Déprime pré-accouchement et dépassement de terme

Ventre fin grossesse

Comme je vous l’expliquais dans l’article d’hier, je me sens déprimée. Ça doit être un savant mélange d’hormones, d’excitation, de déception, d’attente trop longue et j’en passe…

Bébé aurait dû être là depuis samedi, 2 jours ce n’est peut-être rien mais vu qu’on m’a répété à longueur de grossesse que je n’irais pas à terme, c’est un peu dur de se faire à l’idée qu’on l’a dépassé. Oui, je suis impatiente, oui, c’est ridicule, non, ce n’est pas grave mais je ne gère pas mes sentiments. J’ai l’impression de vivre un baby blues à l’avance ! Je pleure pour rien (enfin si, sûrement de fatigue et de stress qui monte, en fait), je suis désagréable, j’ai une boule au ventre…

J’ai l’impression que ça fait 9 mois qu’on me dit « on y sera vite » mais que ça n’arrivera jamais. Même si je sais qu’il va finir par sortir hein ! Et je suis tiraillée :

  • Je n’ai pas envie qu’on le provoque
  • Je n’en peux plus d’attendre
  • Je commence à avoir la frousse
  • Je me fais bien trop de mauvais scénarios dans ma tête
  • J’ai envie de récupérer mon corps
  • Je n’en peux plus de ne pas savoir quand
  • Et surtout d’espérer H24 et de devenir barge au moindre signe

J’ai peur que ça se passe mal si on le provoque. Surtout quand les gens viennent te raconter leurs mauvaises expériences ou celles de leurs amies qui viennent d’accoucher. Mon Dieu ce que j’aurais voulu éviter toutes ces personnes pendant ma grossesse… J’ai tellement espéré qu’il vienne naturellement et par surprise et surtout avant la date prévue… Mais chaque jour je voyais les chances se barrer. On s’en est fait des films avec le Chéri !

Physiquement, je dois bien avouer que tout va bien. Mais moralement j’ai l’impression d’être au bout du bout. Je n’ose pas en parler, sauf à Chéri, mais il ne comprend pas vraiment, évidemment. Même moi je n’y comprends rien !

J’ai des peurs irrationnelles, je deviens un peu parano sur les bords aussi. Je sais que Chéri ne restera pas à la maternité avec moi cette fois, j’angoisse un peu de me retrouver seule avec ce nouveau né et d’être complètement perdue avec un corps qui sera forcément meurtri par l’accouchement et peut-être un bébé qui pleurera autant que sa sœur. C’est bête de penser ainsi, ça tombe tout se passera au mieux, mais plus l’attente est longue et plus mes angoisses s’approfondissent. J’en viens à avoir peur qu’il m’arrive quelque chose pendant l’accouchement. Et j’ai surtout peur que bébé ait un quelconque soucis à la naissance. J’imagine que toutes les futures mères se posent ces questions mais je n’ai pas le souvenir d’avoir autant flippé pour la naissance de Lucy.

Mon corps m’encombre, même si je suis tellement contente d’avoir eu une grossesse aussi facile, je me rends bien compte de la chance que j’ai eue. Mais j’ai tout de même besoin de redevenir seule à bord. Arrêter de faire attention à tout, à ce que je mange, aux gestes de Lucy, de ne pas pouvoir tout faire avec elle, de dépendre des gens parfois…

Je me rends compte également de toutes les différences qu’il y a eues entre mes 2 grossesses et j’ai l’impression que la famille n’accueille pas ce nouveau né avec le même enthousiasme que pour Lucy. Ça me fend le cœur…

Et aussi je redoute le séjour à la maternité. Je ne pense pas que j’aurai envie de voir du monde, j’ai franchement envie d’être dans mon cocon et d’y rester au moins jusqu’au retour à la maison. J’espère que le message sera passé auprès des gens moins proches et qu’ils ne débarqueront pas là bas le 1er ou 2è jour. J’ai peur aussi de devoir y rester 6 jours comme pour Lucy, je crois que je ne pourrai pas sans craquer !

Je me rends compte aussi que j’ai beaucoup imaginé le moment de la rencontre de Lucy et son frère, que je nous imaginais à 4. Sauf que ce ne sera pas possible d’être juste tous les 4 et que c’est con, mais ça m’ennuie. Il y a des moments que je n’ai pas envie de partager mais pour le coup, on n’aura pas le choix je crois.

Et puis, j’ai peur que ma maman ne vienne pas… J’espère de tout mon cœur qu’elle fera un gros effort.

Bref, je suis complètement paumée. Et j’ai peur que la date que mon gynéco m’a annoncé pour le déclenchement soit reportée, vu qu’il n’aura fait que changer d’avis pendant ces neufs mois (fille/garçon, petit bébé/gros bébé, à terme/pas à terme, …). On verra…

Je sais que quand je relirai ça dans quelques semaines, je me trouverai ridicule, mais j’ai besoin de poser des mots sur tout ce qu’il se passe dans ma tête. Pour moi, pour faire sortir tout ça et puis aussi pour être honnête et avouer que tout n’est pas toujours tout rose même quand on est prête à donner la vie d’un moment à l’autre.

Une réflexion sur “Déprime pré-accouchement et dépassement de terme

  1. Courage pour cette attente, pas facile pour toi,
    Tu as bien fait de mettre des mots dessus et de l’exprimer.
    Je croise les doigts pour que votre petit bout, pointe vite le bout de son nez !
    Essaye de lui parler, de lui dire que tu as hâte de faire sa connaissance, de voir son visage,
    Et de le serrer dans tes bras, çà le motivera peut-être. ^.^

    Aimé par 1 personne

Laissez-moi un petit mot ça fait toujours plaisir :-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s