Ce que m’a appris le divorce de mes parents

Dessin petite fille coeur qui s'envole

Comme j’aime le dire, on apprend de toute chose. Même les plus dures. Le divorce de mes parents a été un vrai coup dur pour moi. J’avais 7 ou 8 ans et c’est ce qui a signé le déclin de ma vie. Ça peut paraître fort, mais c’est-à-dire que ça a été le premier élément traumatisant d’une série de coups durs qui se sont abattus sur moi à cette époque. Et je crois que je n’ai jamais pu faire mon deuil de la mort de notre famille. Je vais remettre les choses dans leur contexte…

Je ne me rappelle pas avoir un jour connu mes parents heureux. Heureux d’être ensemble je veux dire. Je ne me rappelle pas d’un mot ou d’un geste tendre entre eux. Il y a dû y en avoir mais mon esprit les a effacés. Et puis, c’était une situation normale pour moi qui n’avais jamais connu que ça ! Je me rappelle de quelques moments en famille, tous les 4, au restaurant, dans la famille, des instants figés précisément dans mon esprit d’enfant mais pas de souvenir d’amour en soi. Après, toutes les disputes quotidiennes, mes mains plaquées sur les oreilles pour ne pas tout entendre, mes pleurs pour qu’ils arrêtent de crier. Je me souviens par contre du moment où le mot divorce a été prononcé. Ne pas vraiment y croire et pourtant… Je me sentais tellement en sécurité avant ça, j’avais l’impression que rien ne pouvait m’arriver.

Je me souviens du jour où mon père est venu rechercher ses affaires. « papa et maman t’aimerons toujours très fort ». Je les ai crus. La séparation, les papiers, les derniers rendez-vous. Les remarques et les avis des autres personnes de la famille. Les voir se déchirer, s’insulter… Et puis les visites chez mon père, un samedi sur 2. « Papa a une nouvelle amie, tu veux la rencontrer ? ». Et la haine de ma mère à son égard. Devoir demander à mon père de me déposer plus loin pour que maman ne la voie pas, ses moqueries. Les remarques acerbes de ma mère. Son besoin de me faire regretter d’y être allée et d’en plus de m’être amusée. Et des années plus tard, les mots de mon père : « le divorce, c’est ta faute ».

Bref, une séparation qui se passe mal autant pour les parents que pour moi. Je ne sais pas si mes parents se rendaient compte du mal être que ça a provoqué en moi.

C’était il y a 20 ans et aujourd’hui, ce que j’en retiens, c’est l’image d’une famille éclatée que je n’ai pas envie de reproduire. Moi, j’aimerais :

  • Ne jamais mêler mes enfants aux ‘histoires de grands’ (pas de dispute devant eux)
  • Ne jamais dire du mal des gens qui quittent la maison après y avoir été invités
  • Ne pas s’obliger à croire qu’il faut être une grande tablée pour passer un bon moment, à 4 c’est bien aussi
  • Créer de jolis souvenirs de famille à mes enfants
  • Ne pas se forcer à aimer qui que ce soit
  • Apprendre à mes enfants à communiquer, à dire quand ça ne va pas, ce qui ne va pas
  • Ne jamais être violents devant eux (et en fait, ne jamais être violents tout court)
  • Leur donner le goût des plaisirs simples
  • Ne jamais dire du mal de l’autre parent devant les enfants
  • Eviter de pleurer devant les enfants et si ça arrive, leur en parler
  • Toujours les éduquer main dans la main, tous les 2 sur la même longueur d’ondes

Avec le recul, je me rends compte du courage dont a fait preuve ma mère. Tout plaquer et devoir assumer ses deux enfants. Faire une croix sur la stabilité, la belle maison, le niveau de vie aisé. Ça ne pardonne pas tout car avec le temps, je me rends compte de beaucoup de choses, mais j’ai beaucoup de respect pour elle.

Moi j’ai dû apprendre à aimer, j’avais jamais vu ! J’ai dû baisser les barrières petit à petit, accepter d’aimer et donc de prendre le risque d’être quittée un jour. Me laisser apprivoiser en somme. Mais ma plus grande hantise c’est que ma famille se brise un jour.

C’est un article un peu brouillon mais j’avais besoin de poser des mots sur cet épisode de ma vie. C’est le genre d’événements qui façonnent une personne. Je n’ai plus envie de le prendre comme une défaite, de ne rester que sur le chagrin que ça a provoqué. Je n’y suis pour rien (même s’il essaie de me persuader du contraire), je dois passer à autre chose. Penser à moi, à mes enfants, au futur. Parce qu’au final ça me motive pour faire en sorte pour que mes enfants ne vivent pas dans cette haine et ne vivent jamais une telle tristesse. 

9 réflexions au sujet de « Ce que m’a appris le divorce de mes parents »

  1. Le divorce, un sujet compliqué en tant qu’enfant mais aussi en tant qu’adulte.
    Autant je n’ai jamais souffert des disputes de mes parents, autant mon frère le leur reproche. Mon frère aurait préféré qu’ils se séparent plutôt que de lui faire vivre cela. C’est étonnant comment deux enfants peuvent vivre différemment les choses. Je pense que les 4 ans qui nous séparent nous ont fait vivre différemment les choses, lui étant plus jeune, les disputes sont venus plus tot dans sa vie, et puis je suis partie de la maison et les crises entre mes parents se sont intensifiés sans que j’en sois impactée contrairement à lui.
    Mes parents sont toujours ensemble, la paix semble revenu entre eux. je dis bien semble car ils ne s’expriment pas sur ces choses-là. Je l’espère en tout cas…

    Aimé par 2 personnes

    1. Ma soeur et moi avons 11 ans de différence donc on a vécu les choses différemment c’est certain. Elle a fui moi je n’avais pas ce choix. Ensuite il y a eu les disputes quotidiennes entre elle et ma mère, j’étais au milieu, un éternel recommencement ! Maintenant tout ça est derrière moi, même si ça me pèse encore, et je suis soulagée. J’espère juste ne jamais faire vivre ça à mes enfants !

      Aimé par 1 personne

  2. Ce n’est jamais évident un divorce… c’est plein, de choses qui se brisent, sans pouvoir se recoller par la suite.
    C’est un deuil à faire et çà marque, qu’on le veuille ou non.
    En tant qu’enfants de divorcés on vit un peu avec un désir de ‘réparation’ et de réussir sa famille par la suite, qui me semble naturel (ce n’est pas pour autant que c’est tous les jours facile).
    Je me retrouve beaucoup dans les points que tu souhaites transmettre à tes enfants (et je suis contente d’y parvenir pour plusieurs d’entre eux).
    L’avenir n’étant jamais certain le mieux c’est de profiter de chaque journée ! Et de l’apprécier à sa juste valeur ^_^

    Belle journée !

    Aimé par 2 personnes

Laissez-moi un petit mot ça fait toujours plaisir :-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s