Tu préfères quel sexe ?

Encore une question qu’on me pose sans arrêt, mais celle-ci me dérange un peu moins étrangement !

Évidemment au début de la grossesse, on se demande sans cesse si ce sera un prince ou bien alors une princesse. Certains ont leur préférence et, pour un second enfant, on entend parler de « choix du roi ». Une fille, un garçon et l’équité dans le cocon…

Pour Lucy, j’étais persuadée d’attendre un garçon, même que malgré moi, je m’étais projetée cette image, moi et mon futur fils. Alors quand le docteur nous a annoncé que c’était une fille, j’ai eu 1/2 seconde de battement où je n’y croyais pas trop. Ça m’est vite passé et ça a laissé place au bonheur d’attendre une fille et à mes nouvelles projections !

Et puis, une petite fille c’était la découverte, les principes qui tombent un à un (je ne l’habillerai pas en rose des pieds à la tête ; un bandeau ?! Jamais de la vie ça ne sert à rien ; On ne regardera pas que des Disney de princesses ; et j’en passe… ).

Lucy enfant fille balançoire
Hé oui, habillée tout en rose, avec un bandeau… Rose 😉

Pour cette grossesse, contrairement à ce que pensent les gens, je n’ai aucune préférence. Si j’ai un garçon, je serai contente car je pourrai dire « mon fils » (oui, parfois on a des petits rêves ridicules). Si c’est une fille, elle partagera certainement plus avec Lucy et ce serait pratique financièrement puisqu’on a tout gardé de Lucy.

Chéri rêve d’avoir un garçon, si c’était le cas il serait ravi. Si c’est une fille, il me demandera sûrement un 3è enfant pour être sûr ahahah ! Non, mais quoi qu’il en soit, on sera heureux.

Et on l’imaginera et il/elle sera totalement différent/e. J’imaginais mon premier enfant avec des cheveux lisses et qui me ressemble, à faire tout un tas de bêtises et à ne pas me laisser dormir la nuit. Raté ! C’est tout le contraire…

Mais dans tous les cas, je suis pressée de savoir pour pouvoir imaginer. Théoriquement, le gynéco nous a déjà dit son petit secret, mais je ne suis pas d’accord avec lui, alors on fait comme si on ne savait pas et on attend le prochain rendez-vous pour être fixé et que ce soit sûr ! 🙂

Et vous, aviez-vous une forte préférence ? Avez-vous été fou de joie ou bien déçu d’apprendre le sexe de votre enfant ?

J’ai toujours cette musique dans la tête – Agnès Martin-Lugand

J'ai toujours cette musique dans la tête couverture

Yanis et Véra ont la petite quarantaine et tout pour être heureux. Ils s’aiment comme au premier jour et sont les parents de trois magnifiques enfants. Seulement voilà, Yanis, talentueux autodidacte dans le bâtiment, vit de plus en plus mal sa collaboration avec Luc, le frère architecte de Véra, qui est aussi pragmatique et prudent que lui est créatif et entreprenant. La rupture est consommée lorsque Luc refuse LE chantier que Yanis attendait. Poussé par sa femme et financé par Tristan, un client providentiel qui ne jure que par lui, Yanis se lance à son compte, enfin.

Mais la vie qui semblait devenir un rêve éveillé va soudain prendre une tournure plus sombre. Yanis saura-t-il échapper à une spirale infernale sans emporter Véra ? Son couple résistera-t-il aux ambitions de leur entourage ?

Agnès Martin Lugand est une de mes autrices préférées et j’attendais ce nouveau roman avec une grande impatience. Peut-être trop, peut-être ai-je placé la barre trop haut après mon coup de coeur pour « Désolée, je suis attendue« . J’ai aimé ce roman, mais j’ai eu du mal à le lire, à rester dedans. J’ai lu les 200 dernières pages d’une traite, plus pour en avoir fini avec cette histoire que pour en connaitre le dénouement. Tout au long du livre, je me suis dit qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas et j’avais une idée de la fin dès les premières lignes, alors j’ai voulu croire que j’avais vu faux et que les rebondissements ne seraient pas ceux que j’attendais. Malheureusement, ce fut le cas.

