Eternelle insatisfaite et blogo-thérapie

Voilà, c’est dit : je suis une éternelle insatisfaite.

Et ça me fait peur pour l’avenir. Je me suis rendue compte de ce trait de personnalité il y a quelques semaines, quand j’ai eu une grosse baisse de régime, je n’avais plus envie de rien. J’avais tout et je n’étais pas heureuse. J’avais envie de me mettre un coup de pied aux fesses. Et c’est là qu’est né ce blog. Parce que j’ai besoin de me donner dans un projet. J’ai besoin d’avoir un espace qui évolue tout le temps, un échappatoire où je pourrai me libérer et laisser aller ma créativité et mon besoin de m’exprimer sans devoir rendre de compte à personne.

Avoir tout pour être heureux et ne pas l’être, c’est un état d’esprit que l’on rencontre chez de nombreuses personnes. C’est mon cas. Bien sûr que j’ai pas une vie de rêve mais j’ai un chéri, une jolie petite fille et une maison. Quand on me demandait quel était mon rêve il y a 2-3 ans, c’est ce que je répondais : une famille et une maison à moi. Et je suis vraiment reconnaissante et fière d’y être arrivée. J’ai aussi un boulot stable et il y a peu de chances que mon entreprise s’arrête de tourner du jour au lendemain ou qu’on se délocalise. Pas de soucis à me faire de ce côté-là même si je suis loin de faire le boulot de mes rêves. Ça me convient pour l’instant. Et pour finir, je suis en bonne santé, et tous les membres de ma famille le sont.

Donc je devrais m’en satisfaire de tout ça ?! Oui, mais non, parce que je veux toujours plus. Je vise plus haut, je passe mon temps à chercher des choses à améliorer, pour me sentir mieux encore. C’est un bon moteur pour être toujours active dans ma vie, ça c’est sûr. Mais j’ai l’impression de m’épuiser à vouloir toucher du doigt un idéal qui n’existe certainement pas. Le bonheur, tout ça, je ne sais pas s’il existe réellement. Si un jour, je pourrai me dire « Là c’est bon, assieds-toi deux minutes et profite de cet épanouissement« .

Je ne sais pas m’asseoir quelques minutes et profiter, il faut toujours que je sois en mouvement soit physiquement, soit mentalement, il faut que ça chauffe tout le temps.

En écrivant ces lignes, je viens de me rendre compte. C’est ça qui m’épanouit. C’est de toujours avoir quelque chose à faire, à découvrir, à améliorer. Non, ça ne sera jamais parfait à mes yeux. Mais ce sera ce que j’ai envie d’en faire. Même si Chéri, lui, sait se « laisser vivre », ce n’est pas mon truc, je n’y arrive pas. C’est plutôt ça qui est frustrant : devoir tout tirer à bout de bras pour que ce soit mieux. Devoir motiver les troupes et tirer les gens vers le haut.

A force de tirer soi-même tout le monde vers le haut, on n’arrive pas à monter aussi haut qu’on veut. Personne n’est là pour nous prendre par la main et nous dire, allez go, y’a moyen de faire mieux, on s’y met ! Je crois que c’est ça qui me donne cette impression d’être une éternelle insatisfaite. Je suis le moteur de tout le monde mais parfois y’a plus d’essence et c’est la descente.

C’est pour ça que ce blog me fait du bien. Je peux en faire ce que je veux, je peux le faire évoluer au gré de mes envies. Quand je ne peux plus rien améliorer ou changer pour un moment, c’est vers lui que je me retourne. C’est moi le moteur et ma créativité, mon besoin de parler, c’est son essence. C’est ma blogo-thérapie ! 

Ordinateur bureau plante appareil photo

5 commentaires sur « Eternelle insatisfaite et blogo-thérapie »

  1. Ralala… je connaissais ce sentiment mais j’ai évolué et, si je tends toujours à l’excellence (dans mon métier par exemple) j’ai aussi appris à relativiser. Pas me satisfaire de peu mais laisser le temps au temps.
    En fait, j’ai remarqué que mon insatisfaction chronique d’antan venait du fait que, justement, je n’étais pas totalement satisfaite des aspects essentiels de ma vie. Essentiels je m’entends : un couple épanoui, un boulot qui ne me ronge pas, des relations familiales saines, etc.
    Quand j’ai commencé à travailler sur moi (toute seule et sans psy) et que ces essentiels se sont petit à petit mis en place, des changements étranges se sont produits. Avec le très fort amour qui me lie à mon chéri j’avais appris à accepter totalement l’autre tel qu’il est (ça c’est déjà énorme, de manière générale, parce qu’à moins d’être soi « parfait », comment peut-on vouloir modeler l’autre ?). Ensuite, j’ai arrêté d’être maniaque du ménage, j’ai commencé à être plus patiente professionnellement pour atteindre les sommets que je vise (et sur le chemin je me suis rendue compte que certaines étapes étaient nécessaires et que j’aurais été bête de m’en priver car elles m’ont fait mûrir et que j’arrive aujourd’hui à de hauts niveaux encore plus solide et prête (donc je pourrais m’y maintenir). J’ai aussi arrêté naturellement et de moi-même d’être perfectionniste à l’extrême. Je fais du bon boulot (très bon même vu le temps que j’y passe) mais si jamais un grain de sable se glisse dans l’engrenage ou que quelque chose m’échappe je suis tolérante avec moi-même. Ça me rend automatiquement plus tolérante envers les autres et je suis ainsi plus appréciée socialement depuis lors alors qu’avant j’avais tendance à irriter.

    Bref, tout ça pour te dire qu’à mon avis, pour l’avoir vécu, rêver c’est bien mais ne jamais arriver à se satisfaire et courir sans arrêt après le « toujours plus » marque un manque ailleurs. C’est mon histoire, je la partage avec toi même si je ne généralise pas, juste une réflexion en passant par là…

    Aimé par 1 personne

    1. Je comprends ce que tu veux dire et j’espère aussi arriver un jour à faire un tel travail sur moi et trouver un équilibre, mais ça prend du temps, et chaque jour j’essaie d’approcher un peu plus cet équilibre. Merci pour ton partage d’expérience si motivant !

      Aimé par 1 personne

Laissez-moi un petit mot ça fait toujours plaisir :-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s