Mon accouchement : j’ai préféré celui sans péridurale !

Salle accouchement
Ça c’était en rentrant dans la salle d’accouchement, quand je faisais encore ma maligne !

Je reviens aujourd’hui, pile une semaine après avoir donné la vie à Raffael (edit : ahah ça c’était quand j’ai commencé à écrire l’article #écrireEntre2coliques), pour vous raconter comment ça s’est passé. Si on m’avait dit que mon accouchement ressemblerait à ça, j’aurais bien ri… Et pourtant !

Lundi 2/10 à midi j’avais rendez-vous chez mon gynéco pour un monito et une visite. Il m’avait dit 3 jours avant que si bébé n’était pas là à cette date, je rentrerais pour un déclenchement. Je ne vous raconte même pas les kilomètres que j’ai parcourus ce weekend là ! Je n’avais pas envie qu’il provoque mon accouchement, je voulais tellement que tout cela se fasse naturellement… Mais lundi midi, toujours rien et le monito était des plus calmes. Comme prévu mon gynéco me dit de rentrer à la clinique le soir même, à 23h, pour une première injection à 2h du matin. Mais il me fait quand même un décollement (« attends je regarde si ton col a bougé » et surpriiiise j’en profite pour y aller sans rien te demander grrr). Bref, le truc hyper douloureux qui te fait marcher comme un cow boy le reste de la journée…

Vers 14h, je devais passer chez ma mère et j’avais toujours aussi mal, il me semble que ça commence quand même à ressembler à de petites contractions mais j’attends, elles sont fort espacées et j’ai encore 1000 choses à faire ! On en profite pour faire quelques petits derniers achats pour bébé car j’ai peur de ne pas avoir assez de vêtements à sa taille, monsieur risque d’être un modèle réduit comme sa soeur… Et toujours ses petites contractions.

On rentre à la maison avant d’aller souper chez ma sœur. Là, les contractions se font de plus en plus fortes mais je me dis que c’est sûrement dû au fait qu’il m’a fait ce décollement. Vers 18h je télécharge quand même une application qui me permet de les compter, de voir les minutes qui les sépare et leur durée.

Avant de partir chez ma soeur, elles sont donc espacées de 2 minutes 30 environ. Mais j’ai faim et je ne tiens pas à revivre un accouchement sans rien avoir avalé alors je prends encore un peu sur moi et je mange tranquillement, sous le regard apeuré de ma soeur qui me voit compter mes contractions !

Vers 19h30 on part pour l’hôpital. Les urgences sont complètement saturées, mais pas le choix, je dois m’inscrire et donc attendre…

20h20 on me fait directement m’installer dans la salle d’accouchement avec un monito, qui reste plutôt calme : les contractions sont là mais ne sont pas encore très fortes. On m’informe gentiment qu’il n’y a pas d’anesthésiste pendant la nuit (wtf ?), mais je m’en fous puisque je dois seulement accoucher le lendemain. On m’examine, mon col n’a pas bougé. La sage femme décide de déjà me poser le cathéter comme ça ce ne sera plus à faire ensuite, elle me dit de me reposer, qu’on viendra m’injecter le produit à 2h comme prévu. Sauf que le cathéter était défectueux et que c’est une marre de sang qui est sortie de l’aiguille ! Elle en repose un, tout va bien, maintenant il faut que je prenne mon mal en patience…

Les contractions continuent, je décide de marcher un peu pour faire passer la douleur. 1h40 : je perds les eaux au milieu de la chambre, le temps de courir aux toilettes il y en avait partout et là je n’avais qu’une peur : que la sage-femme glisse en arrivant (paye tes angoisses, merci !).