Malgré tout, l’histoire reste prenante, on entre un peu dans le thriller psychologique et c’est bien mené. J’aime toujours autant la plume d’Agnès M-L, la façon dont elle dépeint ses personnages est juste fabuleuse. Elle nous fait toujours découvrir des personnages hauts en couleurs et auxquels on s’identifie rapidement.

Un roman que vous pourrez quand même adorer si vous aimez les jolies histoires d’amour et familiales, les romans à suspense et les histoires réelles.

En conclusion, ce n’est pas le livre de cette autrice que je préfère, mais je le recommande néanmoins car mon avis est personnel et je dois avouer que l’histoire peut plaire à un grand nombre. Par contre, si vous voulez découvrir Agnès Martin Lugand, évitez de commencer par celui-ci, car les autres sont des petites merveilles un ou deux crans au-dessus de celui-ci, selon moi.

J’ai toujours cette musique dans la tête d’Agnès Martin-Lugand, publié aux éditions Michel Lafon – 360 pages – 18,95 €

La peur de ne pas avoir assez d’amour pour 2

Lucy à la chasse aux oeufs

Ah, la grossesse et toutes ses questions…

J’entends souvent autour de moi dire que les mamans avaient peur de ne pas aimer leur deuxième enfant autant que le premier. Étrangement ça ne m’avait jamais effleuré l’esprit. Et puis, plus le temps avance et plus je gamberge évidemment !

Comme je le disais ici, je n’imaginais pas du tout Lucy comme elle l’est maintenant. Chaque jour qui passe, je me dis qu’on a de la chance d’avoir une enfant débrouillarde, sage, autonome et relativement calme. Peut-être que le deuxième sera tout le contraire de sa sœur…

Ma fille je l’ai aimée avant même de l’avoir dans mes bras. C’est pareil pour mon futur enfant, je l’aime déjà.

J’aime ma fille de plus en plus de jour en jour car elle a une personnalité que j’apprécie vraiment. Elle a cette façon d’être à la fois timide et attachante qui me gonfle de joie et de fierté. Je suis fière d’elle et de la petite fille qu’elle devient.

Mon angoisse ce n’est pas de ne pas aimer mon prochain enfant, je sais que je l’aimerai aussi fort que sa grande sœur. J’ai peur qu’il soit différent et que je sois moins fière. J’ai peur d’avoir moins de temps pour l’élever comme je l’ai fait avec Lucy. D’avoir moins de patience, parce que c’est si facile pour le moment avec elle, elle m’écoute, elle n’est pas turbulente, elle comprend. Et je sais la chance que j’ai. J’ai peur de ne pas l’avoir une seconde fois.

Mais je sais que je m’adapterai, parce que je sais ce que je veux et je sais surtout ce que je ne veux pas. Je sais qu’il y aura des ratés et je me les autoriserai.

Est-ce qu’on préfère un de ses enfants quand ils sont différents ou bien est-ce qu’on les aime juste différemment ?

Vous êtes-vous posée ces questions-là quand vous attendiez votre deuxième enfant ?

Est-ce qu’on passe toutes par ce genre de questions ou est-ce que pour certaines d’entre-vous ça a toujours été évident ? L’arrivée du second enfant a-t-elle levé les doutes immédiatement ou est-ce venu plus tard ?

C’est toujours un plaisir de parler de tout ça avec vous, j’adore ce partage d’expérience !

De tes nouvelles – Agnès Ledig

Couverture "de tes nouvelles" Agnès Ledig

« Anna-Nina, pétillante et légère, est une petite fille en forme de trait d’union. Entre Eric, son père, et Valentine, qui les a accueillis quelques mois plus tôt un soir d’orage et de détresse. Maintenant qu’Eric et Anna-Nina sont revenus chez Valentine, une famille se construit jour après jour, au rythme des saisons. Un grain de sable pourrait cependant enrayer les rouages de cet avenir harmonieux et longtemps désiré. »

Agnès Ledig est clairement dans le top 3 de mes auteurs préférés. Je n’ai jamais vraiment été déçue par un de ses livres, par contre, quand j’en ouvre un, j’ouvre en même temps une boite de mouchoirs car je sais que je vais être bouleversée. J’avais aimé suivre le destin d’Eric, Valentine et Anna-Nina dans « On regrettera plus tard », l’histoire était touchante et pleine de bons sentiments. Nous les retrouvons ici tous les 3 quelques mois plus tard.

