourner autour du pot, c’est le deuxième livre d’Aurélie Valognes que je lis et une deuxième déception. J’avais déjà lu « Mémé dans les orties » et je m’étais clairement ennuyée (mon avis ici) ! Et ici, je me suis plus qu’ennuyée, ce sont les personnages que je n’ai pas supportés. Les pires caricatures de tous les types de personnes que je déteste et que je fuis. Suivre les petites disputes de cette famille tout le long du roman m’a horripilée… L’humour n’a clairement pas marché avec moi. Heureusement que ce bouquin était tout petit sinon je n’aurais sûrement pas été jusqu’à la fin. Fin que je n’ai pas non plus aimée, un peu trop facile à mon goût.

Ce livre peut vous plaire si vous cherchez un livre de plage qui se lit vite, les histoires de famille caricaturée et que vous n’attendez pas grand chose d’un roman.

Dommage car ce roman récolte de bons avis, mais je passerai mon tour pour le prochain bouquin de l’autrice, je n’aime définitivement pas sa plume, ni son univers.

En voiture, Simone ! d’Aurélie Valognes (anciennement « Nos adorables belles-filles ») publié aux éditions Le livre de poche – 256 pages – Prix : 7,10 €

Une autre vie – S. J. Watson

Couverture livre une autre vie Watson

Résumé

« Depuis le meurtre de sa sœur cadette, Kate, à Paris, la vie de Julia a basculé. Ni son mari parfait, Hugh, ni son fils Connor – en réalité son neveu, qu’elle a adopté – ne parviennent à apaiser son deuil. Résolue à faire la lumière sur ce crime, Julia s’attache aux derniers instants de la morte, à mettre ses pas dans les siens. L’enquête la conduit de Londres en France, où elle découvre que Kate fréquentait assidûment les sites de rencontres en ligne. Dans l’idée d’y trouver des indices sur sa mort, Julia s’y fait passer pour elle. Mais, à l’âge des bilans, des remises en question et des rêves abandonnés, la jeune femme se prend rapidement au jeu excitant d’une autre vie. Un jeu dangereux… »

Mon avis

Je ne lis quasiment jamais de thriller, mais une fois de temps en temps, ça fait du bien de sortir de sa zone de confort et de se tourner vers d’autres choses. La plume d’S. J. Watson m’avait bien plus dans « Avant d’aller dormir » et j’avais envie de me replonger dans un roman haletant qui allait me tenir au fil des pages, car j’étais en petite panne de lecture. Malgré les 540 pages, je l’ai lu rapidement, pari gagné donc !

Pourtant, tout au long de ma lecture, mon avis était mitigé, je trouvais l’histoire assez prévisible et un peu trop facile pour moi.

Et puis, vient la fin et là les rebondissements ont eu raison de moi et mon avis a changé pour passer de mitigé à positif. Quand je lis ce genre de roman, ce que je ne veux surtout pas, c’est deviner la fin. Là, même si j’avais quelques soupçons, j’ai été étonnée et menée par le bout du nez !

Il traite d’un sujet on ne peut plus actuel et pourtant, pour une fois, il n’est pas destiné aux ados. On a parfois l’impression que l’âge adulte nous éloigne de ce genre d’erreurs mais pas forcément… Bon, je dois quand même bien avouer que j’avais parfois bien envie de secouer Julia et que j’y ai trouvé quelques incohérences et des passages tirés par les cheveux. Mais ça reste une bonne lecture à mes yeux.

J’aime l’auteur car certes, c’est un thriller, mais il n’y a rien de sanguinolent, pas trop de détails morbides ou que sais-je, on s’attarde sur la psychologie des personnages et j’aime beaucoup ça. Je suis une petite sensible, du coup j’aime quand ça reste soft et plus proche du suspense que du trash.

Bref, si comme moi, vous aimez bien être prise dans une histoire, que le suspense vous laisse en haleine jusqu’au bout, je vous conseille ce roman. Si par contre, vous êtes adeptes et habitués à ce genre d’histoires, vous resterez peut-être sur votre faim…

Une autre vie de S.J. Watson, publié chez Pocket – 544 pages – Prix : 8€