Tortues à l’infini – John Green

Tortues à l'infini john green couverture

Résumé

« Aza Holmes, 16 ans, a tout pour être aimée et avoir un bel avenir, mais elle a grandi avec une pathologie psychique. Qui est-elle, où est-elle, lorsque la spirale vertigineuse de ses pensées obsessionnelles s’empare d’elle ? Vous aimerez Aza, qui raconte sa propre histoire, vous aimerez sa meilleure amie Daisy la tornade, et son peut-être amoureux Davis, fils d’un milliardaire mystérieusement disparu. Un trio improbable qui va mener l’enquête, et trouver en chemin d’autres mystères et d’autres vérités… »

Mon avis

Ce livre est sorti plus ou moins à la naissance de Raffael qui a pour surnom « bébé tortue » (clique ici si tu veux savoir pourquoi !). Du coup, ce livre m’attirait beaucoup. Je ne connaissais rien de l’histoire et je me suis plongée dedans sans en attendre grand chose.

Je suis mitigée concernant les romans de John Green, en général les avis sont très bons, trop bons même, selon moi. J’étais contente de pouvoir découvrir cette histoire alors que je n’avais lu aucune critique.

Au final, j’ai beaucoup aimé cette histoire. Enfin, l’histoire, pas tout à fait, c’est plutôt le sujet de fond que j’ai apprécié. Aza souffre d’anxiété et j’ai adoré comment ça avait été traité dans cette histoire. Aza est malade mais c’est quand même une tête brûlée, elle a du mal de vivre avec ça au quotidien mais ça ne l’empêche pas de vivre des aventures, même si ça ne facilite pas les choses pour elle. Et quand on sait que l’auteur s’est inspiré de sa propre expérience  pour écrire ce livre, ça rend les choses encore plus concrètes.

L’histoire en elle-même est sympa, sans plus, l’intrigue n’est pas des plus folles, pas des plus recherchées mais on s’en fiche au final, ce n’est pas ce qui compte. Ca aide tout de même à tourner les pages sans s’en rendre compte, on veut savoir si on va le retrouver ou non ce milliardaire.

Les personnages sont tous plus attachants les uns que les autres, d’ailleurs j’ai eu ce petit pincement au cœur en fermant le livre de devoir leur dire au-revoir, je m’y étais attachée. Je rêve secrètement d’une suite d’ailleurs !

Mais pour être honnête, je trouve que les 21€ sont injustifiés si ce n’est qu’il a été écrit par un auteur à succès, ça vaudrait peut-être le coup d’attendre sa sortie en poche. Mais il vaut le coup si le sujet vous intéresse, personnellement, j’ai passé un bon moment de lecture.

Tortues à l’infini de John Green, publié chez Gallimard – 352 pages – 21€

Laissez-moi un petit mot ça fait toujours plaisir :-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s