Là, l’intensité des contractions a augmenté d’une force… Mais la sage femme tenait à m’injecter le produit à 2h… On y est presque, elle m’auscultera à ce moment-là. Je me remets sur le lit, mais je n’arrivais plus à gérer mes contractions. Dans un ultime espoir de gérer la douleur, je décide de me remettre debout pour marcher, ça fonctionnait bien avant. Je pose un pied par terre, et là, je sens que bébé vient de faire un plongeon en avant, qu’il est là, je sens sa tête et je dois pousser ! Je dis gentiment à Chéri (d’après lui, je n’avais pas l’air si gentille ^^) d’aller appeler les sages femmes. Et pendant ce temps, je me remets sur le lit comme je peux.

J’avais raison, bébé était bien là. J’ai donc pu commencer à pousser (soulagement), impossible pour moi de ne pas hurler, je pense que s’il y avait une femme sur le point d’accoucher à proximité, elle était sans doute en train de serrer les fesses mdr.

J’ai cru que j’allais mourir hein, faut se l’avouer. J’ai aussi pensé que sa tête ne passerait jamais. Qu’il allait m’ouvrir les entrailles… Allez j’arrête là ^^ j’ai douillé, j’ai eu très mal mais dès que sa tête est passée, je me suis sentie beaucoup mieux (un peu comme quand la péridurale fait effet en fait). On m’a demandé de prendre mon bébé dans les mains, il avait le cordon enroulé 2 fois autour du coup mais elles ont pu l’enlever facilement, Chéri a pu couper le cordon, il était soulagé lui aussi…

Et puis (pendant qu’on me recousait) j’ai pu avoir mon bébé sur moi, l’admirer quelques heures avec le Chéri avant qu’on nous ramène dans notre chambre. C’était magique, j’avais déjà oublié la douleur, j’étais déjà prête à recommencer s’il le fallait !

Parce que certes, je me disais que les femmes qui hurlaient dans les films et à la télé en faisait des caisses, et je me trompais parce que c’était tout bonnement impossible de ne pas hurler tant la douleur était forte. Mais après ce court moment passé, la douleur s’estompe très rapidement, je savais marcher, j’étais bien, je n’avais pas eu d’épisiotomie (ma grande crainte) et quelques jours après j’étais prête à retourner à la maison et avoir une vie active, ce qui n’était pas le cas pour mon 1er accouchement avec péri et épisio. Et puis, j’étais fière d’y être arrivée, de ne pas avoir injecté du produit à mon bébé, que tout ce soit fait naturellement.

Raffael était dans mes bras à 2h05 et c’était le plus beaux des bébés…

Par contre, je ne pense pas que j’aurais géré les choses de la même façon si j’avais su ou voulu accoucher sans péri. Là, tout s’est fait très rapidement, je n’ai pas eu le choix, je n’étais absolument pas préparée à cet accouchement là.

Et j’ai eu des sages femmes au top du top qui sont restées calmes contrairement à mon 1er accouchement où toutes les stagiaires du service étaient dans la salle et où je me faisais hurler dessus pour pousser…

Si c’était à refaire je re-signe tout de suite, grâce à ça j’ai pu ne rester que 2 jours à l’hôpital et être rapidement avec ma grande, tous les 4 à la maison !

Et vous, vous gardez de bons souvenirs de vos accouchements ?

9 réflexions sur “Mon accouchement : j’ai préféré celui sans péridurale !

  1. Quel beau récit d’accouchement 😍
    Personnellement, je garde un bon souvenir des deux, mais c’est vrai que la poussée d’adrénaline d’un accouchement sans péridurale est incroyable 😉. Par contre, je me permet de te contredire, il est possible de ne pas crier. J’aurais aimé mordre, j’ai broyé la main de mon mari par défaut mais je n’ai pas particulièrement crier 😅.

    J'aime

    • Merci ! Impossible pour moi de ne pas hurler, c’était instinctif 😉 je suppose que ça dépend des personnes ! Moi qui suis d’un tempérament super calme et qui n’ai émis aucun son lors de mon 1er accouchement, j’ai vu la peur dans les yeux de Chéri ahah 😉 On en rigole tous les 2 maintenant !

      Aimé par 1 personne

Laissez-moi un petit mot ça fait toujours plaisir :-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s