J’ai beaucoup aimé ce roman, mais c’est celui que j’aime le moins. On passe un bon moment de lecture, certes, mais je m’attendais à être transportée bien au-delà de ce que je l’ai été… J’ai trouvé l’histoire quelque peu banale, même s’il y a quelques rebondissements, je ne cernais pas vraiment d’intrigue. On suit le quotidien d’un groupe de personnes plus différentes et attachantes les unes que les autres mais ça s’arrête là. Je n’ai pas sorti les mouchoirs finalement, et peut-être que c’était de ça que j’avais envie en fait ! Malgré tout, difficile de quitter tous ces joyeux lurons et j’en suis ressortie avec comme une envie d’encore.

Ça reste quand même une histoire très agréable, un feel-good book comme on en a parfois besoin. La plume d’Agnès Ledig est belle et fluide, j’aime toujours autant. C’est un roman que je recommande pour se détendre mais pas pour se faire balader d’émotion en émotion comme elle nous y a habitués.

De tes nouvelles d’Agnès Ledig, publié chez Albin Michel – 352 pages – 19,80 €

 

[grossesse] 10 questions que je déteste qu’on me pose !

Bouddha zen

Je suis maintenant dans mon quatrième mois de grossesse, et je n’en peux déjà plus de toutes ces questions impolies, intrusives ou avec un soupçon de reproche. Évidemment, cet article est à prendre au second degré et évidemment je ne répondrai jamais ces réponses aux gens qui me posent ces questions… Mais quand même, parfois, ça démange !

1 – Tu vas l’allaiter ?

LA question #1 que je déteste, mais vraiment ! Je trouve que ça ne regarde personne d’autre que les parents. Au mieux, la réponse est oui et la personne en reste là. Au pire tu ne souhaites pas allaiter et c’est parti pour un débat… C’est un choix tellement personnel, quelle que soit la décision il faut la respecter et puis au final, qu’est-ce que ça peut faire à ces personnes si curieuses ?!

2 – T’es sûre, y’en a qu’un ?

Bah non, j’ai fait une blague à tout le monde, y’en a 4 !

3 – Tu vas le mettre où ?

Pas dans ton c*l, ça c’est sûr (parfois je rêve de lâcher ce genre de phrase, juste une fois, juste pour voir la tête des gens). Qu’il ait sa propre chambre ou non, encore une fois c’est un choix, si on voulait encore le garder dans notre lit jusqu’à ses 12 ans c’est encore bien notre problème.

4 – T’es prête à retourner dans les couches ?

Et comment ! Et aussi dans les gazouillis, dans les sourires aux anges, dans les câlins, dans les bisous, dans les petites jambes potelées et tout et tout…

5 – Ça va aller les réveils la nuit avec la petite qui dormira à côté ?

Qu’est-ce que j’en sais ?! Et puis, si ça va tant mieux, si pas on trouvera une solution à ce moment là, ne vous en faites pas pour ça !

6 – Et après en route pour le petit 3ème ?

Et un 4ème, et un 5ème… Peut-être, peut-être pas, l’avenir nous le dira. On va déjà faire sortir celui qui est entamé et puis on verra, d’accord ?

7 – T’as pris combien jusqu’ici ?

Je te demande ton âge à toi ?

8 – La grande sœur ne va pas être trop jalouse ?

cf. Question 4… Et puis, ça m’angoisse déjà assez pour entendre leur récit de mauvaises expériences, de grands frères qui recommencent à faire pipi au lit ou que sais-je…

9 – Tu veux un conseil ?

Non, merci, vraiment, ce coup-ci je n’en veux aucun !

10 – Tu as des nausée ? Non ?!

Désolée, je sais, j’ai de la chance. Je devrais peut-être dire pardon ?

Et vous, vous en avez aussi des questions que vous ne supportez pas ?